À propos de ce webzine

Historique

La présence sur Internet du patronyme Nelson Dumais remonte aux premières années du Web. Après quelques essais pathétiques dès 1995 – époque valeureuse de Netscape 0.9 – et une tentative malheureuse de services rédactionnels en 1996, il faut attendre jusqu’au 10 février 1997 pour voir surgir le domaine nelsondumais.com.

On assiste alors à l’apparition d’un produit Internet aussi laid que ne l’était alors de Triple W (ci-contre – cliquez pour agrandir l’image). C’est néanmoins une voûte très pratique où le pigiste Nelson Dumais place au su et au vu des internautes, ses articles dans l’état où il les avait envoyés aux publications imprimées pour qui il travaille. D’où le nom du site, Les Intégrales de Nelson. Rien n’était omis, ni les fautes d’orthographe, ni les erreurs de présentation.

De fil en aiguille, notamment en raison d’une chronique au Journal de Montréal qui lui vaut une avalanche de demandes d’aide par courriels, un forum d’entraide est greffé au site et le succès (non monétaire, cela va de soi) va se mettre à frapper dès le début des années 2000 avec des journées dépassant les 5000 visiteurs. On parle d’une équipe de quinze bénévoles pour faire fonctionner le système à temps plein. En fait, la demande est telle que lorsqu’il faut mettre à mort le site Les Intégrales en raison d’un manque de temps, le forum continue en orphelin. On est à l’automne 2004.

Un an plus tard, après quelques mois chez Branchez-vous, un portail montréalais aujourd’hui disparu, Nelson succombe au charme des sirènes bien dodues du cyberespace soi-disant haut de gamme. Il accepte de fournir quatre chroniques par semaine au quotidien montréalais La Presse qui exploite sur son portail Cyberpresse la section Technaute. C’est ainsi que débute La Chronique de Nelson, une aventure parfois folle, souvent inédite et toujours remarquée qui, cinq ans et demie plus tard, se rematérialise ailleurs pour continuer sur une base autonome (indépendante de La Presse) jusqu’à sa transformation en webzine, le 7 septembre 2012.

Les Intégrales de Nelson, 1998 Les Intégrales de Nelson, 1999 Les Intégrales de Nelson, 1999 Le Forum des Intégrales de Nelson, 2004

Technaute, 2006 Technaute, 2011 La chronique de Nelson, 2011 La chronique de Nelson, 2012


Les cinq premières images figurant ci-haut proviennent de la Wayback Machine. Les autres ont été prises en ligne. Titillez-les de la souris, elles s’agrandiront en 1152 x 848.

Pourquoi ce nom ?

Bref, le domaine nelsondumais.com est présent sur la Toile dans les arcanes technos depuis février 1997. Au fil des ans, le patronyme qui en est à l’origine, Nelson Dumais, s’est retrouvé associé au journalisme technologique, cela au Québec, un peu dans la francophonie européenne et occasionnellement dans l’anglophonie nord-américaine, incluant celle du Canada. En ce sens, il est devenu la désignation personnalisée d’un secteur d’intérêt, autrement dit la marque de commerce d’un certain type de journalisme techno, voire l’annonce d’une commodité sachant plaire aux uns et déplaire aux autres. En un mot, un produit !

Nelson Dumais – Le Magazine signifie donc «Webzine à la sauce Nelson Dumais». Par analogie, on pourrait écrire «Webzine qui nous informe librement en s’efforçant d’être le moins terne – ou le plus en couleur – possible».

Direction et collaborateurs

Nelson Dumais, pas la commodité, l’individu, assume la direction du webzine. L’aspect Web, gestion du serveur, SEO, WordPressitudes et autres webmestria, est pris en charge par Annie Bergeron, une ceinture noire en ces choses glauques. Quant aux collaborateurs, tous sont des bénévoles qui adorent pouvoir publier leurs prestations en nos pages.

Financement

Une fois les dépenses de fonctionnement et d’amélioration payées, la balance des revenus est répartie entre les collaborateurs selon leur degré de participation dans le grand tout. Lesdits revenus proviennent de deux sources : la publicité (Ad Sense ou autre) et les dons par PayPal.