Chronique du rebord de Frankenstorm

30 octobre 2012 12 h 04 min 24 commentaires Views: 728

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

Pas toujours évident d’être en devoir de publication quotidienne à partir d’une forêt en montagne. Il arrive des éléments qui viennent se déchainer dans mes arbres et dans ceux de mes voisins que je ne vois jamais. Alors crac!, un vieux bouleau décide qu’il en a assez et plonge vers l’humus, saccageant au passage les fils d’Hydro Québec.

Frankenstorm
(Source de l’image: CBC-SRC)

Ça, c’était hier soir vers minuit, en même temps que la flotte mêlée de l’Hudson et de l’East River s’engouffrait dans le métro de New York. Chez moi, 600 quelques kilomètres au nord-est de Sandie, alias Frankenstorm, mes arbres ne goûtaient qu’au rebord de cette méga tempête.

À cinq heures, ce matin, mon iPhone m’a chantonné son réveil habituel, ce qui m’a permis de constater que l’électricité n’était pas revenue. Oups ! Habituellement les pannes (elles sont assez fréquentes dans le coin) ne durent que quelques minutes, rarement plus d’une heure. Et pas d’électricité, ça signifie pas d’eau (pompe électrique), pas de téléphone filaire (système IP) et pas de nouvelles (j’avais encore oublié d’acheter des piles – les grosses rondes – pour mon antique radio portative).

En revanche, mon pendule (une merveille de plus de 125 ans) m’indiquait l’heure, ma fournaise au bois gardait le logis dans sa zone de confort, mes trois lampes à l’huile (des biens de famille) me permettait de voir ce que je faisais et le ruisseau à 100 mètres de ma maison pouvait me fournir toute l’eau dont j’avais besoin. De toute façon, je pouvais compter sur mon iPhone au trois-quarts vidé et sur celui de ma blonde, presqu’à 100 %.

Frankenstorm
(Source de la photo: CIHO-FM)

Comme je tenais absolument à savoir ce qui se passait, je me suis énervé pendant quelques minutes à tenter de syntoniser l’émission matinale de Radio Canada avec mon petit ordiphone. Il y a bien un bouton permettant de le faire sur le site Web de la société d’état, mais ça ne fonctionnait pas; le logiciel exigeait que j’installe Flash Player et Adobe, l’éditeur de cette ressource, refusait d’y consentir. À ce moment, j’ai eu une pensée recueillie pour le défunt Steve, homme têtu qui avait interdit de séjour Flash dans les machines Apple.

Frankenstorm

(Source des prises d’écran: NDLM)

Puis, j’ai pensé à cette app dont la SRC faisait la promo à la radio (les deux illustrations ci-haut). Imaginez la scène. Éclairé par une lampe qui me venait de mon arrière-grand-père Dumais, avec comme trame sonore le tic-tac de mon pendule et le sifflement du vent à l’extérieur (il ne manquait plus que les loups), j’ai téléchargé en mode 3G et installé l’app radio de la SRC. Et là, tadam!, ça s’est mis à jouer. J’ai appris pour le coffre-fort d’Union Montréal trop bourré de billets de cent et de mille pour être refermé et j’ai su que nous étions quelque 40 000 foyers dans mon coin de pays à ne pas avoir de courant.

Après avoir bouffé quelques tranches de pain grillé (tranches piquées par une fourchette à rôti et approchées de la braise de ma fournaise au bois) tartinées de beurre d’arachides (sans café ☹ ), je me suis mis en frais de vous écrire cette chronique. Hélas! Mon MacBook Pro était complètement vidé. Qu’à cela ne tienne, je me suis déplacé dans mon auto où j’ai branché un adaptateur de courant à l’allume cigarette. J’ai pu ainsi y connecter le câble d’alimentation de mon bloc-notes.

Frankenstorm
Frankenstorm
(Sources des deux photos: Nelson et … blonde de Nelson)

Avec mon iPhone, j’ai fait quelques photos que j’ai transférées dans le MacBook Pro. Une fois mon article terminé et mes illustrations prêtes, je me suis branché au serveur WordPress de NDLM en utilisant le iPhone comme modem 3G. Autrement dit, ce que vous lisez maintenant a entièrement été fait sans le concours d’Hydro-Québec !

L’alternative ? J’aurais pu attraper mon bloc-notes et descendre au village (ou au village suivant advenant que l’électricité y fasse des siennes). J’y aurais pris un petit-déjeuner convenable, je me serais trouvé une zone WiFi et je vous aurais bidouillé une chronique normale. Mais avouez qu’à comparer à cette prestation-ci (de type Robinson Crusoé) c’aurait été moins amusant à réaliser !

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

24 commentaires

  • Il est midi presque et 10. Je viens de vous mettre ma chronique en ligne et je n’ai toujours pas d’électricité. Grosse panne, grosse panne !

    Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

  • Ça s’est déchaîné toute la nuit ici à Toronto, mais pas de panne dans mon secteur… Mais que de vent!
    Là, c’est le calme après la tempête… :-)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Bonjour Nelson,
    J’ai un Bloc d’alimentation MotoMaster Eliminator. Il a une pile incorporé et deux prises de courant 120 volts. Quand une panne survient j’y branche mon router et je suis en “business” pour quelque heures. En plus, si mon auto ne démarre pas à cause que la pile s’est déchargée, je peux m’en servir pour le démarrage. Très pratique pour la maison et l’auto. Un UPS pourrait aussi vous être utile. Vous y branché seulement votre router et vous en avez pour quelques heures.
    P.S. Je ne travaille pas pour le pneu Canadien.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

  • @ nelson
    Si vous croyez que votre forêt enchantée est la source de vos malheurs, détrompez-vous. Dans mon coin il y a plus de poteaux de l’hydro que d’arbres et pourtant, nous avons eu droit à dix pannes la nuit dernière dont deux d’un heure chacunes: c’est à croire que les plans de mais transgénique chatouillent les fils de l’hydro.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • “À cinq heures, ce matin, mon iPhone m’a chantonné son réveil habituel”…

    Mais c’est presque l’heure où je me couche ça!

    Vivre à la campagne ne signifie pas nécessairement vivre comme les campagnards ; vous n’avez quand même pas de vaches à traire?

    Mais il est vrai que lorsque j’habitait le fin fond de la Beauce, je me couchait plus tôt ;)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

  • Tiens! Moi aussi j’ai dû recourir au mode batterie mais à la pleine Lune comme éclairage. C’est que la nuit dernière le toît de ma grange au deuxième se soulevait au vent! Ma petite perceuse à batterie était fraîchement chargée, mes vis à toîture sur le coin de l’établi et la douille pour les visser pré-assemblée dans le tiroir du gros coffre à outils. L’échelle quant à elle, était le long du mur en contre-bas de l’endroit à réparer. J’aurais voulu prévoir que je n’aurais pas fait mieux! Mais la Lune entre les nuages, ça c’était une belle chance. :-)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

  • Bonjour Monsieur Dumais,

    C’est merveilleux cette cronique de ce matin. Vous êtes résilient et, qu’à cela ne tienne vous aviez en tête de pondre cette fichue chronique… Elle n’en a que plus de valeur.

    Vous me faites penser à moi, qui lorsque je manque de jus pour une période prolongée, je prends un malin plaisir à bidouiller toutes sortes de trucs pour avoir de la lumière, de la musique, de la téloche et de l’internet.

    Vous saviez que, il y a quelques années de ça, un électricien Japonnais vivant dans le nord de l’archipel, avait, lors d’une panne de plusieurs jours, branché littéralement sa Prius sur l’entrée électrique de sa maison !!! Il reçevait tous ses voisins et leur offrait le gîte et le couvert. Ce mec m’avait fait tripper à l’époque ; Un peu comme vous ce matin.

    Benoît Duhamel.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

  • Salut Nelson !

    Moi aussi, en cas de panne je sers de ce que mon arrière grand-père m’a laissé.

    J’ai un vieux laptop en bois avec une manivelle sur le côté et ce sont des criquets attelés à une roue dentée qui font tourner le disque dur à l’intérieur.

    Quand on actionne le gros claxon à poire rouge sur le côté, les lucioles se réveillent et illuminent le vieil écran en vitre ondulée pleine de bulles.

    Le seul ennui c’est la grosse charnière de porte de grange qui relie l’écran au clavier.
    Elle est toute rouillée et grince énormément.
    J’ai fait tous les antiquaires mais personne n’a ce modèle là parce que c’est discontinué.

    Y a pas à dire, nos ancêtres savaient se débrouiller avec presque rien même s’ils n’avaient pas d’électricité. :-D

    Bon courage !

    Cotez ce commentaire: Thumb up 13 Thumb down 0

    • Une photo du portable est requise. Et, surtout, je veux voir les criquets sur la roue dentée :mrgreen:

      Quelle imagination ! Bravo !

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • À Trois-Rivières, je ne sais pas s’il y a eu des coupures de courant. Mais lorsque ceci s’est déjà produit et j’ai pu dire, à la lumière de mes écrans, merci à mon Back-UPS Pro 650. Quand je l’ai acheté, il me garantissait 30 minutes. Mais maintenant, j’ai un plus gros ordinateur et inévitablement, le temps qu’il supporte peut-être 6 minutes. Assez de temps pour fermer le tout sans problème. Encore une autre chose à mettre sur ma liste personnelle de Noël. J’ai aussi vu de belles choses dans l’article de Jacques “Merlin” Côté sur la boulimie de données. $$$$$$

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Avis: je suis sain et sauf, l’électricité est revenu tout à l’heure, le vent s’est calmé, je m’apprête à mettre une nouvelle chronique en ligne.

    Merci pour votre patience.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 12 Thumb down 0

  • salut Nelson,
    tu as un ruisseau, tu pourrais te faire une petite g´nératrice, et avec une éolienne, pus besoin d’hydro…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • Derrière toute forêt, toute aussi montagneuse et isolée soit-elle, il y a des structures municipales où sont embusqués traitreusement d’innommables fonctionnaires dont la mission consiste à frapper de leur courroux paperassier les misérables qui oseraient altérer un ruisseau, ne serait-ce d’un centième de millimètre.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 0

      • peut-être lui glisser une enveloppe brune aux urinoirs du restaurant du coin …

        Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

        • M. tata a raison

          Les fonctionnaires sont des gens affables qui aiment à entendre raison et acquiescer à tout bon raisonnement juste et éclairé.

          Avec une gentille enveloppe brune bien dodue, non seulement vous pourriez vous construire une belle centrale hydro-électrique sur votre ruisseau avec l’aide d’un sympathique syndicat mafieux, vous pourriez même fracturer de la roche sous la maison de votre voisin pour chercher du gaz naturel dans son arrière cour tout en polluant son puits artésien.

          Le puits artésien de votre voisin ?
          Que dis-je! La nappe phréatique de toute la région !

          Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

          • ‘même fracturer de la roche sous la maison de votre voisin pour chercher du gaz naturel dans son arrière cour ‘
            HA! HA!

            Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • C’est dans ses moments que je me réjouis d’avoir conservé une partie du patrimoine de ma grand-mère, son vieux poêle à bois Bélanger! Pas le plus énergétique, mais le plus pratique lors de pannes prolongées.

    Évidemment lors du passage de l’an 2000, j’ai fait l’achat de lampes à l’huile vu que les piles ont une durée de vie limitée. Maintenant avec les lampes à DEL, fini les senteurs de combustion! J’avais aussi fait l’acquisition d’une batterie d’appoint assez imposante pour que son socle soit muni de roues. Le problème c’est qu’avec le temps, une batterie finit par perdre sa capacité de charge et que le coût de remplacement est onéreux. Donc, utilisée ou pas, la batterie se décharge progressivement et sa durée de vie est plutôt limitée.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • C’est magnifique de voir tant de fievreux technophiles être prets à une catastrophe de ce genre. Si l’électrcité vient qu’à manquer, je ne peux survivre que le temps des bateries de mes bidules techno. Pas d’horloges antiques ou de poêles à bois ici. Je pourrais lire, bien sur, mais seulement jusqu’aux limites de mon Kindle.

    Je crois que je vais aller me chercher un petit réchaud au prpane et une pile de secours… ÇA me vaudrait mieux q’un blackout techno.

    G!

    P.S. : audrait peut-être aussi qe je me fournisse des rations de secours aussi mais, priorités obligent… :D

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Ça prouve encore une fois à quel point nous sommes dépendants de l’électricité dans nos vies quotidiennes. Essayez seulement d’imaginer un mois sans électricité. Pas de lumière, pas d’ordi, pas de travail (du moins dans mon cas)…

    Notre matériel de camping pourrait être très utile si jamais on avait une panne prolongée.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Dans mon cas pas de panne mais beaucoup de vent, je n’ai plus de feuille morte dans ma cours arrière :)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Parlant dépendance à la technologie, allez lire ceci:

    http://img827.imageshack.us/img827/5530/technologieo.jpg

    J’ai eu ça sur Twitter. Assez frappant comme constat.

    Dommage que je sois une journée en retard pour la publication ici.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

  • ET un gros pouce pour Cosmo!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

  • @ Nelson

    Une bonne génératrice centrale au propane qui ne permet que des pannes de 20 secondes, et fonctionne aussi longtemps que le réservoir de 400 litres a du jus. Le paradis !

    P.-S. “il ne manquait plus que les loups”

    Vous n’en verrez pas un de sitôt ! La dernière fois où vous avez crié, ils ont tous migré par ici :grin:

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0