Ubuntu: oh qu’il est beau le quetzal quantique !

29 octobre 2012 18 h 11 min 39 commentaires Views: 2058

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

Les Ubunteros purs et durs, c’est-à-dire ces prosélytes linuxiens ayant jeté leur dévolu sur Ubuntu, ne jurent souvent que par les versions LTS (Long Term Support), celles que Canonical, la fabricante sud-africaine d’Ubuntu, lance aux deux ans vers la fin d’avril. Ils disent que c’est du sérieux, qu’ils ne regretteront jamais de l’avoir installée chez des clients et que le soutien est garanti cinq ans.

Ubuntu 12.10
(Source de la prise d’écran: NDLM. Cliquez sur toutes les illustrations de cet article, elles s’agrandiront)

Mais les touristes informatiques, des dilettantes comme vous et moi, préférons nous amuser avec toutes les versions, incluant celles qui apparaissent annuellement à toutes les fins d’octobre. Ce sont les versions X.10 contrairement à celles d’avril qui, elles, sont des X.04. avec, une fois sur deux, l’ajout LTS, par exemple 12.04 LTS.

D’où le fait que la version dont je vais vous entretenir ci-après est la 12.10. Et, comme c’est une habitude chez Canonical, elle porte un sobriquet formé du nom d’un animal et d’un qualificatif. Tandis que la 12.04 LTS se nommait Pangolin Précis (des P), la 12.10 fait dans les Q avec Quantal Quetzal (quetzal quantique en français). Cliquez ici pour la liste depuis Warty Warthog (4.10).

Ubuntu 12.10
Oiseau centre-américain au plumage superbe, le quetzal (60 cm du bec au bout de la queue) a été intimement lié à la spiritualité méso-américaine, notamment à celle des Maya. Si Canonical en a fait une sorte de pie quantique, c’est peut-être pour signifier, comme la physique du même nom, une rupture avec ce qui existait en son champ d’activité jusque-là. La version 12.10 amorce en effet la transformation de ce système d’exploitation Linux vers la 14.04 LTS (avril 2014), une version qui devrait être radicalement différente compte tenu, notamment, du changement de paradigme (clavier-souris vers mode tactile) que nous vivons présentement. (Source de la prise d’écran: National Geographic)

Cela dit, comme ce fut le cas pour la mouture d’avril dernier, ce SE s’installe comme un petit charme. Évidemment, il faut quand même savoir ce que l’on fait. Je vous précise d’entrée de jeu ne pas avoir brulé de CD/DVD et ne pas avoir installé ce SE sur une clé USB. J’ai commis l’acte de paresse de l’installer en mise à niveau par-dessus 12.04 LTS.

Tout d’abord, il faut mettre à jour cette dernière jusqu’à plus soif. Cela se fait en ouvrant le gestionnaire de mises à jour et en acquiesçant aux suggestions du système. Puis, on redémarre, ce qui bétonne les ajouts et permet de passer au plus sérieux, soit l’installation de l’oiseau multicolore.

Ubuntu 12.10
(Source de la prise d’écran: NDLM)

Ici, petit problème. Comme la version que l’on met à niveau est une LTS, par défaut, le logiciel installateur recherche un produit de son haut niveau. S’il n’en trouve pas, il va tout simplement indiquer que le système est à jour et que la vie est belle. D’où le fait que pour lui faire découvrir la quand même pas si tant quantique 12.10, il faut le lui préciser. Dans la fenêtre Sources de logiciels, il faut cliquer sur l’onglet Mises à jour et là, tout en bas, choisir l’élément Pour chaque nouvelle version en lieu et place Pour les versions prises en charge sur le long terme. C’est le seul écueil.

Le reste ? C’est le même confort que celui que nous a fait connaître la 12.04. On regarde l’ordi travailler sans nous en se disant: «Wow. c’est cette fois-ci que j’abandonne Windows !» Vingt minutes, grosso modo, plus tard, on est au Bureau avec tout en place. Tout ? Vraiment tout et même plus, ce qui inclut une icône permettant d’aller s’acheter plein de cossins sur le site d’Amazon (mais elle s’enlève…). Ce qui nous ramène à la réalité moins romantique du fait que Canonical n’est pas une oeuvre de philanthropie, mais une entreprise privée qui se doit de générer des sous.

Ubuntu 12.10
(Source de la prise d’écran: NDLM)

La logique est la même si vous tapez par exemple BB King dans Dash (prise d’écran ci-haut), le moteur de recherche (en haut à gauche de l’écran). Ubuntu va fouiner partout pour vous être agréable, incluant dans sa propre boutique en ligne de musique. Résultat, il va vous proposer les 25 albums que ce bon monsieur Mark Shuttleworth (l’homme d’Ubuntu) ou ses bons amis de chez Amazon ont à vendre à des prix concurrentiels aux autres cyberboutiques. De là à dire qu’Ubuntu devient une machine à sous, il n’y a qu’un pas à franchir, ce que je ne ferai pas. Je ne le ferai pas parce que j’approuve. Développer Ubuntu doit coûter une petite fortune et si on arrive à en ramasser quelques pelletés chez Amazon, tant mieux !

Idem pour les applications. On veut Gimp ? Il suffit d’en taper le nom. Mais le système en profite pour nous présenter d’autres applications de la même engeance, des gratuiciels qui, peut-être, pourraient nous intéresser. Il suffit alors de cliquer sur ce qui nous allume et Ubuntu fait le reste.



(Source des deux prises d’écran: NDLM)

Pour tester, j’ai téléchargé gratuitement Krita, un assez gros programme pour le moins captivant. Et là, comme on est sous Unity, une interface utilisateur graphique qui mérite qu’on s’y intéresse même si certains la jugent déconcertante, on titille Dash où on tape la lettre K. Dès lors, les trucs installés dont le nom commence par cette lettre s’affichent. Il suffit alors de sélectionner Krita. Soit dit en passant, j’adore. Je n’ai plus à stresser dans les répertoires cabalistiques de Linux. Tout ce dont j’ai besoin est à un clic de souris de ma patience. Génial !

D’ailleurs cette intégration ouvre la porte aux apps Web, une intégration plus conviviale que ce qu’il se fait actuellement dans OS X. Il est devenu possible d’avoir sa page Facebook. GMail, Twitter qui s’ouvre directement à partir de la bande latérale Unity, exactement comme un logiciel. C’est simple à configurer et c’est aussi intuitif à utiliser que les dalles multicolores de Windows 8.


(Source de la prise d’écran: NDLM. Regardez attentivement la bande Unity. Vous allez voit les icônes de mes comptes GMail, Twitter et Facebook.)

En fait, il y a plein de petits détails, dont un que j’ai immédiatement remarqué. On n’est plus obligé d’ouvrir le menu Éteindre pour choisir la commande Redémarrer. Elle apparaît désormais au premier niveau (prise d’écran ci-après). Autre gugusse potentiellement utile, on peut aller à une machine distante directement de l’écran de connexion.


(Source de la prise d’écran: NDLM)

Ce SE commence à friser l’agréable solidité, ce qui est en voie de me le rendre encore plus sympathique que je ne l’avais trouvé en avril dernier. Vous savez quoi ? Je suis trop habitué à utiliser de multiples moniteurs avec mes machines (j’en ai quatre avec Win 7 et trois avec OS X) pour commencer à me contenter du peu d’affichage que le quetzal quantique peut m’offrir. Ça chiale beaucoup présentement dans les forums sur le fait que c’est la croix et la bannière pour seulement deux moniteurs. Hum !


(Source de la prise d’écran: NDLM. La plupart des prises d’écran ci-haut arborent l’image du pangolin précis, ce qui démontre que j’ai installé le beau quetzal en mode mise à jour. Voici le fond d’écran que j’ai finalement choisi.)

Mais le jour où Ubuntu pourra contrôler de multiples moniteurs, la pression sera alors très forte pour que j’en fasse mon système principal. Ça s’appelle du bargaining power auprès des fabricants de cartes graphiques !

En attendant, bravo monsieur Shuttelworth, je suis impressionné !

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

39 commentaires

  • C’est moi, ou si vos prises d’écran montrent le pangolin ? Qu’est devenu le quetzal ?

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

    • Légende sous la dernière image : (Source de la prise d’écran: NDLM. La plupart des prises d’écran ci-haut arborent l’image du pangolin précis, ce qui démontre que j’ai installé le beau quetzal en mode mise à jour. Voici le fond d’écran que j’ai finalement choisi.)

      :)

      Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

  • .04 = avril, .10 = octobre. Merci Nelson, je vais encore être plus savant en me couchant!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

  • C’est ton moniteur qui est de format 4:3 ou comme moi tu n’as pas réussi à paramétrer correctement la résolution ? Pas moyen d’obtenir 1920 X 1080. J’en suis toujours à 1600 X 1200. C’est peut-être VirtualBox remarque… Mais dans le même VB avec le Pangolin, ça va correctement.

    Cela dit, pour le peu de temps que j’y ai mis, je ne peux pas parler d’une très grande différence entre le mangeur de fourmis et l’amateur d’avocats. Les deux sont de superbes systèmes. N’était-ce de OS X , je serais un utilisateur à temps plein, avec Win 7 en VB, au cas où.

    Pour ceux qui désirent s’initier à linux sans douleur, ces 2 dernières moutures sont réellement extra.

    Alex

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • J’ai un Acer X263W qui fait du 1600×1200, mais pas moyen non plus de lui faire faire du 1920×1080. Donc niet de réplication sur ma télé full HD, à moins de diminuer la résolution des deux.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

    • Je roule Ubuntu avec le mode 1920 x 1080 depuis que j’ai mon pc en 2009. Je le roule direct, pas en virtuel. Je ne sais pas si c’est VB qui ne l’offre pas.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Moi, je suis un peux déçu.. J’ai fait la mise à niveau 12.04 -> 12.10 en espérant pouvoir réparer un petit problème dans le système. (par exemple, le flux réseau ne fonctionne pas dans VLC). Mais, rien n’a été réparé.

    Je n’utilise pas l’interface Unity mais Gnome. C’est vraiment une question de goût et je ne dénigre pas Unity car je forme sur mon portable sur lequel j’utilise cette interface. Pas pire.

    Si on n’avait pas Gnome dans la 12.04, il faut l’installer en demandant dans le Dask Gnome-panel. On a alors le choix.

    J’ai évidemment enlevé Amazon mais je peux le retrouver facilement.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

  • Merci pour cette belle chronique M. Dumais.

    je teste Quantal Quetzal depuis 2 jours seulement et j’en suis très satisfait.

    Personnellement, j’ai désactivé toutes les annonces commerciales dans l’option “vie privée”, car j’ai l’impression que ça pollue mon environnement inutilement.

    Unity prend de la maturité et son utilisation est simple et intuitif. Le système me semble très stable. Voici une prise d’écran avec le fureteur internet Opera qui est habillé d’un joli skin approprié: http://www.flickr.com/photos/intriguant/8136816937/

    Je le teste sur un vieux Dell, réservant la lts pour mon ordinateur principal ainsi que sur mon portable. En parallèle, je teste Linux Mint 13 Cinnamom qui est très bien aussi (toujours sur mon vieux Dell).

    Qu’en est-il du fameux secure boot qui est censé nous arriver avec Windows 8? Est-ce qu’il rendra l’installation d’une distribution Linux plus difficile? C’est un peu confus tout ça.

    Bonne soirée.

    P.S. Un bouton “éditer” serait le bienvenu pour revisiter un message déjà posté :)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

  • Ubuntu… c’est Du beau!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 12 Thumb down 0

  • Il me semble que le .10 va plus vite que le .04, à l’oeil…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • Tous les ordinateurs de la maison s’exécutent sur différentes versions d’Ubuntu. Pas de double amorçage avec Windows, ni de machine virtuelle. Mon informatique est mur à mur Ubuntesque.

    Cette version a amélioré le confort d’utilisation d’Unity. Un défaut s’il en est un est qu’Unity fonctionne mieux sur un ordinateur de bureau avec une carte graphique offrant l’accélération 3D.

    Ubuntu n’est plus recommandable pour les plus vieux ordinateurs ou les portables. Avec cette dernière version, Canonical a laissé tomber Unity 2d. Donc, le CPU doit émuler l’accélération 3D ce qui réduit d’autant les performances. Pour ne pas vivre au quotidien cet inconvénient, je me suis monté une machine de 64 bits, quatre coeurs, 8 Gigs RAM et une carte graphique de 1G de mémoire vidéo. Ainsi, je profite pleinement d’un SE qui fonctionne pour moi « out of the box ».

    Je n’ai vraiment aucun doute sur la solidité d’Ubuntu comme ordinateur principal. Ceci dit, je ne sais pas combien de temps encore Canonical va pouvoir supporter cet environnement de bureau. Nul doute que l’argent se trouve du côté serveur. Le hic, Red Hat n’est pas près d’échapper la balle et occupe déjà très bien la place.

    En tous cas, lorsque j’ai téléchargé l’ISO de la version 12.10 et que j’ai vu la page d’invite à une contribution – j’ai accepté sans hésiter puisque c’est le système que j’utilise et choisis depuis octobre 2007 . Il serait bien dommage je trouve de perdre une si belle distribution.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 13 Thumb down 0

  • Sur mon laptop (System76) je suis passé, avec bonheur, de 12.04 à 12.10. C’était il y a quelques jours à peine.
    Les choses s’améliorent – et il y a mêmes quelques agréables surprises, que Nelson a bien relevées. L’intégration au bureau des réseaux sociaux est particulièrement bien réussie.
    Unity devient plus fluide aussi – les choses se placent.
    Mais l’empreinte mémoire est plus importante entre la 12.04 et la 12.10: après un “boot” on passe de +-380M à +-530M! Ça reste fort acceptable, mais c’est notable.
    Compiz (le “compositeur graphique”, responsable des ombres, transparences, animations, 3D, etc) reste le plus gros bouffeur de mémoire (dans les 2 versions) et tant que le système d’affichage “X” continuera d’être utilisé on ne pourra espérer mieux. À quand “Wayland”, ou un système d’affichage plus moderne? SuttleMachinworth en parlait pendant un bout et là, plus rien…?
    Il a peur de se salir les mains ou quoi… ;-)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

    • Est-ce que tu sens la taxe CPU aussi avec l’ajout de ces petits bidules supplémentaires ?
      Pour un pc qui prend de l’âge, est-ce que ça se fait plus sentir ?

      Si on ne se sert pas des joujoux sociaux, ça vaut aussi bien de rester à LTS.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

    • @Marcofsky

      Wayland est passé en version 1.0 dernièrement. Il reste cependant beaucoup de chemin à parcourir avant que cela soit prêt à un usage quotidien. Disons que la version 1.0 servira de protocole de base sur laquelle on va construire.

      (vidéo sur test Wayland – ennuyant mais donne l’état des lieux)

      http://www.youtube.com/watch?v=3qOppf4joJ8&feature=youtu.be

      Canonical a contribué à des “patchs” dernièrement via un de ses développeurs. À la décharge de Canonical, cette petite entreprise n’a peut-être pas les ressources pour payer des développeurs à temps plein comme le fait Red Hat avec GNOME.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • J’ai beaucoup aimé Ubuntu, c’est avec ça que j’ai commencé ma belle aventure avec Linux.

    Mais j’ai moins aimé le fait qu’ils aient changé d’interface.
    Ils ont laissé tomber l’interface Gnome pour adopter Unity.

    J’aime mieux choisir le logiciel que je veux utiliser dans une liste plutôt que de me creuser la tête à me rappeler le nom du logiciel et l’écrire dans un moteur de recherche.

    Il y a aussi la question des hyperliens sponsorisés vers le site commercial Amazon depuis l’interface Unity.

    Ça et d’autres problêmes aussi alors j’ai perdu la foi et défroqué.

    Aujourd’hui je me tourne vers Linux Mint et remercie l’Éternel cinq fois par jour après les ablutions.

    Et je n’ai pas été le seul, beaucoup d’utilisateurs ont laissé Ubuntu en 2011 pour aller vers Linux Mint, Fedora ou Xubuntu.

    Aujourd’hui Linux Mint est en première place et Ubuntu a glissé en troisième place selon Distrowatch:

    http://distrowatch.com/

    Triste.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 1

  • Je suis désolé mais 12.10, NO WAY! pour le moment. La 12.04 LTS a détecté mes deux moniteurs et il m’a invité à installer le driver Nvidia propriétaire et bingo! Mais la quantique à uniquement l’orbite de base pour un écran (ao) et ne voix pas la deuxième orbite (a1). Et dès que JE lui dis d’installer le driver, je redémarre en 1 moniteur avec la fameuse résolution 800 X 600 et aucune barre Unity. Ça fait trois installation où je tente différentes choses mais rien y fait. La leçon de “SuttleMachinworth”, c’est ma faute! Quand les forums Ubuntu (fr et qc) parlerons d’une solution simple, je verrai. Mais je vous annonce que j’installe Linux Mint 13 Cinnamon 64 cet après-midi dans la belle partition que j’avais préparé pour la pie. Désolé!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 2

    • @ tous

      Comme je l’ai dit, je viens d’installer Linux Mint 13 Cinnamon 64. De toute beauté! Une installation sans HIC. J’ai gardé une partition de 43 Gigs pour mes futures tentatives d’installation de 12.10. Je reste de tout coeur avec 12.04 LTS mais si Canonical me force vers la tablette, je tabletterai 12.10. Le SE doit être à mon service, pas à celle d’une compagnie. Linux, c’est Linux, le libre devra rester libre. Et ce à tout prix. Je n’ai pas de sympathie pour les SE propriétaires.

      N’oubliez pas que ce n’est pas la demande qui entraine l’offre. C’est le néolibéralisme qui nous indique ce que la demande doit être. Et ceux assez nigaut pour me traiter de communiste savent déjà ce que je pense d’eux. Nous sommes en train de glorifier le “sans effort” et l’éphémère.

      Bon, j’arrête mes commentaires trops précis.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

  • @ lemelin

    Bonjour.

    Je ne sais pas si c’est aussi votre avis mais j’ai comme l’impression qu’Ubuntu est en train de faire la même gaffe que Windows 8 en se garochant vers les tablettes comme un ouragan vers le New Jersey.

    Comme si du jour au lendemain les laptops et les desktops n’existaient plus, balayés par le vent du commerce et la marée de la nouveauté.

    C’est en effet depuis la version 12 d’Ubuntu qu’il y a le support pour l’architecture ARM, celle des ordiphones et des tablettes.

    En faisant tellement d’efforts pour migrer vers les tablettes, on dirait que suite à ça Windows et Ubuntu sont trop essouflés pour faire le reste de la job comme il faut afin que leurs produits soient encore des produits d’ordinateurs classiques.

    Alors on a des interfaces bizarres qui ont davantage les tablettes en tête comme l’interface de windows 8 et on a aussi des SE qui ne peuvent plus faire ce qu’ils faisaient si bien avant comme dans le cas de vos deux écrans qui ne fonctionnent plus sous Ubuntu 12.

    Mon opinion c’est que c’est tellement pas une bonne idée de laisser en plan des centaines de millions d’utilisateurs d’ordinateurs “classiques” que ça va leur jouer un mauvais tour en bout de ligne.

    Comme c’est déjà le cas avec les critiques de Windows 8 qui sont quasi-unanimes pour dire que c’est pas le produit du siécle et que ça a pas beaucoup de chances de séduire.

    Et comme c’est le cas aussi avec Ubuntu 12 qui a glissé de la première à la troisème place dans la liste des SE Linux les plus appréciés.

    C’est maintenant Linux Mint qui est en première place.

    Ici on a une critique du nouvel Ubuntu:

    http://distrowatch.com/weekly.php?issue=20121029#feature

    C’est pas très très joyeux et côté sécurité, quand Ubuntu admet que “par défaut” ils partagent vos actions sur votre ordinateur avec Facebook, Twitter, Amazon et la BBC, ça devient franchement inquiétant.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • @JIm777

      Tout à fait d’accord. Je ne vois pas en train de faire du tactile sur mon écran 24 pouces (qui n’est pas achetable pour le moment) le bras allongé et le bout du doigt (l’index) à toucher là puis complètement à l’autre côté sur mon autre écran.

      JE NE VEUX PAS DU TACTILE. Je veux quelque chose “d’époustouflant” pour mon travail, pas une tablette pour m’amuser.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Ouais ben, mon cher Nelson, j’ai attrapé ta chtouille.
    Le processus de la mise à jour initiale c’est bien passé mais après le reboot… AAAaaaahhhh….

    J’ai eu l’invite “grub rescue>”!
    Kosséssa c’t'affaire là?

    Pu moyen de booter quoi que ce soit. Panique générale.

    Par chance, un cellulaire intelligent Android m’a sauvé la mise. Une petite visite sur le web pour apprendre qu’il faut booter avec un CD Live, installer Boot-Repair, accepter le Recommanded Repair et 15 minutes plus tard une belle bébitte quantique se fait aller la quanticité (sic) à la va comme j’te pousse.

    Je retourne sous Win7 maintenant!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • @TTC1

      C’est exactement ce qui s’est produit lors de ma première installation de 12.10. Mais j’avais oublié cette solution. Elle m’aidera sûrement à ma prochaine tentative.

      C’est très plaisant de lire les commentaires de ce magazine.

      Merci pour ce truc!

      Et surtout un gros merci à M. Nelson Dumais. Notre maître à tous. ;-)

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

  • @Nelson
    Mais à quelle enseigne logez-vous donc?!?

    Votre conclusion, que je rapporte ici, est pour le moins intrigante:

    Mais le jour où Ubuntu pourra contrôler de multiples moniteurs, la pression sera alors très forte pour que j’en fasse mon système principal.

    Lorsque Thunderbird est tombé en disgrâce, à la suggestion d’un commentaire d’utiliser votre MacPro, vous répondiez:

    J’aime beaucoup Win 7 et, côté bureautique, je suis beaucoup plus productif avec un PC qu’avec un Mac.
    9 octobre 2012 8 h 48 min

    Le coffret Office de Microsoft tout comme la Suite Creative de Adobe sont disponibles autant en version Windows que OS X. Quitter Windows pour OS X ne vous poserait pas de problèmes majeurs. Mais choisir Ubuntu serait vous priver des outils que vous utilisez sur une base quotidienne. Nous n’avons pas d’information, à ce moment-ci, pour comprendre en quoi Ubuntu vous procurerait un avantage tel que vous en délaisseriez Windows 7, malgré l’affection que vous exprimez, sans aucune gêne, pour cette mouture de Windows.

    Mais que feriez d’une machine principale basée sur Ubuntu sans Outlook?

    Outlook. Ce cher Outlook. Vous avez livré une performance admirable lors de votre monté de lait, pour bien faire savoir le fond de votre pensé à M. Microsoft. Vous y avez mis des efforts pour transférer vers Thunderbird les archives en provenance d’Outlook. Le cris de la victoire a résonné fortement en ces pages lorsque vous avez complété l’opération.

    Imaginez donc ma surprise, le 1er août dernier à la lecture de votre chronique: Hotmail est mort, vive Outlook!
    Lors du lancement du service Outlook.com, vous avez inscrit, non pas un, mais bien 2 comptes sur ce nouveau service de messagerie gratuite. À ce moment-là, Thunderbird était toujours le maître de la messagerie. C’est du moins ce que vous aviez rapporté le 17 juillet dans votre chronique Bye-bye pour de bon, Outlook! et ce en même pas 2 semaines!

    Ne voyez pas une complainte de reproches en ces mots, je ne manifeste que mon incompréhension envers l’hôte de cet excellent web-zine.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 5

    • Pour reprendre un argument naguère débattu (euphémisme), je ne fais pas que dans l’information, je touche également au divertissement. Entretenir un blogue ou un webzine pour que des gens viennent et reviennent implique certains sacrifices par rapport à la lourde, sérieuse, prudente, « by-the-book », stricte forme syntaxique (celle p.ex. que j’ai naguère pratiquée au Journal Les Affaires) pour adopter un ton plus senti, humain, émotionnel, coloré. Remarquez, l’un n’empêche pas l’autre. Mon truc ? Je m’arrange pour vivre ou « vivre temporairement » les histoires que je raconte.

      Prenez Outlook vs Thunderbird. L’histoire vraie ressemble à celle publiée. En réalité, quelqu’un en a eu marre de m’entendre râler contre Microsoft Outlook et m’a vivement conseillé de passer à Thunderbird. Ce que je fais, notamment, parce que c’était un très beau sujet de papier (papier qui s’est avéré très lu). Mais il arrive que ce produit n’a pas convenu pas aux obligations inhérentes à mon webzine et m’a créé différents problèmes (certains chroniqueurs s’en rappellent…). Alors, j’ai dû changer. J’ai alors hésité entre les plans B et C que je m’étais aménagés avant mon transfert dans Thunderbird. B consistait à passer carrément au Mac et C, retourner à Outlook 2010 grâce à un logiciel que j’avais remarqué. Par prudence, j’ai opté pour le plan C, ce qui m’a donné un nouveau papier très lu.

      Autre exemple, Ubuntu 12.10. Relisez-moi. Tout ce que j’ai écrit est vrai. Mon poste principal de travail dispose de 4 moniteurs ACL ( un 17’, deux 20’ et un 24’). Si je passe au Mac où il y a déjà trois moniteurs (deux 20’ et un 24’), je n’aurai qu’à investir quelque 200 $ pour modifier mes câbles de raccordement à la carte graphique, ce qui me permettra d’ajouter un 4e moniteur et je serai en affaire. Mais, pour l’instant, j’aime mieux l’interface de Win 7 que celle de Lion. Pourquoi je ne passe pas à Mountain Lion ? C’est en raison du logiciel principal que j’utilise dans ce Mac face auquel je suis d’une prudence exemplaire, ce qui m’a déjà fait publier deux papiers qui ont été lus. Ubuntu ? J’ai vraiment aimé. Honnêtement ! Et si je pouvais y raccorder plusieurs moniteurs, il est très possible que j’y migrerais tranquillement pas vite. Imaginez l’article que j’en tirerais ! Mon histoire en est une de confort. Quatre moniteurs, ça gâte, croyez-moi.

      Windows 8 ? Un jour je vais l’installer dans mon PC en lieu et place de Win 7. Je n’ai pas le choix; je me dois d’être un chroniqueur utile et pertinent. Dès lors, je vivrai une angoisse quotidienne dont la solution pourra n’apparaître qu’au bout d’un an ou deux. Je parle du tactile. Je n’arrive pas à imaginer comment je pourrai être productif avec un SE où on pousse vers le tactile dans un contexte de quatre moniteurs qui ne le sont pas. Devrai-je les remplacer par autant de moniteurs tactiles ? Devrai-je plutôt, par économie, me monter un énième ordi, un PC tactile celui-là, juste pour Win 8 ? Vous voyez le problème venir ? Vous voyez aussi les articles que je pourrai tirer de ce questionnement ? Donc, il se peut que je devienne accro du tactile, avec ce que ça entraîne comme décision, comme il se peut que je n’embarque pas vraiment, ce qui pourra me faire migrer vers OS X ou Ubuntu plus rapidement que prévu. Il est hors de question que je boque sur Win 7.

      En résumé, mon premier choix est Windows, mon second OS X et mon troisième, le quetzal d’Ubuntu. Pour l’instant. Le jour où je vais accrocher définitivement mes patins, c’est-à-dire le jour où je n’aurai plus ce devoir de pertinence informationnelle, je vais n’en garder qu’un et ce sera … le Bon Dieu le sait et le Diable s’en doute ! Tout dépendra où tout un chacun en sera rendu.

      En attendant, cette situation d’amour-haine me permet de produire des articles que certain(e)s lecteurs-trices trouvent utiles et agréables. D’où les apparences de contradictions.

      Voilà ! Merci de m’avoir lu.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

  • 6 mois pour ajouter des liens Facebook. GMail, Twitter?

    Y travaillent pas vites!
    Ils avaient aussi parlé d’une refonte des icônes…
    Même pas là!

    Ouin!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

  • En passant pour les utilisateurs Vbox, les guestadditions sont importantes pour obtenir certaines résolutions.

    Si c’est déjà fait ok mais sinon vous montez les additions via le menu de Vbox puis dans une console, vous tapez sudo thunar puis votre pass root et naviguez vers le dossier, double cliquez sur la version Linux et Ta-tam!

    (Thunar, l’explorateur de Xfce sinon je connais pas l’autre par défault de Unity car avant je n’avais qu’à taper sudo nautilus. Peut-être qu’après avoir monté les additions, vous allez avoir juste à écrire votre pass root comme c’est arrivé la dernière fois mais je ne me souviens plus avec quelle distribution alors j’ai donné d’autres alternatives au cas ou.

    Et je trouve dommage de n’avoir que des variations de l’ancien Gnome 2 car Unity moi, pas capabe!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Merci Nelson pour cette chronique et pour toutes celles des dernières années.

    Te concernant, j’ai même réussi l’exploit de te faire lire par ma blonde au quotidien. Pour ceci j’ai dû te rendre plus grand que nature.

    Mon ordi principal roule sous win7, je n’ai pas le choix pour l’instant à cause de certains programmes. Wine ne parvient pas à bien faire le travail.

    J’ai plongé dans Linux l’hiver dernier. J’ai essayé tout un paquet de distributions. Un des plus beaux moments entre moi et mes ordis ! Quelle belle découverte. On en bave un coup au début mais avec le temps et beaucoup de lecture on apprivoise le tout.

    Ma deuxième tour roule sous Xubuntu 12.10. J’adore. C’est beau, c’est simple, et performant pour ce dinosaure.

    Mon portable, j’avais choisi Mint13 cinnamon mais ça gèle régulièrement. Je verrai pour la prochaine version.
    Donc je me retrouve avec ubuntu 12.10. J’aime bien le fait de pouvoir crypter mon disque dur à l’installation.
    Avec ceci je trouve qu’il est plus facile de s’y retrouver dans nos programmes;
    http://www.liberiangeek.net/2012/05/install-classic-menu-indicator-in-ubuntu-12-04-precise-pangolin/

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • @Nelson
    Question curieuse : Tu les utilises principalement à quelles fins tes 4 moniteurs?

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

    • Normalement:

      PC- De gauche à droite: 1, 2, 3, 4

      Cliquer ici pour une illustration

      1- 20 pouces; Outils Web, p. ex. Google Analytics, documents temporaires, icônes du Bureau
      2- 24 pouces: Moniteur principal: WordPress, Word,traitement graphique, icônes des illustrations non classées (classement que je fais le samedi matin)
      3- 20 pouces: recherche sur le Web, brouillons, TweetDeck, Antidote
      4- 17 pouces: courriel (Outlook) et gadgets (horloge, calendrier et météo)

      Mac- De gauche à droite: 1, 2, 3

      1- 20 pouces: Chrome, System monitor, Compressor
      2- 24 pouces: Final Cut Pro X, Audition, QuickTime, Photoshop, icônes du Bureau
      3- 20 pouces: fenêtre de visionnement de Final Cut Pro X

      Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

      • et tu “switch” de Mac à PC comment?

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

        • J’imagine qu’il ‘switch’ avec ses jambes…;-)

          Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

          • Exactement, avec mes jambes. Du pied, je propulse ma chaise vers l’autre extrémité de ma table de travail. Bref, je roule d’un système à l’autre. Quelle époque !

            Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • Tu as 7 moniteurs? où les 20-24-20 ont deux connecteurs? où alors je ne comprends pas.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

    • J’ai sur ma table de travail trois systèmes dont les boitiers sont par terre: un PC sous Win 7 avec 4 moniteurs branchés sur une carte Matrox à 4 bornes, un Mac avec 3 moniteurs branchés sur une carte ATI pouvant en recevoir 3 (mais comme j’ai pas les bons câbles, j’en ai 2 sur la carte et un 3e par raccordement USB), enfin une machine Ubuntu avec un seul moniteur.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0