Organisation de l’information: 1- les difficultés

28 octobre 2012 9 h 00 min 24 commentaires Views: 783

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

Le Formateur

c
Dès ma première chronique en ces pages, la question de l’organisation de l’information dans un ordinateur et les moyens pour la faire comprendre aux nouveaux arrivants a été posée. D’où la série d’astuces et de méthodes utilisées dans le cadre de mes formations qui débute aujourd’hui.

(Source de la photo: NDLM)

Mais pour commencer par le commencement, il nous faut d’abord regarder les difficultés principales qui nuisent à la compréhension de l’organisation de l’information dans un ordinateur.

Pour notre néophyte qui affronte la bête informatique pour la première fois, il y a plusieurs concepts et modes de penser qui lui sont, la plupart du temps, totalement étrangers. Ce qui rend l’apprentissage encore plus difficile, c’est que la nature de l’objet qu’il doit maîtriser utilise des méthodes de travail qui sont contre nature pour l’être humain normal.

Dans tout, partout, tout le temps, le concret et l’abstrait sont côte à côte et sont aussi concrets qu’abstraits l’un et l’autre. Dans notre quotidien, le concret est habituellement quelque chose que l’on peut toucher, prendre, manipuler de façon physique.

Organisation de l’information
Suivez bien mon raisonnement. Le ciel, pas celui de Kateri Tekakwitha, celui de Felix Baumgartner, c’est du concret. On sait que le ciel est bleu, concrètement bleu. Mais pour comprendre pourquoi, il nous faut aller dans l’abstrait (lois de physique et de l’optique). (Source de la photo: Flickrhivemind)

Pourtant, sauf exception, ce n’est pas une question que nous nous posons; nous avons intégré la voûte céleste comme quelque chose de concret, pas parce que nous savons pourquoi, mais parce que c’est devenu ainsi avec le temps. C’est quelque chose que l’on voit toujours. Cela pour dire que la notion de temps peut nous faire incorporer comme concret ce qui ne peut être manipulé physiquement.

C’est donc une abstraction, soit le temps, qui fait le boulot. Notre néophyte lui, rencontre la machine pour la première fois et il faudrait, dès lors, qu’il puisse s’en servir. Malheureusement, pour lui, le facteur temps est absent. Pas de veine !

Par ailleurs, le dosage de l’abstrait et du concret doit être fait par notre cerveau. C’est un acte de volonté. Il n’est pas naturel d’accepter d’emblée ce qui est abstrait comme étant concret.

Organisation de l’information
Ici, il faut toujours garder en tête que le nouvel arrivant n’a pas encore créé son premier fichier, pour lui, la seule chose qu’il voit est la boîte, l’écran, la souris et le clavier. En même temps, il faut être modeste en se rappelant qu’à un moment donné, nous avons aussi été confrontés à cette bousculade de nouvelles connaissances. L’âge rend la crainte plus ou moins grande selon le cas, mais cette dernière est toujours présente et elle augmente, en général, avec l’âge. (Source de la photo: Pitoong)

Finalement, il y a un élément qu’il me faut ici rappeler, un élément qu’il ne faut jamais négliger. Aujourd’hui, l’informatique fait partie de la vie quotidienne de tout le monde. Notre néophyte adulte sait qu’il est à l’écart, qu’il est décalé d’avec le reste du monde. Ceci prédispose, trop souvent, au sentiment d’insécurité qui est habituellement présent avant même d’aborder les ordinateurs pour la première fois.

On doit alors agir en conséquence. On doit rendre l’apprentissage le plus simple possible, accompagner le tout de beaucoup de renforcements positifs et, surtout, expliquer que la courbe d’apprentissage est impossible à éviter.

Autrement dit, on doit alors accepter que le temps soit la clé.

À la prochaine.

Auteur(e) Benoît Lacombe

Mon premier ordinateur fut un IBM PC 5150 usagé et ensuite, ce fut un Macintosh SE. Depuis ce temps, naturellement, j’ai toujours servi de neveu/ami/gendre-qui-connait-ça-pis-qui-sert-à-dépanner-ou-expliquer. Depuis quelques années, je donne, entre autres, de la formation d’initiation à l’informatique et de logiciels à des gens de tous âges. Cette chronique offrira des façons, des trucs et des exemples à utiliser pour aider la compréhension de l’ordinateur à ces «nouveaux arrivants» en fonction de leur type d’apprentissage.

24 commentaires

  • « il faut être modeste en se rappelant qu’à un moment donné, nous avons aussi été confrontés à cette bousculade de nouvelles connaissances »

    Cette phrase s’applique aussi à l’éducation de nos enfants.

    Il faut savoir être modestes et se rappeler avoir été jeunes, avoir expérimenté et, peut-être, s’être cassé le nez aussi. C’est tellement plus facile de comprendre quand l’on s’admet à soi-même qu’on a aussi chaussé leurs souliers, qu’on n’est pas nés avec la connaissance infuse, qu’il a fallu expérimenter.

    Hors sujet, je sais, mais ça me tentais de l’écrire :mrgreen:

    Bon dimanche à tous !

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

    • Chère Fafouine-la-sage :-)

      J’adore la réponse de Mafalda à sa mère lors d’une chicane sur l’éducation. À son argument massue ;
      - Je suis ta mère !

      Mafalda rétorqua ;
      - Je suis ta fille, et à ma connaissance on a eu notre diplôme le même jour !

      Alex

      Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

  • Un ou deux trucs que j’aimerais ajouter:

    Je préfère parler de ce qui passe par les sens ou non au lieu des termes “abstrait” et “concret”. C’est au final, la même chose mais, plus global, à mon humble avis!

    On “perd” rapidement le commun des mortels, voire même des physiciens, quand on commence à parler de théorie des cordes ou de quarks avec des noms exotiques… de bozons et tutti quanti!!

    Pourquoi? Aucun bozon n’a jamais été dessiné (sens de la vue) donc, on doit en utiliser une propriété de l’esprit humain: la conceptualisation abstraite. Bien qu’elle semble exister à l’état primaire chez certains animaux, c’est la caractéristique primaire de l’humain. Tout ce qu’on ne peut voir, toucher, sentir, goûter ou écouter restera toujours assez contre-intuitif! Le processus scientifique en soi découle du sens de l’observation (donc, au départ, de la vue!)…

    Ensuite, viens le phénomène des mots… les étiquettes! Puisqu’il faut référer, on en viendra toujours à une approximation de la réalité: Les atomes du débuts du siècles étaient des planètes qui tournaient autour d’un noyau: Ce sont aujourd’hui des entités probabilistes statistiques dont on ne peut rien dire aussitôt qu’on tente de le localiser dans l’espace. C’est dingue!

    Donc, les sens physiques et les mots utilisés pour décrire la réalité sont capitaux pour permettre l’apprentissage, quel qu’il soit! Il faut avoir des références communes.

    Une théorie récente en physique commence même à mettre en question la réalité. La gravité ne serait pas une propriété de la matière mais un résultat de phénomènes sous-jacents au même titre que la pression sur l’extérieur d’un ballon, quoique très concrète et palpable, n’est que le résultat macroscopique de la poussée aléatoire des atomes à l’intérieur du ballon. Cette pression n’est pas une propriété du ballon en soi. Tout comme la température, quoiqu’aussi concrète que la gravité, n’existe pas comme entité seule: Elle est le résultat de l’interaction sous-jacente des atomes entres eux!!

    Et Dieu (et probablement Alex aussi!) savent que les sens sont faciles à duper!

    C’est fou c’qu’on amuse, en physique et dans le joli domaine de la technologie, non?

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 2

    • @Dennis Dubeau

      «Une théorie récente en physique…»

      Si vous êtes physicien (ou un passionné de science), vous comprendrez qu’un collègue ne laissera pas cela passer sans demander vos sources!

      Dans la revue Nexus, on voit souvent des arguments commencer par «Une théorie récente en physique…». Mais je ne dis rien de plus sur cette revue.

      Merci d’avance.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

      • @ Mario

        Science et Vie. J’ai un peu la flemme d’aller vérifier quelle mois dans ma bibliothèque mais c’est d’il y a au plus 6 mois… donc récent!

        Science et Vie est une revue de vulgarisation scientifique assez crédible pour que j’aime la lire…

        Je crois que le physicien derrière cette théorie est Erik Verlinde.

        Ici, un assez bon résumé de sa pensée… : http://bigthink.com/ideas/22877

        Je ne suis pas un physicien professionnel mais la physique et la science en générale me passionne.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

        • Merci Dennis,

          Je viens de reconnaître cette hypothèse. Merci beaucoup pour le lien!

          Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Daniel Pontbriand

    Tu dis ” Pour notre néophyte qui affronte la bête informatique pour la première fois,”. Il y a de moins en moins de néophyte. Cette phrase est la phrase politically correct pour parler des personnes âgées (micro-informatiquement parlant). Les enfants de 3 ans comprennent facilement comment fonctionne un Ipad, enfin comment changer de photos en glissant son doigt.
    C’est sûr qu’il y a encore des personnes qui n’ont pas d’ordinateur mais je penses qu’on ne devrait plus utiliser cette phrase. Pour la génération actuelle, l’ordinateur s’apprend aussi facilement que la bicyclette.
    Et pour les personnes âgées, ca dépend de sa volonté de comprendre.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • C’est très optimiste Daniel. Utiliser un ordinateur, quel qu’il soit, n’est pas savoir s’en servir.

      Envoyer 3 000 SMS par mois ne signifie en rien qu’on sache comment ça marche, ce que ça représente en bande utilisée, si c’est par cellulaire ou 3G ou wifi…
      Sans être néophyte, un utilisateur peut se servir d’un ordinateur depuis des lustres en étant un techno nouille parfait.

      Probablement que plus les mobiles vont prendre de la place, moins il y aura de gens “connaissant” l’informatique. Puisque ce sera de moins en moins utile. De même que pour rouler une voiture il y a 50 ans il valait mieux connaître un peu de mécanique, ce qui est moins nécessaire aujourd’hui. Et de toute façon inutile vu la complexité de la chose :-)

      On reparlera de la difficulté pour les personnes âgées une autre fois, c’est plus compliqué que juste de la bonne volonté !

      Alex

      Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

      • “On reparlera de la difficulté pour les personnes âgées une autre fois”

        J’ai bien hâte de lire comment vous percevez les fafouinacés. :wink:

        Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

      • M. Alexanticosti,

        Vous avez entièrement raison.

        Quelques éléments en vrac en appui à votre commentaire:

        - La fracture numérique est indubitablement appuyée dans la pyramide des âges. Selon le Cefrio (étude publiée en juin dernier), elle apparaît avec les gens né avabt 1967. C’est donc à partir de 45ans qu’elle apparaît. Bref, ont est loin des «personnes agées» quand ont parle de ceux qui sont à la frontière de la «génération X» et de la fin de la «génération du babyboom».
        - Pour reprendre l’argument d’utilisateur qui n’est pas équivoque avec connaissance de l’objet, je rappellerai le commentaire d’un lecteur dans une de mes chroniques précédentes. Ce dernier relatait son expérience en support informatique dans une entreprise. Il relatait recevoir parfois des appels pour mentionner le ralentissement de l’ordinateur d’un usager pour se rendre compte que c’était causé par le bureau qui était encombré de dizaines de fichiers… puisque l’usager ne savait pas les classer.
        - Finalement, certains groupes d’alphabétisations de Montréal, qui offrent aussi des cours d’informatiques de base, ont une grand nombre (quelques dizaines) de gens de moins de 50 ans qui prennent leur cours.

        Cordialement
        Benoit Lacombe

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

        • C’est “normal” que les ceusses que l’ordinateur est arrivé dans leur vie à l’âge adulte aient plus de difficulté à l’apprivoiser. Comme la personne née en 1900 qui toucha un volant automobile en 1954 n’acquit pas tout à fait la même maîtrise (pas de la même façon en tout cas) que le “Gino” né en “68 qui appris à conduire sur la Valiant 1974 de son père à l’âge de 12 ans…

          Et puis il y a l’intérêt. En cet auguste magazine se retrouve un paquet de passionnés, tous plus compétents, ou curieux, les uns que les autres. Mais dans la population “normale” ce n’est pas vraiment le cas. Et c’est très bien. S’il fallait que toutes les honnêtes gens soient aussi weird que les habitués du NDLM…

          En théorie l’informatique fournit des outils. De connaissance, de communication, de découverte, de divertissement… Le danger est de croire qu’elle est un but en soi. Ce n’est pas l’ordinateur qui est dangereux, c’est la main de celui qui tape sur son voisin avec un iPad* qui l’est !

          Alex

          * comment ça, mon exemple est pourri !

          Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 1

          • AH oui… bonne idée ça! Faut juste “taper” une brique sur l’endos de l’Ipad avant… Je suggère 3-4 tours de duct tape!

            Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

          • @ Dennis Dubeau

            Wow ! Bonne suggestion ! :wink: Je cherchais justement une autre utilité au duct tape.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

      • “De même que pour rouler une voiture il y a 50 ans il valait mieux connaître un peu de mécanique, ce qui est moins nécessaire aujourd’hui. Et de toute façon inutile vu la complexité de la chose.”
        Sapré belle conclusion, alexanticosti !
        Valable pour toutes ces technologies récentes que l’on doit admettre, comme on doit accepter la rencontre de Adam et Ève, vu la complexité de la chose. ( La Pomme.. capiche !”

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • “que le temps soit la clé”, je préciserais “temps d’exposition” ou “période d’accoutumance”, “temps d’intégration”… car le temps seul ne fait rien à l’affaire. C’est le temps qu’on passe à se familiariser qui fait digérer les concepts.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

    • Vous avez parfaitement raison.

      Merci pour cette précision.

      Benoit Lacombe

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

  • C’est quoi c’te renforcement positif à deux vitesses??? Alex est complètement et moi parfaitement?!? Ne nous prenez pas pour des codes 18 mon Ti-Ben! Nous avons tous les deux entièrement ET parfaitement raison ok là! ;-)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

    • Farpaitement Rexie.
      Tu as farpaitement raison…

      Ça va comme ça là là ?

      AhAlex

      Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • Autre excellent blogue qui porte à réflection.

    Quand vous dites Benoît “L’âge rend la crainte plus ou moins grande selon le cas, mais cette dernière est toujours présente et elle augmente, en général, avec l’âge.”, je suis totalement d’accord. Je connais et j’ai connu des personnes plus âgées que moi, étre plus réceptives que des personnes plus jeunes. Généralement, les personnes plus âgées sont moins réceptives. Après tout, c’est une question d’intérêt.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0