Dreamforce 12: le plus grand événement de l’histoire de l’informatique

24 septembre 2012 8 h 53 min 16 commentaires Views: 790

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

“Mes amis, je rentre d’un voyage épuisant à San Francisco. J’y ai croisé Richard Branson, Barack Obama, Colin Powell et M.C. Hammer, j’ai joué avec des hélicoptères télécommandés et j’ai acheté une paire de souliers à 1300 $ avant les taxes ! Dure semaine à San Francisco !”


(Source Flickr, licence Creative Commons)

C’est ce qu’aurait sûrement écrit le capitaine Bonhomme, ce héros de nos enfances (1). Hélas! moi je n’étais que virtuellement présent à la foire Dreamforce 12 tenue au centre Moscone de San Francisco ! (2) Ce n’est que grâce aux réseaux sociaux, au Web et à plusieurs amis qui avaient fait le voyage, que je peux vous relater cette histoire tout comme si j’y étais véritablement allé. Mais l’année prochaine, il en sera tout autrement, c’est promis. Car, dit-on, le nombre des participants pourrait alors franchir le cap des 100 000.

Tenue entre les 18 et 21 septembre, la Dreamforce ’12 s’est avérée avec ses 90 000 participants comme étant la plus grande conférence jamais organisée par un éditeur de logiciels. Je ne vous parle pas de Microsoft, IBM, Oracle ou SAP, mais de Salesforce, un éditeur essentiellement infonuagique (“No hardware, no software, no headaches” y scande-t-on) que vous ne connaissez peut-être même pas, qui se spécialise dans les applications en ligne de gestion de la force de vente et du service à la clientèle.


Cette entreprise de San Francisco est dirigée par un personnage assez singulier, Marc Benioff. Croisement improbable entre Steve Jobs et Steve Ballmer (avant son régime), l’homme a une carrure de joueur de football (avec les épaulettes intégrées), un sourire de tigre et une chevelure de lion. Il passe dès qu’il le peut une partie de son temps à Hawaii, a choisi la compagnie d’un superbe labrador chocolat, et ne se déplace jamais sans une masseuse paraît-il … pour son chien bien sûr. N’allez pas croire que je suis amoureux, ou jaloux ! Mais j’avoue, j’aime ce bonhomme. Je le connais depuis des années et il dégage toujours une énergie incroyable. (Source Flickr, licence Creative Commons)

Cette semaine pour son discours d’ouverture, il est monté sur scène dans un costume bleu nuit, sur mesure et parfaitement ajusté, mais chaussé de souliers de geek ! Pas n’importe lesquels tout de même, des souliers de chez Louboutin aux motifs de circuits imprimés. Il n’a fallu que quelques heures aux internautes pour en trouver la piste. Vous pouvez les commander au prix “raisonnable” de 1295 $ ÉU sur le site du fabricant.(3)


(Source de l’image: Salesforce)

Marc Benioff a réussi l’exploit de bâtir son succès sur un slogan Pas de logiciel … alors que son seul métier est de fabriquer du logiciel ! Fort quand même le gars ! En fait Salesforce a parlé d’infonuagique avant les autres. Rappelons-nous, à l’époque, au début des années 2000, quand nous parlions de “SaaS” (Software as a Service), c’était la même chose, des applications hébergées ailleurs. Et Marc Benioff avec son slogan voulait simplement dire Pas de logiciel en local. Je m’en souviens pour avoir assisté à une des premières conférences utilisateurs de Salesforce.com où nous n’étions à peine que quelques milliers.


Au-delà du service à la clientèle, Salesforce.com (4) a beaucoup évolué. Il s’agit maintenant d’une plate-forme complète avec des applications sociales, de gestion des ressources humaines, et surtout avec un environnement de développement qui permet aux partenaires de proposer à leur tour n’importe quelle application en mode locatif. (Source de l’image: Salesforce)

Et c’est l’autre génie de Salesforce.com, quand les grands éditeurs s’acharnaient à remplir leur portefeuille de commandes de ventes de licences, le non-éditeur Salesforce.com vendait des abonnements, lui. Tout comme la SAS Institute depuis des années. Et ainsi, il a fait grandir son matelas de clients récurrents, générant un chiffre d’affaires toujours en croissance.


Tout au long de l’événement de la semaine dernière, Salesforce a présenté de nouvelles fonctions, de nouveaux produits, tous centrés sur les fonctions “sociales”. Les réseaux sociaux sont vraiment au coeur de l’évolution des usages en Amérique du Nord, y compris dans les gouvernements ! Mais je vous laisse découvrir par vous-mêmes les communiqués officiels de ces annonces. (Source Flickr, licence Creative Commons)

Je me suis dit que vous seriez possiblement plus amusés par les coulisses. En fait, Dreamforce ’12 a été à l’image de Marc Benioff, un homme de démesure qui ose tout. C’est le rappeur M.C. Hammer qui a accueilli les participants le premier soir. Après, ç’a été le tour des Red Hot Chili Peppers. Quant à la présence de Richard Branson, pardon, de Sir Richard Branson, le patron de Virgin, elle était plus amicale qu’autre chose; je suis certain que les deux hommes ont chacun la folie qu’il faut pour s’entendre.


Comme il est d’usage dans ce genre d’événement, il y avait du beau linge dans la brochette de conférenciers; Branson n’était pas le seul. Il y avait également Colin Powell, l’ancien ministre de George W qui avait été général des armées du père Bush, Jeff Immelt, le grand patron de la General Électrique, ainsi que Tony Robbins, un motivateur stratégiste que l’on dit couru. (Source Flickr, licence Creative Commons)

En ce qui a trait aux hélicoptères et à Barack Obama, enfin à son sosie (photo ici à gauche), c’est mon ami Bruno Aziza, un marseillais installé depuis des années en Californie et actuellement directeur du marketing de SiSense qui en avait eu l’idée pour animer son stand.

En terminant, un mot de mon envoyée spéciale non officielle Rachel Delacour, qui dirige l’éditeur français de logiciels décisionnels WeAreCloud, “Dreamforce, toutes les entreprises devraient y aller, j’en reviens plus qu’inspirée”.

(1) Eh oui, la notoriété du capitaine Bonhomme a traversé l’Atlantique. Comme il le disait si bien, « les sceptiques seront confondus ! »

(2) L’an prochain, l’importance médiatique du webzine de Nelson sera telle que je serai sûrement envoyé, toutes dépenses payées, comme reporter à la Dreamforce ’13. J’aurai même la possibilité de m’acheter des godasses Louboutin et de me les faire rembourser au retour.

(3) Je précise ne toucher aucune commission sur cette publicité gratuite, de toute façon, l’inventaire est quasiment est épuisé…

(4) Chez Salesforce, on insiste beaucoup pour avoir le “.com” dans la signature.

Auteur(e) Philippe Nieuwbourg

Après une carrière en gestion, en marketing et en journalisme, Philippe Nieuwbourg a fondé en 2000 le Musée de l’informatique de Paris, institution à succès qui, depuis le printemps 2010, a maille à partir avec la bureaucratie française. Mais cela ne l’empêche pas d’être, notamment, analyste spécialisé en intelligence d'affaires chez Decideo, un cabinet d’experts établi en France et au Québec.

16 commentaires

  • Vraiment intéressant!

    Dire que j’ai manqué le Dreamforce’12. Mais je souhaite vous accompagner l’an prochain pour le Dreamforce’13

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Vous croyez que Nelson acceptera ça ????

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

    • Puisque la renommée aura fait en sorte que NELSON DUMAIS – LE MAGAZINE occupera la suite présidentielle du Argent Hotel, c’est tout près du Moscone, je vous ferai de la place. Mais vous devrez être gentils.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 0

  • Envoyez, on clique les pubs et on «paye la bière»! Comme ça, on pourra tous y aller su’ l’bras de Nelson Dumais – Le Magazine!

    :-P

    Le Dauphin stigateur

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

    • Laissez faire mon bras pour l’instant, mais pensez aux vôtres, bien extensionnés devant votre écran, la main sur la souris, en train de cliquer sur les pub !!! Quelle vision agréable ! Quel geste essentiel !

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

      • Pas ton bras, celui du magazine, bout d’ciarge!

        Je clique tellement sur les pubs que je vais devoir aller me faire opérer pour le tunnel carpien une 2e fois! 8-O

        Le Dauphin scriptible

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

      • Bonsoir M. Dumais,

        Je clique sur les pub, mais j’ai un souci avec celle de la page d’accueil, le bandeau immédiatement situé sous le dernier article publié et qui fait 728px x 90px. J’ai beau cliquer comme une forcenée, jamais mon geste n’aboutit sous Firefox. Je n’arrive pas chez l’annonceur, mais je reste sur une page blanche avec cette immense adresse http://adclick.g.doubleclick.net/aclk?sa= …etc.

        J’ai bien désactivé AdBlockPlus pour votre site et j’ai activé l’envoi du référant, mais rien n’y fait.

        De plus, en arrivant sur votre site et à chaque clique que je fais en le consultant et ce, peu importe la page ou le lien, Firefox m’avise qu’il a empêché la redirection automatique vers une autre page. Évidemment, je clique sur le bouton Autoriser, mais ça devient désagréable à la longue.

        Sous IE 9, qui n’est pas mon fureteur par défaut, je n’ai pas ces problèmes.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

        • Bonne journée Mme Suzkinne,

          J’essaie de reconstituer votre problème de fureteur et je n’y arrive pas. Mais à vue de nez, ça me semble être une histoire de config avec AdBlock,

          Quelqu’un d’autre aurait une idée sur cette question ?

          Faites vite, Suzkinne veut me donner des sous et elle n’y arrive pas !!!

          Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

          • Si Suzkinne parle de ce bandeau , il y a environ deux semaines que je ne le voit pas non plus.

            AdBlock et NoScript sont désactivés de mon côté.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

          • @ Suzkinne

            C’est bien AdBlock ! Il n’a pas été assez que je le désactive pour le site seulement. J’ai dû le désactiver complètement pour voir toutes les annonces.

            Il doit y avoir un filtre dans AdBlock qui cause le problème. si je trouve, je vous le ferai savoir :smile:

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

          • @ Fafouine, effectivement, c’est de ce bandeau dont je parle.

            Moi aussi, AdBlock est désactivé, je vois la publicité, mais en cliquant sur la pub, je n’arrive pas chez l’annonceur.
            Je viens de réussir en faisant un clique droit et en ouvrant dans un nouvel onglet. Cependant, ce n’est pas toujours possible, car certaines pub sont en flash.

            De plus, je me demande si M.Dumais est crédité lorsque je fais un clique droit pour ouvrir dans un nouvel onglet ou une nouvelle page. Puisque j’active l’envoi du référant sur ce site, peut-être est-ce suffisant.

            Et puis, j’ai toujours ce problème de redirection avec Firefox.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

          • @ Fafouine,

            Effectivement, en désactivant complètement AdBlock Plus, j’arrive chez l’annonceur.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

          • @ Suzkinne

            J’ai fait tous les tests possibles et il n’y a vraiment qu’en désactivant complètement AdBlock Plus que les annonces sont toutes fonctionnelles.

            Désolée de n’avoir pas trouvé une meilleure solution :???:

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • @Le Dauphin

    J’ai ri en lisant votre commentaire, hihihihi….. À chaque fois que je viens ici, je clique sur TOUTES les publicités, il y en a qui sont intéressantes. Mais ailleurs, les publicités sont inexistantes.

    @Philippe Nieuwbourg

    Il y a des sujets dont vous abordez où je suis néophyte (à chacun son domaine), mais à chaque fois c’est un grand plaisir de vous lire, vous êtes un passionné, vos articles le prouvent.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0