Où est passée ma barre de langues ?

20 septembre 2012 15 h 38 min 57 commentaires Views: 1359

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

Un visiteur assidu de NDLM, un dénommé L_I_O_N_E_L , écrit qu’il a perdu sa barre linguistique dans Windows, ce qui lui cause bien des ennuis. Il est vrai que sous Windows, on peut perdre son temps avec des bêtises horripilantes. C’est le cas de la barre de langues qui, un bon jour, n’est plus là. Où est-elle passée ? Le diable le sait !


La Tour de Babel, +- 1563, Pieter Brueghel l’Ancien (Source: cliquez sur l’image)

Personnellement, je n’en ai pas et c’est voulu, puisque j’ai décidé de ne garder qu’une seule langue, celle appelée Français (Canada). Avec cette configuration, je dois, par exemple, taper « à » ou « è » ou « ù » en deux temps. D’abord l’accent grave (touche juste à gauche de Enter et en haut de la majuscule de droite) et ensuite la lettre que je dois accentuer. Je suis productif ainsi et je déplore vivement ne pas pouvoir installer cette config sur un Mac quand je dois y travailler. Bref, n’ayant qu’une seule langue dans mon PC Win 7, je n’ai pas de barre de langue. C’est logique. (Les images qui suivent ont toutes été produites par NDLM – acronyme enregistré de NELSON DUMAIS- LE MAGAZINE)


Mais mettons qu’il me faille en installer une parce que, disons, j’ai de la visite des États-Unis qui aimerait envoyer quelques courriels à la maison.

Voici comment procéder

1- On ouvre le Panneau de configuration (il est dans le menu dit Démarrer).

2- Dans les icônes affichées, on repère Région et langue. Ici deux possibilités :

  • Le panneau est affiché par catégories: auquel cas, on clique sur Horloge, langue et région, puis sur Région et langue
  • Le panneau est affiché par grandes ou petites icônes : auquel cas, on clique directement sur Région et langue

3- Ce faisant, une fenêtre s’ouvre où on clique sur l’onglet Claviers et langues.

4- On clique ensuite sur le bouton Modifier les claviers.

5- À la droite de la fenêtre nous présentant la (ou les) langue(s) installée(s), on clique sur Ajouter.

6- Dans la liste, on repère la langue qui nous intéresse, mettons Anglais (États-Unis).

7- On clique sur le signe « + » qui la précède.

8- On clique sur le signe « + » qui précède Clavier.

9- On choisit sa configuration préférée en plaçant un crochet (d’un clic) dans la petite boîte qui précède son nom et on appuie sur OK.

10- On clique sur l’onglet Barre de langues et on choisit la modalité d’affichage qui nous convient. Si je choisis Flottante…, la barre sera n’importe où sur le Bureau, généralement là où je l’imaginerai la moins dans les jambes possible. Si je choisis Ancrée…, elle sera un des petits gugusses en bas, à droite, sur la barre de tâches. Enfin, si je choisis Masqué, je ne serai guère plus avancé. Si je veux modifier mon clavier, je devrai :

  • soit tout refaire ce qui précède ci-haut,
  • soit m’en aller à l’écran d’accueil (log off) où il y a un bouton linguistique,
  • soit me rappeler de taper simultanément les touches Ctrl et Majuscules à gauche du clavier.

11- On clique sur OK, puis encore sur OK et c’est terminé.

Si ça n’a pas fonctionné, que vous recommencez et que ça ne fonctionne toujours pas, c’est que vous êtes possédé. Faites venir un exorciste. Une alternative consiste à aller manger une grosse poutine BBQ bien baveuse, un plat qui écoeure les esprits, tout aussi maléfiques soient-ils.

Ça, bien sûr, c’est pour Windows 7. Pour Vista et, jusqu’à un certain point, XP, la logique procédurale est sensiblement la même.

Bonne chance L_I_O_N_E_L.


Post-scriptum :
SVP, passez le mot. Plus ça va, plus je reçois de demandes de ce genre. Si je commence à répondre à tout le monde, je n’aurai plus de vie. J’ai décidé de n’en prendre que certaines, de temps en temps, afin d’en tirer une astuce au bénéfice de tous.

Puis, il y a La Grincheuse, une geek pas piquée de vers qui entretient une chronique sur les trucs & astuces ici même. Écrivez-lui. Si elle s’adonne à être de bonne humeur, il est possible qu’elle acquiesce à votre supplique et qu’elle vous concocte le texte qui vous sauvera la vie.

Amen !

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

57 commentaires

  • Ma copine roule aous Mac et utilise la configuration clavier que vous avez mentionné dans votre article–celui on on tape l’accent, puis la lettre à laquelle on l’attribue. Je ne sais pas comment cette config s’appelle, mais elle existe! Perso, j’utilise la Canada Multilingue Standard depuis des années… pas capable de travailler autrement. :)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 0

    • C’est la config Français-Canada et c’est celle-ci qu’on devrait tous utiliser ici au Québec. C’est de cette façon qui permet d’obtenir tous les combinaisons d’accents avec toutes les voyelles. Le canadien multilingue ne permet pas cela.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 0

      • Oui saif que mon premier ordinateur était configuré comme ça, et c’est de cette manière que j’ai appris à taper. J’ai peut-être pas Taptouche, mais je pitonne environ 60 mots/minutes et c’est très bien ainsi, vu mon boulot. Je n’ai pas envie de réapprendre un clavier tout simplement parce qu’”on devrait tous [l']utiliser au Québec.” Le canadien multilingue répond parfaitement à mes besoins, alors pourquoi me casserais-je la tête?

        Et lorsque je fais face à un accent inhabituel (p. ex. le “ú”, utilisé en portuguais), je sors mon Ramat de la typographie (http://www.ramat.ca) et je fouille dans la table des codes ASCII. Ou je fais une recherche Google. :)

        Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 1

      • JP
        Je ne vois pas quelles combinaisons d’accent (français bien entendu) manquent à mes claviers (Mac Linux et Win) Canadien Multilingue. Voulez-vous m’éclairer ?

        Alex

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

        • L’accent du lac … :-)

          Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

          • Non Denis, y a l’autre là là, le fatigant à guitare pour fournir l’accent du Lac.
            Surtout quand on ne lui demande pas !

            Alex

            Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

      • La configuration “Français-Canada” est la plus utilisée, et celle installée par défaut sur tous les ordis pré-configurés chez le vendeur, tout simplement parceque c’est celle qui correspond très exactement à la configuration typographique réelle des claviers des ordis vendus au Québec.

        B.D.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Nelson un gros gros gros merci. J’ai suivi vos instructions à la lettre et bingo c’est revenu.

    Comment j’ai fais pour la perdre ça reste une énigme mais bon là c’est revenu et c’est super.

    Mai8is de là a faire une chronique juste pour moi wow, c’est gênant un ti-peu disons.

    Donc a l’avenir vais écrire à la Grinceuse

    P.S. Des astuces de ce genre je suis acheteur.

    Encore une fois merci à toi.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

    • “Donc a l’avenir vais écrire à la Grinceuse”

      Grincheuse, jeune homme, pas grinceuse. Ça commence mal en titi !

      J’vous aime ben quand même :smile:

      À la revoyure !

      Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

      • Ça c’est un tapsus bien envoyé.

        Un peu de WD40 chère Grinceuse ?

        Alex

        Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

      • C’est parce que t’as pas de dents? ;-)

        Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

        • ;-O

          Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

        • Chai touchours mes dents, mais che les garde dan chun tiroir. Chest pas là quelles chont utiles ? Che vais chancher ma fachon de prochéder pour vous faire plaichir, alors.

          Ché pas chentil de vous moquer de moi.

          Che m’en chouviendrai :razz:

          Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

      • Moi jeune homme! Wow bien merci rendu a 62 piges c’est vrai que je me sens jeune encore.

        Mais c’est l’ami Nelson qui vous appelle Grinceuse… pas moi ;-) ))

        Deux jours en retard pour poster…. ouais….

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

        • Tut tut ! J’relis le texte de Nelson et j’vois “Grincheuse”. Essayez pas d’vous en sortir avec un’entourloupette !

          Pas vit’vit’ la réplique ! Plus l’âge avance, plus ça ralentit. Drôle de chose l’âge, hein !

          Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

    • «Des astuces de ce genre je suis acheteur»

      C’est en haut à droite. ;-)

      Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 0

      • @ Denis Pagé

        Wow! Ça s’appelle avoir l’esprit présent et rapide sur la réplique ! :wink:

        Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • @Nelson

    Vous êtes bien chanceux de n’avoir besoin que d’une seule configuration de Paramètres régionaux (Locale en anglais) pour vos besoins.

    Par contre, ceux qui ont de tâches à accomplir dans le domaines des Technologies de l’Information sont confrontés au fait que, généralement, le jeux de caractère ASCII, à la base 7-bit, est un incontournable. Avoir la possibilité d’utiliser plusieurs Paramètres régionaux est une bénédiction qui est relativement récente.

    Je ne vous comprend pas lorsque vous écrivez:
    «Je suis productif ainsi et je déplore vivement ne pas pouvoir installer cette config sur un Mac quand je dois y travailler.»

    La plateforme Mac est la plue conviviale pour l’utilisation de multiples configurations de Paramètres régionaux. En effet, vous avez la possibilité de changer de configuration facilement et même d’utiliser une configuration par application, ce qui vous évite d’avoir à basculer d’une configuration à une autre lorsque vous passez à une autre application.

    J’aimerais soumettre une suggestion pour une version future de votre web-zine, une section forum où nous pourrions soumettre des sujets. Ce forum aurait aussi l’avantage pour ceux qui ne sont pas déjà des chroniqueurs de prendre connaissance des demandes et qui sait, pourrait même inciter un lecteur se trouvant familier avec un sujet à rédiger une première chronique.

    D’ici à ce qu’un tel forum soit mis en place, j’aimerais soumettre une question sur les suites bureautiques libres, maintenant qu’Oracle a cédé le coffret OpenOffice.org à la fondation Apache. Quel est la meilleure solution à adopter, pour une entreprise, entre Apache OpenOffice et LibreOffice, en tenant compte de la direction à moyen terme de ces 2 coffrets.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 11 Thumb down 0

    • Apache OpenOffice est pas mal mort… Le 3/4 des développeurs a quitté le bateau pour aller joindre les rangs de la “Document Foundation”, l’équipe derrière LibreOffice. Et comme l’accès au développement de LibreOffice est plus façile que ça l’était sous Oracle, il y maintenant beaucoup plus de nouveaux développeurs qui se sont ajoutés (plus de 300!) et qui contribuent au code et maintien de LibreOffice. Je lisait quelque part que seulement durant la première année, les devs de LibreOffice ont changé plus de code qu’en sept ans sous OpenOffice!!!

      Bref réponse façile: LibreOffice est le choix à faire.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 0

      • Merci de l’info! Je pense que je vais le télécharger en fin de semaine et comparer LO et OO!

        Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

      • @toogreen

        Merci pour la réponse. Je suis au fait de l’excellent travail effectué par LibreOffice et Apache possède une réputation tout aussi enviable et va surement apporter une bonne évolution à Apache OpenOffice.

        Notre entreprise a décidé de ne plus utiliser le coffret bureautique de Microsoft, et ce dès 2013. Un fait à mentionner, nous sommes principalement sous l’environnement Mac OS X (60% Snow Leopard / 40% Lion). Nous désirons tout de même utiliser une suite disponible sur les 3 plateformes principales, OS X, Windows et Linux.

        Les points à considérer sont:

        1. L’orientation des deux distributions, disons pour les 12 à 18 mois.

        2. Quelles sont les avantages et inconvénients face aux différentes licences: Apache vs LGPL.

        Je sais qu’il n’y a pas de boule de crystal pour y voir l’avenir!

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • Sur le Mac, si on a le clavier Canada Français, les lettres accentuées sont présentent.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

  • @nelson

    j’ai la configuration français-canada sous windows 7 et je n’ai pas besoin de faire de combinaison de touches pour avoir un caractère accentué. Je ne comprends pas votre situation d’avoir recours à des combinaisons. Pour è,à ; une seule touche fait la job.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 4

    • seulement lui pour le ê

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 3

    • J’ai commencé à utiliser quotidiennement un clavier en 1970 où j’ai développé une méthode personnelle basée sur trois doigts, parfois quatre. Ceux qui ont une “méthode” et qui m’observent, me prennent parfois en pitié, surtout que je suis obligé de regar4der ce que je tape. Mais je suis productif ainsi et c’est ma méthode à moi !

      Quand ce fut le temps de troquer la machine à écrire contre un ordi, j’ai été amené, de fil en aiguille dans les années 80, à utiliser une configuration qui s’appelle aujourd’hui “Français (Canada)”. La seule touche de lettre accentuée est le “é”. Toutes les autres se génèrent en deux temps, soit le cédille, les accents graves et circonflexe. La barre oblique est ici, les crochets de balise HTML là, les guillemets anglais ici, l’arobas là, etc. Ça marche.

      Quand je tombe sur un clavier comme celui dont vous parlez, je passe une partie de mon temps à chercher certains caractères, p. ex. le “ù”. C.est presque aussi pire que d’avoir à utiliser un clavier français configuré en AZERTY.

      Question d’habitude et de goût, lesquels, c’est connu, ne sont pas à discuter.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 23 Thumb down 0

      • @ Barbu souriant

        “Puis, il y a La Grincheuse”

        C’est ça, faut pas s’gêner ! Geek, moi ? On essaie d’mavoir par les flatteries ? Qu’est-c’qu’on n’dirait pas pour s’sauver d’l'ouvrage. Paresseux, va !
        :grin:

        Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 1

        • on vas tu apprendre les trucs avec des combinaisons à quatre touches comme dans les années 80 ?
          c’est des trucs de geekcheuse ?

          Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 4

      • “Ceux qui ont une “méthode” et qui m’observent, me prennent parfois en pitié”

        Isshhh. C’est mon cas Nelson! :-P Sérieusement là y’a pas d’âge pour apprendre la bonne technique, avec des logiciels comme Tap’Touche (c’est avec ça que moi j’ai appris, y’a environ 15 ans), c’est juste une question de pratique et de répéter les exercises pendant une semaine ou deux et voilà c’est réglé et pour toujours!! Come on, sérieux, un petit effort! :-) Ça vaut la peine honnêtement d’apprendre la bonne technique je trouve, j’en reviens pas que tu doives regarder ton clavier en écrivant!! LOL tu dois quand même perdre un peu de temps comparé à si tu avais la technique non?

        Perso si c’était à refaire, et même que j’ai envie de m’y mettre un de ces quatre, c’est d’apprendre à taper sur un clavier de type “Dvorak”. Pour ceux qui ne connaissent pas, l’arrangement des lettres sur ce type de clavier fait en sorte que les lettres et les voyelles les plus utilisées se trouvent toutes sur la même rangée du milieu, le but étant d’accélérer de beaucoup la vitesse de frappe. Les claviers Qwerty, plusieurs l’ignorent mais à l’époque ils ont été conçus pour RALENTIR la vitesse de frappe, parce que dans le temps des machines à écrire, si on tapait trop vite, ça “jammait” la machine. On aurait dû tous apprendre la méthode Dvorak dès la sortie des machines à écrire électroniques, puisque ce problème était réglé. Dvorak est aussi beaucoup plus ergonomique car vos doigts n’ont pas besoin de bouger autant qu’avec la méthode Qwerty.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 3

      • @Nelson

        «me prennent parfois en pitié, surtout que je suis obligé de regar4der ce que je tape»

        Où regardais-tu? Le mot n’a pas été souligné par une vague rouge?

        Antidote mes amis. Si simple. Qu’est-ce que 20 secondes avant de cliquer pour soumettre votre commentaire?

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Quand j’ai eu mon premier ordi, tout était en Anglais. Donc pour écrire un texte en Français j’ai appris tous les codes ASCII par coeur. Je m’y suis tellement habitué que maintenant quand je tombe sur un clavier Canada (Français) je suis perdu. Par contre quand mon fiston vient à la maison, lui il est habitué avec un Windows et un clavier Canada (Français). Donc j’ai installé Vistalizator. Tout Windows devient Français avec le clavier Canada (Français). Inutile de vous dire que mon Windows d’origine est Anglais et le clavier aussi. P.-S. Tous les accents dans ce texte ont été écrits avec ce code ASCII. Que voulez-vous, les vieilles habitudes sont très dures à perdre

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 0

    • alt + 92 ???
      des choses comme ça ?
      c’est du temps des ordinosaures….

      Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 5

      • Ça donne une idée sur mon âge mais ça n’empêche pas de pouvoir écrire dans un bon Français. Avant de prendre ma retraite, presque tout ce que j’écrivais était en Anglais. Donc, c’était pas mal plus vite.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

      • Mais le caractère Klingon fonctionne encore (Alt + 255).

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

  • Pour le clavier canadien-français (québécois) sous MAC, j’ai trouvé ce fichier de config qui fonctionne à merveille. Suffit de le copier dans le dossier keyboard layouts. Après un reboot, vous devriez normalement voir dans vos choix de clavier un nouveau avec le drapeau du Québec. Le fichier date un peu mais je confirme que ca fonctionne très bien sur mon MAc avec Mountain Lion.

    http://mac.i-manu.com/french-canadian-keyboard-layout-clavier-canadien-francais/macosx_keyboard_cf/

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Avec Win 7 configuré en Canada Français …Le é se prend en bas , à droite en haut du symbole drapeau. Le è se prend immédiatement à gauche du enter (à droite) Le à se prend dans la partie droite en haut à côté du “back space” Pour le circonflexe il faut jouer avec deux (2) touches
    Vayoche en tant que spécialiste du clavier

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 5

    • Ouais d’acc avec Rexie : J’ai un Vaio, clavier physique pour vente au Québec, sans le “pavé-numérique” et lorsque je configure “Français-Canada” pour le clavier ET pour la langue, la touche imprime à l’écran très exactement ce qui est pictographié sur la touche elle-même ! Et donc les accents graves, circonflexes, et trémas doivent nécéssiter deux touches : L’accent lui-même + la lettre.

      La config que vous décrivez n’est pas “Français-Canada”.

      B.D.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Ah-la-la, cher Nelson !

    Je suis chef de projets pour une compagnie d’ingénierie. Nous avons des projets dans le monde entier. Si tu savais toutes les configs régionales dont nous devons tenir compte et avoir dans nos images !
    Tiens, juste aujourd’hui, je demandais à une équipe de me bâtir l’image pour la Serbie. Et le matin, c’était avec Shanghai dont je parlais postes de travail et système d’exploitation.

    Heureusement, c’est maintenant plus simple et convivial avec Win7.

    Allez, bonne journée !

    David

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 0

    • il ne faut pas oublier que certains gouvernement exige le clavier certifié csa.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 4

  • @Vayoche et tata
    Les claviers vendu comme étant “Canadien-Français” correspondent exactement à ce que Nelson décrit. Si vous configurez votre Windows 7 avec la langue (Français-Canada ET le clavier (Français-Canada), chaque indication sur les touches correspondra exactement. On doit jouer du AltCar pour avoir accès à la variété offerte avec ce clavier. Je le reconnais facilement par les ¼ ½ ¾ juste en haut du P.

    Je crois que ce que vous décrivez est la configuration de clavier (Français Traditionnel Canada). Je ne me souviens pas d’avoir jamais vu de clavier physique (Français Traditionnel Canada).

    Par contre, de nombreux claviers vendus avec les ordis des grandes compagnies comme étant des Canadiens français) sont en réalité des bilingues ou des multilingues. Mais de plus en plus, on y trouve de vrais (Français Canada).

    Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 1

  • Au fait,

    Je me demandais comment contribuer à ce site (car mon métier, l’architecture, est quand même plutôt loin de la techno ; beaucoup plus près le l’art).

    Mais cette chronique de Monsieur Dumais me donne l’idée que effectivement, en environnement Windows et Linux, je pourrais très bien, soit via mon courriel directement ou par le biais de parutions sur ce site contribuer à dépanner ceux qui en ont parfois besoin ?

    Benoît Duhamel,
    benoitduhamel@outlook.com

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

    • Monsieur Duhamel, vous offrez vos compétences aux gens ce qui démontre que vous êtes une bonne personne. Mais j’aimerais vous exprimer mon point de vue sur cette question. Et, avant de commencer, j’aimerais que notre amie la Grincheuse, personnage intéressant qui est en situation de prodiguer de l’aide, se sente elle aussi concernée par ce qui suit. Bon, let’s go, je me lance.

      Personnellement, j’ai toujours cru aux valeurs de l’entraide. J’ai aidé bien du monde, toute ma vie, et bien du monde m’ont aidé. Rarement les mêmes. Ça tourne. L’aide circule comme de l’air. C’est intangible. Seuls ceux qui ont aidé comprennent ce que je viens d’écrire. Mais sur Internet, ma théorie ne tient pas la route.

      En février 1996. J’ai commencé comme chroniqueur techno au Journal de Montréal/Québec et les « boss » m’ont demandé de me trouver une adresse de courriel pour que les gens puissent me joindre. Han ! En moins d’un an, j’étais rendu à pas loin de 500 lettres par semaine, des courriels parfois pathétiques de lecteurs dans la misère occasionnellement noire noire noire. Mon erreur avait été de commencer à répondre avec des solutions potables. Le mot s’était passé : « Il RÉPOND ! »

      C’est pour cette raison que n’en pouvant plus, j’avais demandé de l’aide au Journal, aide qui m’avait été refusée. C’est pourquoi j’ai démarré un Forum indépendant de Quebecor, un lieu public qui, rendu aux alentours de 2002, pouvait recevoir jusqu’à 5 000 visiteurs par jour.

      L’intérêt d’un tel outil, c’est que ce n’est plus vous qui répondez aux questions, mais la collectivité. Dieu merci, je pouvais compter sur une superbe équipe de bénévoles qui faisaient la modération. N’empêche que j’en ai mis du temps dans cette méchante bibitte qui ne me rapportait rien, à part les ennuis.

      Ce qui me stimulait à continuer, c’est que j’avais alors l’impression d’être en situation d’entraide. Je n’avais pas compris deux petits détails.

      Le premier : Tout comme il est illusoire de compter sur ses amis Facebook pour se déménager un samedi matin, les demandeurs d’aide sur la Toile sont trop souvent des gens pour qui ladite Toile sert à obtenir des réponses. Il suffit de cliquer, de taper une question, de recevoir une réponse et de se débordéliser si la réponse s’applique. Sauf exception (il y en a), ces gens ne se sentiront pas tributaires et ne se donneront même pas la peine de dire merci. C’est écrit sur Internet ou dans un courriel, ça leur est dû !

      Le deuxième : Il y a cette mentalité que sur la Toile, tout doit être gratos. Quand il faut payer pour avoir une solution, on va ailleurs et on trouve. Ou, bedon, à force de ne pas trouver, on finit par ramasser son ordi et le laisser pour trois ou quatre jours à un réparateur de coin de rue, un expert en reformatage et en réinstallation de Windows qui chargera 50 $, parfois « en d’sous d’la table ». Mais même là, ce sera mieux que de payer pour un service reçu par Internet.

      Je me souviens de m’être fait engueuler parce que je n’avais pas répondu assez vite ou parce qu’on n’avait pas réussi à se réparer en suivant mon mode d’emploi. C’est dur à prendre pour un bénévole. Surtout quand on sait qu’il n’y a pas un PC qui est 100 % semblable à un autre. La médecine que l’on propose par courriel ne peut qu’être générale et il arrive, trop souvent, qu’elle ne peut s’appliquer. L’aidant et le demandeur d’aide perdent alors leurs temps.

      Tant et si bien qu’après quelques temps, le principe d’aide bénévole par courriel, à tous les jours ou presque, devient frustrant, angoissant, pénible. On en arrive à se sentir comme un moins que rien, comme un « looser » sans vie. J’insiste ! On finit par croire qu’on se dévoue à aider (au lieu d’entraider) des gens qui sont trop grateux pour se payer quelqu’un de compétent, des gens pour qui nos efforts leurs sont dus, because nous sommes des cyberpersonnages oeuvrant dans le cyberespace et, sûrement, dans une cybervie. Alors, on lâche et on va se reposer en jurant qu’on ne nous y prendra plus.

      Mon conseil, monsieur Duhamel et vous aussi Mme qui Grinche, la seule façon de donner libre cours à votre altruisme, c’est de l’assujettir à des règles strictes. Par exemple, pensez à une contribution minimale. Par exemple, si vous entendez exercer en ces pages, vous pourriez attendre ma confirmation à l’effet que NDLM aurait reçu un minimum de 5 $ sous forme de don de la part d’un demandeur avant de procéder. Ou, autre approche, rendez très clair le fait que vous ne répondrez qu’à une ou deux personnes par semaine, ce qui vous évitera d’être envahi. Peut-être même que vous pourriez trouver une formule qui combinerait les deux suggestions. Il faut vous prémunir, vous protéger.

      Tous les demandeurs d’aide sur la Toile ne sont pas des opportunistes mal élevés. Il y a de braves gens, du genre que l’on aime aider. Je garde encore aujourd’hui de bons souvenirs de ces gens. Et, quand c’est possible, j’essaie encore de les aider, à preuve l’article auquel ce long commentaire est accroché.

      Mais il y a le reste … toute cette hommerie qui vient avec la job !

      Excusez-la, je dois être fatigué de ma semaine !

      Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 0

      • du dépannage particulier, nous sommes loin du but de ce magazine.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

        • À partir du moment où un dépannage particulier peut intéresser les gens, voir en aider, il cadre bien dans le mandat d’information de ce magazine, ne trouvez-vous pas ?

          Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

      • @ Nelson

        La Grincheuse se sent en effet concernée par le sujet. Ma boite de courriel est en ce moment remplie de demandes d’aide. J’en ai encore pour quelque temps avant d’avoir répondu à chacun, et les messages continuent à s’accumuler.

        Oui, la chose est angoissante. Le risque de ne pas pouvoir résoudre le problème du demandeur est aussi très grand. Une aide de ce genre est vraiment à l’aveugle puisque ne connaissant pas l’utilisateur on n’a aucune idée de la façon dont il manoeuvre, de ses essais précédents, ou si c’est un piège tendu par quelqu’un qui connait déjà la réponse et veut tester si vous êtes à la hauteur (ça existe, malheureusement).

        Quant à la contribution minimale, je crois que si le problème du demandeur n’est pas résolu par mon intervention, il n’en sera que plus frustré d’avoir payé pour un service qui ne lui a été d’aucune utilité.

        Je cherchais justement un moyen de me prémunir contre ce genre de problèmes. J’y repense et vous fais part de mes conclusions.

        Merci :smile:

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

      • Wow !

        J’avais rien vu de tout ça !

        Qu’est-ce que je peux être naïf des fois !

        Merci mille fois Monsieur Dumais d’avoir pris le temps de rédiger cette longue réponse.

        Rien qu’à vous lire on voit que vous l’avez réellement “vécu” ! Tellement qu’on a l’impression, l’espace de vos quelques paragraphes, d’y être, plongé jusqu’aux ouïes, en train de s’y noyer.

        Et, oui vous avez raison, ce ne sont pas des perspectives réjouissantes.

        Il faudrait alors que le dépannage, si nous envisageons une forme de dépannage offert aux lecteurs, face l’objet d’un article publié ici, et face l’objet d’une problématique fréquemment rencontrée par les utilisateurs d’ordis en général.

        Exactement comme l’article publié par vous qui a engendré cette zone commentaires.

        Que voulez-vous. Je suis un amateur d’ordis. J’adore leur mécanique à ces machines débiles ! Et je suis au rendez-vous avec entrain et grand plaisir chaque fois que ça cause popote ou mécanique dans une zone commentaire de votre Blogue, depuis que vous tenez un blogue.

        Alors donnons-nous le temps de réfléchir à la façon d’intervenir (ou pas) dans ce champs.

        Merci encore de vos précieuses précisions.

        Benoît Duhamel.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Certains claviers ne sont pas disponibles avec touches françaises.

    Parce que j’ai besoin de certaines de ses fonctionnalités, j’utilise un clavier “gamer”. Je n’ai jamais pu en trouver un avec les touches françaises. Ce qui a pour inconvénient que, comme Nelson, je dois accentuer en deux temps.

    Je ne suis pas plus misérable pour ça :wink:

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

    • ils existent bien, par contre il faut les commander
      csa canada-français

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

    • Le clavier de mon portable est en config française (arobas sous le deux, accent circonflexe et cédille à gauche de la touche Entrée, etc.), mais comme j’ai appris par coeur il y a plus de dix ans la config multilingue, je l’utilise les yeux fermés, sans me questionner sur l’emplacement des symboles ‘cachés’.

      L’autre solution, c’est de se commander une trousse d’autocollants à clavier sur lesquels se trouve les symboles propres à la configuration clavier préférés. :)

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

    • Microsoft et Logitech en ont.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

  • Après avoir dû retourner un bidule au fabricant parce que le vendeur se dégageait de la responsabilité, je ne suis pas très portée vers les commandes spéciales.

    Je prends ce qui est en magasin et je m’habitue à son fonctionnement :smile:

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

  • Le gros désavantage avec le clavier Français Canadien qu’Apple oblige ses clients à utiliser est qu’il ne convient pas à ce qu’on appelle les touches transitoires. Dans les établissements d’enseignement partout au Québec, on montre aux étudiants que pour faire un accent grave, sur un e par exemple, il faut appuyer sur la touche d’accent, et ensuite sur la lettre correspondante, e. Résultat, è.

    Avec un mac, on est pris avec des touches uniques pour chaque combinaison. Pour quelqu’un qui a appris son doigté avec un clavier Français Canada (tel qu’on le trouve dans Windows), c’est l’enfer.

    Oui il y a bien le Clavier Français 0.9 disponible via mac-i.manu.com, mais il date et a franchement besoin d’une mise à jour. En particulier pour les guillemets, limités aux guillemets anglais.

    Quelqu’un s’y connait assez pour nous concocter une version 1.0 digne d’un changement de version majeur? :)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0