Dans la mouvance Fedora et Red Hat, voici Hanthana

17 septembre 2012 13 h 30 min 17 commentaires Views: 1078

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

En fouinant sur la Toile pour des trouvailles aptes à vous faire saliver, je me suis accroché les pieds au Sri Lanka, ce Ceylan de mon enfance, époque révolue où les Tigres Tamouls ne faisaient pas encore les manchettes. Sur cette île presque aussi grande que Terre-Neuve, il y a une chaîne de montagnes et un parc de conservation (photo ci-après) qui se nomment Hanthana. D’où le nom Hanthana Linux, une distribution alternative issue de la mouvance Fedora/Red Hat.

La version actuellement disponible au téléchargement porte le numéro 17, ce qui n’est pas si mal pour un projet lancé en septembre 2009. Les Sri-lankais qui ont développé ce système d’exploitation avaient en tête de bien nobles idéaux, dont la mise à la disposition de leurs compatriotes d’une solution logicielle complète, simple, utile et gratuite. Et ils s’y sont impliqués tête baissée. Bravo !

Étant donné que je ne sais pas jurer en Tamoul ou en Sinhala, les deux langues officielles de cette île de l’océan Indien, je me suis dépêché d’aller chercher ce système d’exploitation (SE). Sait-on jamais ce que l’on peut apprendre d’utile en bidouillant sous Linux. Invectiver un PC dans la langue de Sri Jayawardenapura Kotte, ça doit être le pied, mille sabords !

Ainsi, ce matin aux aurores, j’ai entrepris de télécharger l’exotique produit. Et là, j’ai commencé à trouver le temps long, très long. Tellement long, que j’aurais eu le loisir d’aller faire mes commissions en ville. Pour vous fournir un début d’explication, sachez que si un produit comme VectorLinux tient sur un CD ISO de moins de 700 Mo, Hanthana 17 a besoin, lui, d’un DVD simple couche qu’il gave au maximum de sa capacité.

Ignorant dans quoi je m’embarquais, je l’ai installé sous VirtualBox, un gratuiciel Oracle (étrange association de mots) à qui il manque, hélas!, le fini, les capacités, la robustesse et la polyvalence de vmWare Workstation. Avec le recul, je sais maintenant que j’aurais dû éviter le virtuel. Hanthana est un glouton, que dis-je un ogre à la panse fleurie.

Par défaut, VirtualBox assigne 8 Go d’espace disque aux SE qu’il prend en charge. Si on n’intervient pas pour corriger cette modalité, on se plante royalement. Quelque cinq minutes après le début de l’installation, Hanthana m’a déclaré en effet qu’il était trop à l’étroit et qu’il ne pouvait plus continuer. Il m’a fallu repartir à zéro et lui allouer le double d’espace (16 Go) en mode manuel.

Ce que j’ai compris, c’est que le réseau Internet n’est pas disponible partout dans ce pays où est cueilli le meilleur thé au monde. Pour contrer le problème, la communauté Hanthana a ajouté tout ce qui était possible comme gratuiciels. Il s’agit au départ des applications que l’on retrouve dans Fedora, un Fedora que l’on aurait agrémenté de nouveaux logiciels Open Source (prise d’écran ci-haut).

C’est ce qui explique que le produit sri-lankais a complété son installation dans le même temps que j’aurais installé, désinstallé et réinstallé LinuxMint ou Ubuntu. Ce qui est peu dire. Pire, il s’est par la suite comporté en traîne-la-patte. On aurait dit Windows Vista 32 bits dans un vieux P4 rachitique. Pour nuancer, il est possible qu’une partie de cette graisse de binne soit attribuable à Virtual Box. J’ai voulu comparer en utilisant mon DVD comme disque Live (option où on démarre avec le CD ou le DVD), mais le rendement a été encore plus détestable. Je suis persuadé que j’aurais eu moins de problèmes avoir installé ce SE dans une partition principale au même niveau que Windows 7.

J’ai tenté de faire reconnaître mon iPhone à ce système sud-asiatique, ainsi qu’une clé USB bien ordinaire. Ça n’a pas fonctionné. À qui la faute ? À Virtual Box ou à Hanthana ? À la mauvaise chimie entre les deux ? Qui sait !

Je suis toujours étonné de voir des gens réinventer la poudre à canon et se lancer à grands frais dans son développement et son marketing. Mettons que l’Afrique du Sud est plus près du Sri Lanka que ne l’est l’Europe, le Japon ou l’Amérique. Or au pays de Nelson Mandela, il se fabrique un SE simple, robuste, rapide, complet et gratuit qui se nomme Ubuntu. Pourquoi diable aller chercher midi à quatorze heures quand tout est déjà là, bien en place (ou en train de l’être), pour atteindre les objectifs populaires et ruraux que l’on s’est fixés ? À ce que je sache, personne ne se gêne pour bidouiller des adaptations d’Ubuntu; il y en a pour tous les goûts, incluant une variante appelée MacBuntu.

En un mot, Hanthana ne m’a pas impressionné, mais, j’ai déjà vu pire. Mon conseil : si vous voulez le mettre à l’essai – ça ne coûte rien – oubliez le disque Live et le mode virtuel. Trouvez-vous un recoin de disque et installez-le comme il faut. Pour vous donner une idée de ce dans quoi vous pourrez vous embarquer, je vous ai préparé quelques prises d’écran.

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

17 commentaires

  • Merci pour le partage, mais c’est vrai que cette distribution n’apporte rien de plus… On s’éloigne un peu des fondements d’une distribution GNU/Linux originelle… A savoir l’efficacité, la légèreté, et j’en passe.

    Dans un esprit totalement différent, j’ai trouvé une distrib’ GNU/LINUX basée sur Debian très performante, CrunchBang. C’est beau (OpenBox), fluide (70 mégas une fois lancé), aussi souple qu’une Ubuntu car elle embarque le gestionnaire de paquets “à l’ancienne” qui s’occupe des *.deb, et ça reconnait très bien les périphériques (même virtualisés :-) ). A essayer de toute urgence !

    Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 1

  • J’utilise VirtualBox sous OS X et je n’ai pas de problème avec Linux en 64-bit.

    Pour ce qui est des disques pour une machine virtuelle, il est préférable de les définir assez gros pour un usage futur mais sans pré-allouer l’espace physique. Le fichier grandit sur demande.

    Pour ce qui est du mode «Live CD» le problème de performance observé est attribuable au fait qu’il n’y a pas de fichier disque pour la mémoire (swap), seul la mémoire vive est disponible. Il faut donc constamment recharger des librairies et la lenteur du lecteur optique se fait alors sentir. Une clé USB sera plus performante qu’un support optique.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 1

  • Claude LaFrenière

    Salut Nelson Dumais :)

    VirtualBox marche très bien mais il faut mettre les bons paramètres… mémoire, mémoire graphique, type de disque…

    En choisissant un disque dynamique (par exemple), la capacité du disque virtuel augmente au besoin.

    À part de ça pourquoi prendre un distribution du tiers-monde? Essayez à nouveau VBox (avec les bons paramètres) et quelque chose de solide tel que Open SUSE [machen in Deutschland].

    ÇA, ça marche (les deux doigts dans l’nez!)

    A+ :-)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • @ Claude LaFrenière

      Bien d’accord qu’OpenSuse est une distribution bien ficelée et performante, mais de là à l’utiliser avec les deux doigts dans le nez, il n’en est pas question. Je n’ai pas envie que mon clavier devienne gluant. ;-)

      Bonne fin de journée!

      Texte soumis avec Firefox 11.4 sous OpenSuse 11.4 et corrigé par Antidote HD.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Encore une distribution de plus, je devrais plutôt dire une de trop parmi les centaines que compte l’univers Linux. Toutes ces versions secondaires s’avèrent être en réalité des sous produits des principales distributions avec plus ou moins de faiblesses et d’incompatibilités matérielles ou logicielles. Dans le monde Linux, vaut beaucoup mieux s’en tenir aux distributions phares qui elles au moins ont l’avantage d’être au point et de bénéficier d’un suivi sérieux de la part de leurs concepteurs. Combien de fois m’est-il arrivé de tomber sur des sites de distributions ayant été abandonnées ou donc le nom de domaine avait été carrément supprimé. C’est bien beau faire joujou avec le noyau Linux et tenter de créer de nouvelles versions mais il faut comprendre qu’il faut de la compétence et surtout de la logique dans une telle démarche. Reproduire une Fedora ou une Debian ou encore une Ubuntu en y ajoutant un joli kit graphique (encore là, ça dépend des goûts) n’apporte absolument rien de nouveau à part le fait de rendre les gens encore plus hésitants dans leurs choix.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 7

    • Avec ton raisonnement la distribution Ubuntu n’aurais jamais dû avoir le droit de voir le jour, étant elle même basée sur Debian.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 2

      • Je faisais allusion aux distributions majeures qui sont bien structurées et maintenues dans le temps. Dans un sens, tu as raison sur un point c’est à dire qu’au niveau stabilité Ubuntu n’est pas à la hauteur de ce que Debian offre à ce niveau, Ubuntu étant basée sur la Testing de Debian.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 0

    • @Marc Champagne

      Je suis entièrement d’accord avec vous, une autre distribution de trop.

      J’ai installé Ubuntu 12.04 LTS en dual boot avec Windows, et je continue à peaufiner la configuration et les programmes compatibles avec cette saveur de Linux.

      Si Microsoft domine (diviser pour mieux régner), MS doivent bien rire en voyant Linux se multiplier comme des lapins sans direction.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 8

      • Je n’utilise pas Ubuntu que je trouve assez bordélique et limitée. Ce n’est pas une distribution rolling-release par exemple. Je suis donc bien content du fait qu’il existe d’autres distributions Linux qui elles correspondent mieux à mon utilisation et à mes besoins.

        Que les écoliers srilankais puissent apprendre l’informatique sur un système d’exploitation mise en place et offert par leur communauté je trouve cela très louable. Dans l’avenir, ils seront surement plus dégourdis et moins limités que les petits québécois formés sur des iPad.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 1

      • Et comment qu’ils doivent se bidonner!!

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 3

        • Ils faut bien qu’ils se raccrochent à quelque chose. Ils sont tellement dépassés technologiquement au niveau des smartphones, des tablettes, des serveurs et des supercalculateurs. Heureusement qu’il leur reste les desktops pour nous imposer par la vente forcée leurs produits de mauvaise qualité.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Il n’y a quand même pas que du négatif dans le fait qu’il y ait autant de distributions. C’est très mal comprendre le développement en mode libre que d’affirmer çelà. Au contraire moi je trouve qu’il y a quelque chose de très sain dans le fait qu’ils se font tous compétition: comme chacun essaie de dépasser l’autre, c’est ce qui fait que présentement il y a énormément plus d’innovations qui se trament du côté de Linux (KDE vs Gnome vs Unity, différents systèmes de gestion des ressources ou disque, etc).

    Si vous voulez du “standard” et de la “stabilité”, Il existe heureusement des distros “phares”, comme Ubuntu, qui répondent justement à un besoin de masse. Tout le monde est servi dans le monde Linux, ou est le mal? Oui le fait qu’il y a plusieurs distros c’est vrai que ça peut mélanger les nouveaux arrivants dans le monde de Linux, et ceux qui veulent une alternative à Windows, mais il suffit tout simplement de les guider vers LA distro standardisée et la plus commerciale de toutes, qui est Ubuntu à mon avis. Les autres distros, à part quelques exceptions, c’est pour les utilisateurs Linux plus avancés ou qui aiment expérimenter avec de nouvelles technos.

    Le résultat de toute la recherche et le développement qui se trame dans l’univers Linux a pour effet qu’à la toute fin, Ubuntu regarde tout ça de haut et choisis les technologies gagnantes et les plus efficaces. C’est un gros plus moi je pense, imaginez si toute l’expérimentation et le patentage en mode Alpha et Beta se faisait entièrement du côté d’Ubuntu, y’aurait plein de bogues, trop de changements rapides et donc un méchant paquet d’utilisateurs qui abandonneraient le bateau ça serait pas long!!!

    Imaginez s’il n’y avait QU’UNE seule distro et rien d’autre: Pour des questions de stabilité et pour ne pas irriter les utilisateurs qui n’aiment pas le changement, ça ferait longtemps que l’innovation dans le monde Linux aurait stagné…

    Bref, moi je ne vois pas du tout le problème d’avoir pleins de distros qui expérimentent avec des choses différentes à gauche et à droite, au contraire ça permet aux utilisateurs d’Ubuntu d’avoir la paix, et au final c’est eux qui sont aussi gagnants car ils récoltent les meilleurs fruits du travail des autres!

    Ceci étant dit, moi ces temps-ci j’aime bien ce qui se trame du côté d’Elementary OS. Basée sur Ubuntu, mais adoptant une philosophie de design et développement minimaliste, c’est très joli d’ailleurs:

    http://elementaryos.org/discover

    Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 2

  • À la fin de mon dernier commentaire je disait que j’aime bien ce qui se trame du côté d’Elementary OS… Attention cependant, je parlait spécifiquement de trucs en développement présentement, et non de la version actuelle d’Elementary OS! Si vous êtes tenté d’aller télécharger la version actuelle, vous êtes maintenant averti que cette dernière est pas mal passé date (basée sur Ubuntu 10.10 je crois) et ne contient pas encore les innovations qui m’intéressent ici. La nouveauté à venir dont je parlait qui m’intéresse particulièrement, c’est le gestionnaire de fenêtre que ses développeurs sont en train de développer à l’interne, nommé “Gala”. Plus d’infos par là:

    http://elementaryos.org/journal/meet-gala-window-manager

    Voilà d’ailleurs un bel exemple d’innovation qui se créé d’abord sur une autre distribution, moins connue, et qui, si c’est un succès, risque d’être adoptée par toutes les autres plus tard. C’est pourquoi je crois qu’il est bon qu’il y ait plusieurs distros qui développe des trucs différents. Ça encourage l’innovation.

    Si vous êtes tenté d’essayer Gala, Il vous faudra cependant attendre la sortie de la prochaine version d’ElementaryOS. À moins que vous soyez, comme moi, sous Archlinux. Si c’est le cas, réjouissez-vous car Gala est déjà disponible dans le AUR ;-) C’est toutefois en phase expérimentale, rien de final. À essayer à vos propres risques!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 2

  • J’ai oublié mais je voulais demander à Nelson (en espérant qu’il voit ce commentaire):

    Je vois sur tes prises d’écrans que tu étais sous Gnome 3 (Gnome Shell) en testant cette distro. Quelles sont tes impressions générales sur Gnome 3? Mieux qu’Unity? Moins bon? Pareil au même? Je suis juste curieux de connaître tes impressions là-dessus (ou celles d’autres participants!)?

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0

    • Personnellement, je l’ai installé pour le tester il y a quatre mois seulement sur Ubuntu. Je m’imaginais quelque chose de vraiment mieux que unity avec tous les commentaires négatifs que j’ai pu lire à son endroit. J’ai été assez étonné de constater que ce n’était pas le cas.

      Même si je trouve gnome 3 agréable à utiliser, je trouve que unity respecte mieux l’idée que je me fais d’un environnement de bureau.

      Mais si pour une raison ou pour une autre je devais utiliser gnome 3, je ne serais pas malheureux du tout. D’ailleurs en ayant utilisé les deux je me demande comment il est possible d’en aimer un et de profondément détester l’autre. Je n’ai pas la réponse, car je ne suis qu’un utilisateur curieux et non un geek lol.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

    • @ toogreen

      Vous n’auriez pas envie d’écrire un article comparatif entre les deux? Ça serait vraiment bien !!!

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • Il y a aussi la fameuse distribution Linux, réalisée par une tribut de réducteurs de têtes! Mais je me souviens plus son nom! J’ai la tête ailleurs!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0