L’héritage techno de Jean Charest

6 septembre 2012 10 h 17 min 18 commentaires Views: 629

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

“Héritage de Jean Charest”, drôle de phrase en ces pages ! Car on peut dire beaucoup sur ce politicien de carrière, avec ou sans langue de bois. J’ai, à son sujet, des opinions que vous ne partagez pas tous et c’est très bien ainsi. Inutile d’en rajouter une couche. Parlons plutôt du bilan techno de ce chantre du Plan Nord. Passera-t-il à l’histoire comme ayant su favoriser l’essor des TI québécoises ou, au contraire, comme y ayant été une nuisance ?

Je crois plutôt qu’à cette enseigne, cet ex-ministre fédéral de l’Industrie, des sciences et technologies dans le cabinet conservateur de Kim Campbell, ne passera pas à l’histoire du tout. Ce n’est quand même pas de sa faute si, à son accession au poste de premier ministre, nos fleurons industriels se fondaient dans la mouvance mondialisée par obligation de rendement, si, pour citer trois exemples, DMR appartenait à Amdahl-Fujitsu depuis 1995, LGS à IBM depuis 2000 ou encore TMI à Cognicase depuis 2001.


Peut-on vraiment reprocher à Jean Charest d’avoir mis un terme, dès son entrée en fonction, au système des crédits d’impôt- respirateur artificiel de son prédécesseur Landry en ce qui a trait à la Cité du Multimédia (photo ci-contre), une patente qui, encore aujourd’hui, ne fait pas consensus ? Ça se discute.

Ou encore, peut-on lui reprocher d’avoir favorisé Microsoft au lieu du Libre en ce qui a trait à la plateforme bureautique gouvernementale, alors qu’il n’a fait qu’avaliser la décision de ses satrapes ? Je sais, il aurait pu donner un coup de poing sur la table et forcer qui de droit à faire ce que doit. Mais, bon, il a facilité la prise de décision (ça c’est de la langue de bois, pas pour rire !!!) et certains (dont le soussigné) lui en tiennent rigueur aujourd’hui.

Mais d’un autre côté, peut-on passer sous silence certaines fredaines comme cette annonce un peu surréaliste des tableaux intelligents fabriqués en Alberta ? On a dit à l’époque que ça répondait très mal à une technologie qui, par surcroît, était contestée.

Théories du complot mises de côté, l’ex-député de Sherbrooke a été aux affaires pendant neuf ans sans trop remuer nos flaques technos. On ne peut rien lui reprocher de majeur à cette enseigne, ni le congratuler pour une décision éclairée. C’est déjà mieux que René Lévesque, un premier ministre que les gens ont vraiment aimé (dont le soussigné) et qui est passé à notre histoire comme ayant été un grand homme.


Mais vous rappelez-vous son insistante intervention qui devint l’affaire Comterm-Matra ? En 1982, Tit-Poil qui est de passage en France confie à la société Matra la fabrication de 9 000 PC pour les écoles du Québec, malgré le fait que de nombreuses commissions scolaires, dont celle de Montréal, venaient de choisir la plateforme Apple. Matra est poussée à sous-traiter avec la Montréalaise Comterm qui vient d’acheter la tout aussi Montréalaise Extra Ordinateur. C’est ainsi qu’apparaît le Max 20-E (photo ci-contre), un petit cousin de l’Alice-32 français (pas entièrement compatible au PC-DOS d’IBM) que l’on produit à raison de 500 ou 600 par semaine. Paris est censé en commander 100 000, n’est-ce pas ? Dès lors, les commissions scolaires sont dirigées (sic) sur cette voie d’avenir, même si le Max coûte 1 000 $ de plus que l’Apple II.

Hélas, le gouvernement Fabius confie le contrat des 100 000 à la Française Thompson. Résultat, les premiers 9 000 livrés (la plupart vont rester dans leurs boîte…), Matra quitte le bateau ce qui entraîne Comterm à cesser la production des Max. Le réseau scolaire québécois se retrouve donc proprio d’une plate-forme sans avenir et, qui plus est, difficilement compatible avec celle d’IBM. Tant et si bien que la hache est mise dans le programme; on doit repartir à zéro avec du compatible. En 1987, le ministre de l’Éducation Claude Ryan estimera à au moins deux ans le temps ainsi perdu dans le processus d’informatisation. Quant aux sommes englouties, laisser filer votre imagination !

Charest lui, il a eu d’autres chats à fouetter et a laissé le marché diriger l’économie des TI. Des TI pour vous et moi. Car, du côté de la grande techno industrielle, celle qui ne peut être classée dans les arcanes bureautiques, gestionnaire ou ludique, le bilan pourra être tout autre quand le recul sera suffisant pour en signer un de crédible.


On sait que la techno ayant mérité l’attention de Jean Charest a été, pour prendre un exemple ponctuel, celle que le régime de Bernard Landry avait « engouffrée inutilement » dans l’usine de la Gaspésia à Chandler (photo ci-contre), ou encore, sur une plus vaste échelle, celle que les minières-pétrolières-gazières s’apprêtent à (ou entendent) déployer sur notre environnement.

Autrement dit, quand il sera temps pour les historiens de traiter le cas Charest, je serai bien étonné si les TI apparaissent dans les ouvrages comme étant un chapitre important, si chapitre il y a.

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

18 commentaires

  • Bon ! Nous avons merdé.

    Les commentaires publiés à la suite de cet article n’ont pas été transférés et ils ne sont plus sur l’ancien site. Pfouuuu ! Ils se sont volatilisés ! À jamais ? Pas vraiment. Je les ai sous forme de courriel. WordPress les envoie tous à une de mes adresses.

    Le problème, il me faut environ deux grosses minutes par courriel pour le ressusciter. Je dois le copier-coller dans le formulaire que vous utilisez tous, je dois ensuite aller dans la console pour lui modifier ses infos d’auteur et de date/heure. Tout fonctionne alors sauf le foutu gravatar. Je n’arrive pas à enlever le mien pour remettre celui du vrai auteur. Fait que je vais laisser tomber.

    Si vous y tenez, je peux vous retourner votre commentaire par courriel afin que vous puissiez le replacer vous-même. Il vous suffit de m’en faire la demande.

    Désolé. C’est la cybervie !

    Cotez ce commentaire: Thumb up 12 Thumb down 1

    • Bonjour Nelson et encore bravo pour le site.

      C’est normal d’avoir des pépins au début.
      Même Dieu a dû s’y reprendre à deux fois quand il a fait le femme (personellement j’aimais mieux la première version, la sympathique Lilith).

      Quant à mes commentaires, ils ne sont pas perdus, je les fais imprimer sur du parchemin et tous encadrer.
      Ils sont bien présevés dans une grande salle climatisée pour que mes nombreux fans puissent les admirer au son d’une harpiste en tunique grecque antique.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • @ Nelson

      Wow, quel travail! Grosse équipe de production aussi. MERCI à Annie, et à toute l’équipe :wink: Bienvenue aux collaborateurs!

      On vient d’entrer dans une nouvelle ère Nelson Dumais! Il y a tellement de choses à voir, pas évident de ne rien manquer ce matin.

      J’ai quand même un petit coup au coeur, j’aimais bien votre chronique quotidienne :sad: Enfin, l’évolution ne se fait pas sans heurt. Il faut savoir avancer :smile:

      Pas de quoi rougir, ou être gêné. Tous les sites font du tétage, comme vous dites, et certains pas très honnêtement. J’aurais bien aimé l’appellation “le gobelet du quêteux” mais, ça ne m’empêchera pas de vous payer la bière :wink:

      P.-S. J’ai trouvé quelques petites choses qui sont restées en anglais. Je suppose qu’avec le temps…

      Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

      • @ Nelson

        Pas de chronique quotidienne de votre part, mais, à quel rythme aurons-nous le plaisir de vous lire?

        Je dois être du genre qui a de la difficulté à donner du lest :grin:

        Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

        • Chère Fafouine, aujourd’hui je manque un peu de temps. Mais dès la semaine prochaine, je reprend mon rythme normal.

          Évidemment, si la joyeuse bande des collaborateurs me fournissent plein de matériel, il se peut que je passe à trois chroniques hebdo au lieu de quatre. Publier comme il faut la chronique d’une personne qui l’a faite de façon bénévole mérite la plus grande des attentions, c’est la moindre des politesses. Il faut mettre le temps nécessaire.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

          • Ouf! J’ai en peur un instant que vous ne vous la couliez un peu trop douce :???:

            Trois chroniques seraient tout de même raisonnables SI vous conservez la Quinte :wink:

            Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

    • Mon commentaire aussi avait merdé. Il était bourré de «fôtes»… :-( Qu’il se perde dans l’infini et plus loin encore!

      Félicitations pour ce beau lancement, Nelson! Cette mouture est tout simplement magnifique!

      Le Dauphin t’es Graal

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Ah ben bravo pour le nouveau site !

    On vient de monter d’une bonne douzaine de coches.
    J’aime beaucoup la présentation visuelle et les améliorations au niveau de la navigation.

    Bienvenue au nouveaux chroniqueurs !
    Et la photo de la salle de rédaction est impressionnante, avec plus de gens au travail et qui ont l’air bien plus intelligents que ceux de la Mission Control Center de la NASA.

    Un caveat:
    Sans doute à cause de mon Q.I. en chiffres négatifs, j’ai pas réussi à voir les chroniques en ordre chronologique.

    En attendant ma prochaine transplantation de cerveau je vais devoir faire le tour des rubriques pour savoir laquelle est la plus fraîche.

    :-D

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

    • @ jim777

      Je suppose que vous avez essayé de cliquer sur “Les 25 dernières prestations” et aussi sur “Archives” pour septembre.

      Un moyen comme un autre de s’y retrouver ce matin :smile:

      Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

      • @ Fafouine

        Ah !

        Merci j’avais pas vu ça.

        Bonne journée.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

        • Bonne nouvelle! Ce n’est pas votre Q.I. qui est en défaut, seulement vos yeux :mrgreen:

          Bonne journée!

          Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Bravo, Très beau site,

    J’ai lu l’article de Sylvain Ménard dans “lmg” pour ShiftN.
    La photo de la Cité du Multimédia apparaissant dans votre article ci-haut aurait un grand besoin de redressement ou, véritablement, l’immeuble fait un angle sur la rue.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Salut ami Nelsonne,
    Félicitations pour ton nouveau site.
    Bien fait, attirant et k.i.s.s. (Keep it simple Stupid).
    C’est bien de garder simple, simple pas simpliste.
    On se retrouve facilement et j’espère que tu résoudras tes problèmes techniques rapidement et pour toi et pour nous.
    Merde pour la continuité.
    Bravo et à la revoyure,
    Snouppix

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 0

  • Je suis tellement heureux! J’ai l’goût de «poucer» vert partout! :-D

    Le Dauphin berbe

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

    • Ne vous gênez pas! Personne ne va s’offusquer d’un pouce vert de plus
      :grin:

      Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

  • Bon article Nelson. Comme d’habitude.

    Pour l’affaire Comterm-Matra, je peux vous confirmer que le choix original n’était pas le produit Matra. D’ailleurs l’annonce faire par M. Lévesque a été une surprise pour les ministres responsables de l’époque, Messieurs Pariseau et Paquette. L’annonce a été faite alors que ces deux ministres étaient en réunion à Québec avec des représentants du secteur éducationnel.

    Un autre dossier technologique où M. Charest a été impliqué est celui du programme Villages Branchés. Rappelons que ce programme a été créé par Mme Marois lors de son budget de novembre 2011, alors qu’elle était ministre des Finances. Ce budget avait pour objectif de maintenir la vitalité de l’économie du Québec immédiatement après la crise de septembre 2001 à New York. Ce programme permettait aux commissions scolaires du Québec de déployer des réseaux de télécommunications entre leur centre administratif et toutes leurs écoles par de la fibre optique. Ce même programme permettait aux Commissions scolaires à se trouver des partenaires privés, valorisant ainsi le développement économique régional, et imposait aux Commissions scolaires d’être propriétaire de ces fibres optiques.

    Lors de l’élection qui a amené M. Charest au pouvoir, un de ses thèmes électoraux était les fameux PPP (Partenariat Public-Privé). Laissez-moi vous dire que les compagnies comme Bell, Telus, Vidéotron, Cogeco, etc. acceptaient mal le programme Villages Branchés qui leur enlevait une clientèle (très ?) rentable, mais surtout qui faisait ressortir les vrais coûts de la fibre optique et des réseaux privés de télécommunication.

    Un fort lobbying de ces compagnies a été fait alors auprès du gouvernement libéral orienté vers ses projets de PPP et ne faisant pas confiance à sa fonction publique. Ces compagnies ont une puissance non négligeable auprès du gouvernement.

    Or, le gouvernement de M. Charest a résisté et a même augmenté le budget de ce programme. Ce fut, à mon humble avis, un acte important de ce gouvernement.

    Ainsi aujourd’hui, toutes les écoles sont reliées à des réseaux privés par fibres optiques. De même ce programme a permis un développement économique dans des régions, lorsque les autorités municipales ont accepté d’y participer.

    Reste à savoir quelle utilisation réelle en est faite ?

    Voilà un point positif pour le gouvernement Charest.
    Est-ce le seul – l’histoire le dira ?
    Il a eu le mérite, diront certains, d’avoir maintenu un excellent programme de Mme Marois.
    Espérons que Mme Marois aura encore de bonnes idées

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 0