HP dope ses serveurs X86

14 février 2012 12 h 15 min Commentaires fermés Views: 4

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

 
Sur un champ de bataille, un général peut vouloir mettre toutes les chances de son bord en contre-attaquant avec ses meilleures unités, celles qui en imposent déjà. D’ou la logique derrière le lancement qu’effectuait lundi dernier la division Serveurs et Stockage de HP, un lancement qui en a étonné plus d’un.

Article publié dans Direction Informatique
 
(Las Vegas) Dans une avalanche de chiffres prometteurs fournis aux participants de la « Global Partner Conference » de 2012, Hewlett-Packard lançait lundi après-midi à Las Vegas le signal qu’elle était de retour aux affaires et que l’ère Apotheker était chose du passé. Pour ce faire, Dave Donatelli, le vice-président exécutif et directeur général de la division texane ESSN (Enterprise Servers, Storage, Networking and Technology Services) lançait une nouvelle gamme de serveurs X86 bardés d’intelligence et d’automatismes, les ProLiant Gen8, des machines disponibles le mois prochain avec comme mission celle de « changer l’industrie du serveur ».

Fait à souligner, l’événement avait lieu sans la présence du grand partenaire Intel dont le processeur à huit coeurs, le Xeon-E5 ne se profile toujours pas à l’horizon. Comme les Gen8 viennent remplacer les ProLiant G7 dont le processeur Intel est un Xeon 5500 ou 5600 (il y a aussi des Opteron d’AMD), on peut déduire qu’ils utiliseront le très attendu Xeon E5 (Sandy Bridge-EP) qui se veut la suite stéroïdée du 5500. Mais rien n’a transpiré, personne n’a dit mot. Mystère et boule de gomme ! (1)

Malgré la suite de catastrophes qui a frappé HP en 2011, la ESSN a vraiment bien tiré son épingle du jeu (voir encadré ci-contre). C’est dommage que son patron ait ouvert le bal en inondant les participants de statistiques, de pourcentages, de promesses et en soulignant bien gras les occasions d’affaires destinées aux partenaires. Comme ce discours a été repris et peaufiné dans presque toutes les présentations subséquentes, tout laisse croire que le marketing a su, hélas!, faire taire l’ingénierie.

La suite dans Direction Informatique

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

Les commentaires ne sont plus permis.