Misère de haut niveau: le cas HP

19 août 2011 11 h 48 min 71 commentaires Views: 50

Partagez cet article

  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook

Auteur(e)

Tags:

 
 

 La nouvelle est sortie hier (1) et personne ne l’a vue venir ! Elle est tellement grosse que tous les fils de presse technos, voire financiers, ont été secoués. Personne ne s’attendait à ce que Hewlett-Packard (HP) se départisse de son département « petite quincaillerie », c’est-à-dire qu’elle bazarde sa division PC, le Personal Systems Group (PSG), et qu’elle quitte le champ miné de la tablette/téléphone intelligent, deux jours après avoir lancé le téléphone Pre3 en Europe. C’est tout un choc! Aujourd’hui, c’est devenu LA nouvelle sur le Web.

Pourtant, on savait que cette légende à l’origine de la Silicon Valley perdait des fortunes en voulant sa place sous l’implacable soleil des bidules portables et on s’attristait à chaque fois qu’on la voyait lancer un PC ou une imprimante vraiment bas de gamme juste pour pouvoir se maintenir dans l’impitoyable marché des “Tit-Jos” et des beaufs. De plus, on se doutait bien qu’Oracle lui faisait du tort sur le marché corpo. Mais on ignorait à quel point la santé du principal fabricant de PC au monde était attaquée.

J’ai connu HP au début des années 80 alors que son nom était synonyme de haute qualité et d’inventions. Si j’écoutais du rock en allant chez Microsoft ou Apple, je mettais du Vivaldi ou du Mozart en allant chez HP (2). Écrire à son sujet nécessitait que je sorte ma plume la plus respectueuse après avoir ajouté, bêtement chez moi, un veston-cravate à mon t-shirt-jeans. HP c’était la grande classe ! Et, faut-il insister, la grande qualité. Quitte à radoter, je vous rappelle avoir recyclé dans ma famille en 2004 ma seconde LaserJet, une imprimante fétiche de 1996, qui fonctionne toujours parfaitement bien en cet été 2011.

Seule IBM pouvait distraire mon admiration envers HP (3). Là aussi les inventeurs fous, les mordus de la qualité et les porte-parole cultivés m’impressionnaient. Pourtant, quand la haute direction d’Armonk avait pris la décision de bazarder le matos, sauce consommateur, pour ne s’en tenir qu’au logiciel, au service et aux grandes fournitures corpo, j’avais versé une larme. Passe l’abandon des PS/2 (famille dont j’étais un “fan” excité) et passe le largage de la division “imprimantes” pour en faire cette pauvre Lexmark. Mais, dans le cas de Lenovo, firme chinoise qui ramassa la division PC d’IBM, incluant les mirifiques Thinkpad, la pilule avait été difficile à avaler. Pourtant, les chiffres donnent raison aujourd’hui à la Grande Bleue.

Ainsi s’en va HP, cette boutique déstabilisée depuis le départ commenté de Mark Hurd et la prise en charge par l’ex-patron de SAP, Leo Apotheker (la photo de gauche présente les deux fondateurs, William Hewlett et David Packard). Fini les PC et imprimantes de haut lignage destinés aux entreprises (semble-t-il), fini le méga réseau de revendeurs grand public aux inventaires garnis de versions « ouache » de ces produits, fini les bidules très récents sous WebOS pour le malheur des mordus du Palm, pour celui des quelques proprios de TouchPad (devenu le “OuchPad” sur les blogues anglo-saxons) et pour celui des grandes surfaces partenaires (p. ex. BestBuy) qui n’arrivent pas à les écouler malgré une réduction de prix substantielle.

Le P.D.G. Apotheker reconnaît qu’il y a un « effet tablette » qui nuit considérablement à ses ventes de PC. Qui plus est, l’économie américaine est loin d’aider. Mais son problème au patron d’HP, c’est que sa solution TouchPad ne lève pas du tout. Les gens n’en ont que pour le savorama Android (Google) et le iPad d’Apple. Fait que … crac ! En ce sens. RIM et HP, même combat !

En même temps, la carnassière Oracle dont le président est justement … Mark Hurd (4) joue salaud sur les bords de la bande; sa division « métal » héritée de Sun Microsystems fait du tort aux ventes de serveurs HP. « Le poids du défi d’Oracle sur notre division « systèmes critiques d’entreprise » est bien réel », a admis Apotheker. Il faut se souvenir qu’avant qu’elle ne se lance en micro-informatique dans la première moitié des années 80, époque où Sun était à peine embryonnaire, HP était déjà très importante au niveau informatique départementale. Or, ledit Apotheker aimerait bien qu’il continue à en être ainsi.

Quant au PC Windows et à son écosystème, basta ! Je vous rappelle qu’en septembre 2001, HP avait avalé sa rivale Compaq en dégorgeant 25 milliards $US (5). Hum ! Autre temps, autres mœurs, direz-vous. Il est vrai qu’en TI, dix ans, c’est une éternité ! Désormais, si la production d’appareils destinés au marché grand public, ce dont s’acquittait le PSG, continue, ce sera sous une marque indépendante de HP, une sorte de Lexmark ou de Lenovo de son giron, dont on connaîtra les éventuels tenants et aboutissants dans un an, un an et demi.

La Californienne HP s’en va rejoindre la transnationale new-yorkaise au pays des grands comptes pour y préconiser ses solutions logicielles et son obligatoire vision infonuagique (6). Elle entend même acquérir la société britannique Autonomy Corporation plc (moyennant 10 milliards $US) pour bien compléter son portefeuille de produits.

Qu’est-ce que cette décision aussi imprévue que, finalement, compréhensible vient changer sur le marché des bidules intelligents ? Si elle indique à RIM quelle est la voie à suivre (Dieu du ciel !!!), elle dit aussi à Microsoft qu’il peut en coûter très cher à vouloir s’obstiner sur un marché volatile et capricieux. Et en attendant que l’Empire ne contre-attaque avec ses Win Phone 7 Mango à saveur Nokia, cela ne peut que renforcer les positions respectives d’Apple et de Google, deux adversaires dont les forces marketing n’ont d’égales que la qualité de leurs produits. En même temps, c’est un message clair à Steve Ballmer à l’effet que depuis hier matin, la marche est devenue un peu plus haute à atteindre.

Qui trop embrasse, mal étreint, dit-on. IBM a eu la vision stratégique de savoir quand quitter la planche vermoulue du marché « consommateur ». Pas HP ! Elle a poursuivi son offensive partout. Aujourd’hui, elle semble en payer le prix. Ce ne sera pas une mince affaire que de redevenir puissante comme avant dans son traditionnel marché d’entreprise, marché qui a drôlement évolué et qui ne lui fera pas de cadeau. Fiez-vous à IBM et à … Oracle.

On verra. Reste que pour moi, voir HP se débattre ainsi dans le noir, c’est voir une icône de mes débuts journalistiques se couvrir de misère. Pas drôle, vieillir !

(1) Tellement grosse, la nouvelle, qu’il n’y a pas de “Quinte du vendredi” !
(2) Et quand j’allais chez IBM, je mettais du Wagner …
(3) Apple, c’était plus émotif. Allez savoir pourquoi !
(4) Hurd quitte HP en août 2010 à la suite d’une histoire de harcèlement sexuel et, un mois plus tard, il passe chez Oracle à titre de président-assis-à-la-droite-de-Larry Ellison. Disons que la blogosphère a émis certaines réserves …
(5) Passablement plus cher, surtout en dollars de l’époque, que la transaction d’avril 2010 qui lui a permis d’acquérir la petite Palm pour 1,2 milliard de $US.
(6) Si elle en a une qui tienne la route, bien entendu !

Auteur(e) Nelson Dumais

Voué à un avenir brillant dès sa naissance, Nelson s’est néanmoins pris les pieds dans un ordinateur répandu partout dans un motel désaffecté et ne s’en est pas vraiment remis. C’était à Rimouski en 1981 et le monstre de 64 Ko, une sorte de tombeau en mélamine blanche, cahotait en CP/M, souffrait en anglais et tombait régulièrement mort. Avec l’acharnement d’un anthropologue fou, Nelson recherche depuis lors un ordinateur qui fonctionnera sans défaillance, sans souffrir ni faire souffrir, et cela dans une langue intelligible. Si jamais il trouve, il vous en fera part. C’est juré !

71 commentaires

  • C’est dire comment le paysage des TI est en pleine mutation.
    J’ai pas de boule de cristal mais j’ai comme idée qu’il va y avoir une percée technologique, accessible aux consommateurs (voir pas trop cher) dans un avenir assez proche.
    Le fameux “quantum computer” se rapprocherait-t’il de sa réalisation grande échelle?
    La puce IBM qui émule le cerveau humain, implique-t’elle des procédés et processus de fabrication qui sont incompatible avec les méthodes d’aujourd’hui?
    J’imagine que “revamper” une ligne complète de production n’est pas vraiment rentable.

    Et effectivement, HP a perdu son lustre de fabriquant de qualité dans le giron “consumers”. Marche trop haute, marges trop basses, le jeu ne vaut probablement pas la chandelle pour la profitabilité des actionnaires.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 1

  • Bon… Il ne reste plus que patienté pour qu’un wizz-Kid trouve le moyen de faire tourner Android sur une HP TouchPad! :)

    avec des prix qui vont continuer de baisser… ça va être un bon temps pour acheter!

    Mais bon blague a part… c’est la fin d’un chapitre dans l’histoire de la Micro-Informatique! j’ai une petite crotte sur le cœur aussi… Ah mon premier PC HP… une relation Amour/Haine comme il s’en fait plus haha

    Cotez ce commentaire: Thumb up 6 Thumb down 2

  • EN TK ça fa suer en tabarslak …

    Chez nous HP Pro la série ZX dans les workstation , surtout la Z800 une merveille et les laptop EliteBook et ProBook constitue pas moins de 20% de notre clientèle .

    HP dans sa décision touche plus de monde que seul leur employers .

    Et WEBOS mais quelle perte c’est incroyable .

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 1

    • Nelson,

      Dire que mon PC est un HP et que j’ai déjà eu des Compaq ;-(

      Tu n’est pas seul à sentir que ça te fait vieillir mon cher…

      Comme l’impression que j’entre dans un monde qui est de moins en moins le mien ou qui me ressemble de moins en moins et que j’entre dans un qui est de plus en plus celui des autres; celui des autres générations qui suivent.

      Mourir cela n’est rien
      Mourir, la belle affaire
      Mais vieillir, ô vieillir.

      Jacques Brel.

      Même Courtemanche vient de nous quitter ;-(

      Finalement je vais peut-être finalement m’en aller chez la Grosse Pomme.

      Il reste qui pour fabriquer des PC de qualité?

      À part le monter soi-même évidemment.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 1

  • En gros c’est triste c’est déplorable . Quand une entreprise de cette taille avec l’influence qu’elle possède quitte ; le trou quelle laisse derrière elle est souvent remplie par pire , de moindre de qualité .
    (je ne parle pas des PC HP/Compac)

    Le départ de HP de ce marché touchera globalement tous les gens dans leur accès à une techno de qualité . Il reste que très peu des ordinateurs de marque de qualité , tous visent la beubelle que l’on jette après 2 ans .

    ET que dire de WEBOS , en bonne voie malgré les chiffres , le SE vraiment impressionnant tout ce qui lui manquait était un Hype et de la maturité. HP ne s’est jamais battue pour faire connaitre son produit adéquatement .

    J’espère que si HP décide définitivement d’éteindre la lumière sur WEBOS , qu’elle donne au moins le code a la communauté du libre .

    Sincèrement , ce départ me touche tout autant que celui de IBM . Depuis que IBM est parti justement personne n’a repris sa place .

    Cotez ce commentaire: Thumb up 13 Thumb down 1

  • Bonjour,

    La vraie nouvelle c’est que HP a offert d’acheter Autonomy et a décidé d’abandonner WebOS.

    L’abandon des PC se discute à l’interne depuis 7 ans et j’ai “l’impression” (je n’ai pas pu m’en empêcher, de la faire celle-là) qu’ils vont continuer à en discuter encore un bout de temps parce que cela aura beaucoup plus de conséquences pour la compagnie qu’il n’y parait.

    Pour IBM c’était différent, la division consommateur représentait moins de 10 % des affaires de la compagnie alors que pour HP cela représente au moins 50%.

    Il faut aussi prendre en compte la culture de l’entreprise. Pour IBM, la hiérarchie a toujours été importante et respectée alors que dans le cas de HP, c’est bien différent, les héritiers des fondateurs ont encore un mot à dire.

    Si HP décide d’abandonner les consommateurs, ils risquent de subir le même sort que Nortel, devenir une coquille vide.

    Il me semble voir Michael Dell passant de longs moments à prier à genoux pour que cela se produise. ;-)

    Bonne fin de semaine !

    PS: Toutes mes sympathies à la famille de Gil Courtemanche, un gars que j’admirais, un gars franc.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 10 Thumb down 1

  • @Nelson

    “Reste que pour moi, voir HP se débattre ainsi dans le noir, c’est voir une icône de mes débuts journalistiques se couvrir de misère. Pas drôle, vieillir !”

    Tu me fou les jetons Nelson.

    À défaut de Vivaldi, voici de quoi réfléchir sur tous ces gens ou ces choses qui changent ou nous quittent.

    Allez avec un petit verre de gros rouge !!!

    http://www.youtube.com/watch?v=YcshgVQOFCw

    La vie continue ciboire…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

  • @ Viva_Zapata: il reste Dell pour les PC de qualité.

    Avez-vous essayé de magasiner un ordi sur le site de HP récemment? L’enfer. Le site est vraiment mal fait. On s’écoeure assez vite et on va voir ailleurs. Après avoir acheté en séquence trois tours HP/Compaq, je me suis finalement tourné du côté de chez Dell. Pas bon marché mais on peut à peu près configurer comme on veut à prix correct si on n’est pas trop pressé et prêt à attendre la bonne semaine.

    Écrit sur une tour HP roulant Win XP depuis janvier 2006.

    Ils n’ont pas été très patients avec WebOS et le TouchPad. Dommage.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 1

  • J’en rote de tristesse… Beurps!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 6

  • HP est victime de notre intérêt pour les nouveaux venus dans le domaine. Dans 10 ans, 20 ans, ce sera au tour d’Apple de raccrocher. Leurs dirigeants, leur actionnaires profiteront de leurs placements. 30 ans, c’est un âge canonique pour ces nouvelles technologies qui peuvent générer des milliards en une décennie. Alors, place aux jeunes! Placez la photo de messieurs Hewlet et Packard à côté de celle de Mark Zuckerberg, par exemple: si vous avez la fibre “geek”, pour qui voteriez-vous?
    On a l’impression qu’à notre époque, tout vieillit plus rapidement sans doute parce que notre rythme de vie est plus échevelé. Ah! Nostalgie, quand tu nous prends… Certains ici soulignent, avec regret, leur vieillesse: bon sang, vaut mieux être vieux que mort! Et ces compagnies ne sont que des entités sans âme.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 6

  • Et puisse qu’on trempe dans la musique classique, voici l’écho de la courge:
    “Quand on a l’Ave Maria, on apprécie Othello” (un critique slave).

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 6

  • Moi je suis bien prêt à partager le bain de Maria. Ze Maria’s bath en français selon Dard.

    Bien que je n’ai pas tout à fait saisi le rapport avec la vente de Ouellet-Picard. Mais c’pas grave, du Beau ne comprend jamais rien et il commente quand même !

    Alex

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 4

    • Euh…

      C’est qu’à part la Callas les Maria sont généralement fortement charpentées.

      Ça nécessite un gros bain.

      Pensons à la Castafiore par exemple.

      - Ah que je ris de me voir si belle en ce miroir!

      - Est-ce toi? Margaritaaaaaaa !!!

      Finalement moi je préfère prendre mon bain tout seul.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 4

      • Zapata tu vas te retrouver classé avec du Beau si tu récidives de même… Quoique un peu de déconade de temps à autre. Oui je sais, chez moi ça semble permanent, mais c’est juste un genre que je me donne !

        Alex

        Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 3

        • Déconner?

          Moi jamais.

          C’est juste que parfois je pense à des choses sérieuses (si si je t’assure même trop parfois) et que soudain j’ai des flashs moins sérieux.

          C’est personnel, ça reste dans ma tête.

          Il paraît que j’ai l’imagination très fertile.

          Quand tu as écris Ave Maria, j’ai pensé à l’opéra et l’image de la Castafiore dans les bijoux de la Castafiore m’est immédiatement apparue.

          - Bonjour Capitaine Bartock.

          - Ciel mes bijoux!!!

          - Irma !!!! Hiiiiiiii!!!!

          Je fais toujours dans ma tête des associations comme ça.

          La Castafiore sans doute parce que La,utre jour j’ai parlé de Méphistophélès et que

          Méphistophélès = Faust = l’air des bijoux = La Castafiore

          D’Ailleurs Nelson me fait penser au Capitaine Haddock mais en blanc.

          Un Haddock style “Classel” mettons.

          Une de mes manies vois-tu est de voir tout le monde sous la forme d’une caricature ou d’un Toon.

          Untel au bureau me fait penser à Sylvester, un autre à Marvin le martien, une autre à Miss Peggy, un V.P. sur l’étage me rappelle Foghorn Leghorn et ainsi de suite.

          Oui je sais je devrais me faire soigner…

          Mais sous des dehors austère ma vie est si drôle et agréable ;-)

          D’ailleurs j’ai dis à mon épouse que si je meurs avant elle, je veux me faire incinérer avec mes Tintins. J’ai encore tout ceux que j’avais tout petit. J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux.

          Mais chut ne va pas répéter cela aux autres. Gardons cela entre nous deux ok.

          Et je ne te dirai pas sous qu’elle forme je vois Jean charest. Je pourrais me faire poursuivre.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 4

    • Je me rappelle au lançement de la tablette HP, on misait beaucoup sur le fait que, comme Apple, ils contrôllent le matériel ET le logiciel et ainsi croyaient avoir une bonne chance de compétitionner contre Apple, voire même tasser Android qu’ils disaient désavantagé car trop “fragmenté”. J’étais pas d’accord et cette nouvelle prouve que j’avais raison :-P Apple a autant de succès carc’est elle qui a parti le bal avec iOS, elle a plus d’applications, y’a le facteur cool, la qualité et le service après vente, etc. Mais je ne fais pas parti de ceux qui croient que pour réussir, il faut absolument tout contrôller ni que Google va s’approprier Android à elle seule suite à l’achat de Motorola pour faire comme Apple et HP. Cela serait se tirer dans les pieds. Au contraire je crois qu’Android doit une grande partie de son succès au fait qu’il soit “open source”, et je crois que c’est ça qui va faire en sorte qu’Android va dépasser Apple (si c’est pas déjà fait).

      Mark my words: Si Apple et Microsoft n’ouvrent pas le code source de leurs OS mobiles comme le fait Google avec Android, je prédit qu’ils vont se faire manger tout rond par Android. Apple va mieux tenir son boutte, mais Windows mobile 7 est déjà menaçé d’extinction. Je dirais même que si HP avait ouvert le code source de WebOS et laissé d’autres fabricants l’adopter, Ils n’en seraient peut-être pas là aujourd’hui. Les temps ont changé, l’avenir est au libre et ceux qui comprendront cela auront de bien meilleures chances de survie selon moi que ceux qui tiennent à tout garder fermé et propriétaire…

      Cotez ce commentaire: Thumb up 8 Thumb down 4

  • @Alex, Zapata, Nelson et autres vieilles branches.
    “Ce qu’il y a de bien quand on devient vieux, c’est que toutes ces choses que vous n’avez pu avoir quand vous étiez jeunes, vous n’en avez plus envie”.(L.G. Mc Candless)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 7

    • @Denis3R

      C’est bien dit ça…

      Mais le Père Gédéon a déjà dit aussi :

      Le Bon Dieu n’est pas correct, je ne comprends pas pourquoi il ne nous enlève pas le vouloir en même temps qu’il nous retire le pouvoir.

      Il est vrai par contre que l’industrie pharmaceutique s’est empressé de solutionner ce problème:

      Aujourd’hui on meurt en érection.

      Bon hors sujet et je vais me fair taper sur les doigts pour utilisation de langage inaproprié.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 5

  • Parlant de HP de son historique, saviez-vous que Steve Wozniak (l’inventeur du premier ordi d’Apple, le Apple I) travaillait pour HP quand il a inventé ce dernier, et que HP n’avait alors vu aucun intérêt dans son invention? On lui avait même dit de quoi dans le genre “personne ne s’intéresse à avoir un ordinateur personel, les ordinateurs ce n’est que pour les grandes entreprises…”

    Imaginez comment ils doivent regretter d’avoir ignoré l’invention de Steve aujourd’hui…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 3

  • Hmmmm, pas de “Quinte du vendredi”… Grosse nouvelle, çârtain!

    À croire que tous ceux qui se lancent dans la production de “table laite” (pour concurrencer l’iPad) mordent le jet d’encre! Après RIM, HP, qui sera le prochain?

    Me semble que mon Pavilion vient de perdre de sa valeur (déjà pas très forte)… Heureusement qu’il roule sous Ubuntu! (Que vous le vouliez ou non, ça avait permis de le décrasser.)

    Le Dauphin du nerf
    (Allez, “poucez-moi en l’air”, c’est ma signature la plus encagoulée à vie! :-) )

    Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 8

    • Comment veux-tu que je te pouce-en-l’air, je la catche même pas.

      Hé que tu m’énarves.

      Si l’école peut reprendre, que t’ais plus le temps de commenter avec tes &$!#% jeux de mots.

      Alex

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 4

      • Hé, qu’té pas vite! Prends don’ des vacances afin de te réhydrater le p’tit pois, ‘spèce de chevreu’.

        Quand tu s’ras ben reposé, on tentera calmement de te l’expliquer…

        Le Dauphin perturbable

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 6

  • Une douche froide pour les consomateurs…un compétiteur de moins pour Google et Android. HP tient à préciser que ce ne sont que les “devices” webOS qui disparaissent…le SE lui-même continuera d’exister…en OEM, pour qui et combien de temps ? Là est la question.

    Acquérir Autonomy, c’est tenter de couper l,herbe sous le pied de Larry Ellison et sa bande…mais 10 milliards c’est effectivement payé trop cher, surtout quand l’action de HP perds 22% de sa valeur avec ces annonces et que celui de Autonomy en gagne 75%, l,offre d’achat de HP n’est plus bien bien compétitive et attendons nous a une surenchere d’Oracle, qui autrefois etait un partenaire OEM d’Autonomy.
    HP a malheureusement un historique de mal intégrer ses acquisitions et dans le cas d’Autonomy, le nombre de clients potentiels ne se compte que sur 2 mains et 2 pieds au Canada, même ratio dnas le reste du monde….
    Laisser aller PSG, en fait annoncer qu’on regarder cette option, c’est mettre leur clientèle à froid et leur laisser regarder d’autres options…
    Donc si on combine le cout et l’impact financier de toutes ces annonces….on multiplie le cout de 10 milliards$ par combien ?

    Leo passeras soit pour un génie ou celui qui tua HP…l’avenir le dira…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 2

  • Je regarde les technos qui se développent et les tendances qui se pointent et j’analyse une déclaration que Steve Jobs a fait au lancement du iPad .

    Dans l’avenir avec tous les services Cloud et des solutions de logiciel portable qui sont de plus en plus proposés , l’ère du post PC sera vraiment une réalité d’ici peu de temps . Oui il y aura toujours les appareils plus gros comme certains Workstation fabriqués par un fabriquant local ou internationale pour la création de contenu lourd, mais la tendance est plutôt à la consommation de contenu versus la création même de contenu .

    Avant , avoir sa page WEB c’était ‘IN’ , des tutos pour en fabriquer , les services FTP pleuvaient sur Internet , le HTTP (WEB) a tellement pris de place que les gens le confondent avec l’internet lui-même . Par la suite la révolution WEB2.0 a fait sa place , la page WWW a pris moins d’importance, car les gens sont passés sur de nouveaux services comme MySpace et par la suite Facebook , Google a lié les gens entre eux par de nombreux services et lentement Twitter a remplacé pratiquement le mode d’échange entre les individus.
    Donc ce qui se faisait hier avec un PC peut se faire aujourd’hui avec une tablette , les ressources étant toutes automatisées par de nombreux services et les offres ne manquent pas .

    Je crois maintenant que l’arrivée du iPad (newton) n’était pas la vision d’un nouveau marché, mais la suite logique d’un développement déjà enclenché depuis longtemps . Ça prenait un appareil pour profiter pleinement de ce WEB de consommation et je crois maintenant que la survie de Apple passait par ce genre d’appareil . Steve Jobs était trop d’avance sur le développement avec NEWTON, mais pas sur les idées , la compagnie Cisco annonçait elle aussi, milieu des années 90 que toute l’informatique dans un futur proche serait portable et ils annonçaient déjà à cette époque une sorte de tablettes qui serait l’outil dominant des années a venir .

    Voyez vous Apple n’est pas le petit nouveau dans cette industrie , elle fut fondée en 1976 elle est en fait la première entreprise de PC au monde et cela sur une vision et une approche qui fut longtemps ignorée à cette époque , mettre l’ordinateur dans les maisons et non pas le réservé a l’entreprise . Quand on parle de Apple, on parle de la première . Pour Steve Jobs et Steve Wozniak , l’ordinateur pouvait être autre chose . Leur présence dans ce giron leur donne une perspective autre et leur partenariat avec de nombreux développeurs leur indique les tendances à venir . La tendance à long terme était la portabilité .

    Maintenant que le tout est devenu a terme , le changement se fait . Chez Apple le projet NEWTON a fini par aboutir pour devenir le iPad , d’autres joueurs , des nouveaux , sont apparus et certains autres semblent être incapables de suivre le bal .
    Ce qui est sarcastique dans ce changement profond est que ceux qui semble tirés de la patte dans cette révolution sont exactement les mêmes qui disaient à l’époque que l’internet ne serait qu’un feu de paille , que le portable était sans avenir , que les tablettes étaient inutille en gros , que les gens n’ont besoin que d’un PC et rien de plus .

    En gros IBM a pour une fois bien lu la tendance , HP pas réellement et espérons qu’elle y parviendra, car derrière cette entreprise , il y des gens , des employés bien payés , bref beaucoup beaucoup de monde . Apple elle suit son plan de match depuis des années .

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 3

    • Très bonne analyse.

      Mais n’oublions pas quand même qu’Apple à traversé des zones de turbulences et a même failli disparaître il n’y a pas si longtemps.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 3

      • Yes a 2 doigts de la faillite … Ça s’est réglé quand Steve Jobs est revenu à la barre …

        Vendre du Coca Cola (ancient et EX PDG de APple) n’est pas la même chose que de vendre un ordinateur ou bien un outil et ça ya beaucoup d’hommes d’affaires qui ne saisissent pas la nuance ..

        On peut vendre de la salade des années durant sans se faire suer, mais quand un domaine repose sur la bonne gestion , le marketing , la vision d’entreprise et la R&D ça devient complètement différent .

        L’informatique est un milieu d’affaires particulièrement salaud, car ça joue dur sur tout les fronts . HP n’avait pas de problème sur tous les niveaux, mais sur la vision à long terme de l’entreprise . Ses investissements et la confiance dans ses produits étaient défaillants .

        ET de plus je ne suis réellement pas sûr que la direction de HP prend la bonne décision en ce qui concerne son virage à 180 degrés .

        Seul l’avenir nous le dira .

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

        • J’ai bien aimé ton analyse.

          À l’analyse à long terme j’ajouterais la chance cependant.

          Je connais des compagnies aériennes qui avaient de brillantes vision à long terme en l’an 2000.

          Ils ont investi massivement dans de nouveaux appareils puis vint le 11 septembre.

          Conséquence : baisse drastique du traffic aérien.

          Plusieurs ont fait faillites.

          La chance… Il y a des CEO brillants qui sont chanceux et d’autres tout aussi brillants qui le sont moins.

          On applaudit les premiers et on a déjà oublié le nom des seconds.

          Et il y en a qui ne sont pas brillants et qui ne sont pas chanceux également ;-)

          Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 2

          • Effectivement que le phénomène “chance” joue pour nous tous dans tout les domaines et même la vie de tous les jours .
            La dure leçon que le destin peut nous mettre sur la gueule parfois est indéniable .

            Mais pour de nombreuses entreprises , ce sont de mauvaises décisions qui les mènent à leur perte . Je prends le récent krach boursier , c’était écrit dans le ciel que cela allait foirer un jour ou l’autre et pas dans 100 ans . Sans faire mon Nostradamus il y aura un autre bientôt et aussi dévastateur .

            Ce que je remarque souvent est que l’appât du gain rend beaucoup de décideurs aveugles , les meilleurs arrivent à faire abstraction de cela et gardent le cap sur leurs visions d’ensemble .

            Joseph Armand Bombardier et Alphone Déjardin de leur vivant on réussi a construire de réelle entreprise qui sont devenue des empires, et ce malgré toutes les perturbations économiques que le Québec et le Canada ont connues à leurs époques , bref ils avaient une vision et un plan d’ensemble, l’appât du gain n’était pas le but ultime ou voir le but premier.

            J’ai pour mon dire que , quand les actionnaires deviennent les intérêts premiers de ton entreprise ou que les décisions se prennent en conséquence de ces mêmes actionnaires ; à ce moment précis , l’entreprise n’est plus maitre de ses décisions et a ce moment , le grand navire commence à prendre l’eau . SI le mauvais sort du Destin décide de s’en mêler , alors tout est cuit .

            Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

          • Un plan d’affaires ne prévoit pas l’avenir.

            Les pays communistes en avaient plein les tiroirs des plans quinquennaux.

            En affaires comme dans la nature c’est la loi de la sélection naturelle qui prévaut.

            Ceux qui s’adaptent le plus rapidement aux changements sont ceux qui survivent.

            Parfois un plan nous empèchent de nous adapter rapidement justement.

            La plan peut être une contrainte au changement.

            Ce qui permet souvent à une entreprise de survivre c’est la qualité de son équipe.

            C’est elle qui réagit aux changements.

            Steve Jobs est un visionnaire.

            Mais sans équipe compétente derrière lui, il n’est rien.

            Et le monde ne parle que de Steve Jobs.

            Vision essentiellement de droite.

            Le vedétariat.

            C’est peut-être ce qui m’attire avez Linux.

            Comme utilisateur final j’en ai rien à cirer du code ouvert ou fermé. Ça ne me donne rien de plus.

            Non, moi ce qui m’attire c’est la communauté vs le vedétariat.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

          • D’ailleurs pour ce qui est du plan ou des plans.

            Souvenons-nous de la Standard Life et de son plan Liberté 55.

            Combien ont adhéré au plan?

            Et combien ont pu prendre leur retraite à 55 ans tel que prévu par le plan?

            Très peu.

            L’environnement externe a changé et pas dans le sens que le prévoyait le plan de la Styandard Life.

            Les bourses ont chuté.

            De la chance. Ça prend beaucoup de chance pour qu’un plan réussise.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

    • Petite précision.

      Il faut rendre à John Sculley ce qui lui revient. Cet ex-patron de PepsiCo (c’est l’homme du “Défi Pepsi”) a été P.D.G. d’apple de 1983 à 1993. Paraîtrait que c’est lui qui a viré Steve Jobs en 1985. Mais avant de quitter en 1993, plein de poignards dans le dos comme il se doit, il avait présidé au lancement du Newton, son bébé bien à lui. Jobs, à cette époque, s’occupait de NeXT Computer et de Pixar. En 1997. avant qu’Amelio, le P.D.G. d’Apple, ne redonne les clés de l’entreprise à ce dernier, le Newton venait d’être placé sur une voie d’évitement et, dès sa prise de contrôle, Jobs confirma la mise à mort du mythique bidule.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 3 Thumb down 2

      • Sans vous contredire réellement Nelson

        Ce que j’ai lu à propos du Newton est plus qu’une simple idée venu du rêve de Scully . Les Aniciens de chez Apple parlent à cette époque avant l’arrivée de Scully aux commandes de Apple , que des dessins sur une tablette média existait déjà et pas seulement chez Apple . Steve Wozniak en parle aussi dans une entrevue, mais tout cela était demeurer au niveau de la table à dessin car irréalisable dans le moment .

        Scully a présenté son grand rêve par la suite, son ‘Knowledge Navigator’. Quand Steve Jobs est arrivé par la suite il a terminé le projet qui avait déjà été enterré par Amelio en 1997 . Steve Jobs n’a que fait mettre une croix sur une tombe déjà creusée par son prédécesseur .

        Ce qu’il faut donner à Scully est que c’est lui qui a réussi à mettre le projet en branle et a fait créer quelque chose de bien particulier . Le Newton à son époque a reçu plusieurs prix, mais peu d’attention de la part du public .

        Des plans de tablette Media il en a eu aussi du côté de Cisco, mais sans aboutir réellement .

        L’histoire vulgarisée du Newton est ressortie quelque peu en 2007 au lancement du iPhone 1 .

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

        • Je respecte votre opinion concernant la chance même si personnellement je considère qu’elle est beaucoup plus importante que l’on veut bien l’admettre.

          Bombardier avait sûrement une vision personnelle de ce qu’il voulait accomplir mais je doute qu’il avait un plan.

          D’ailleurs la notion même de plan telle que définit par la gestion stratégique est aujourd’hui fortement remise en question :

          Car pour un plan qui fonctionne il y en a 9 qui ne fonctionnenet pas.

          Évidemment on se souvient toujours de celui qui a fonctionné.

          “Reviewing the so-called “pitfalls” of planning, he shows how the process itself can

          a) destroy commitment,
          b) narrow a company’s vision,
          c) discourage change,
          d) and breed an atmosphere of politics.

          In a harsh critique of many sacred cows, he describes three basic fallacies of the process :

          1) that discontinuities can be predicted,
          2) that strategists can be detached from the operations of the organization,
          3) and that the process of strategy-making itself can be formalized.”

          The Rise and Fall of Strategic Planning
          Henry Mintzberg
          Prentice-Hall, 1994

          Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

          • Mintzberg, ça me rappele mes bonnes années à l’université. Un classique, son livre “Le pouvoir dans les organisations”. Encore aujourd’hui, c’est un classique.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

  • Le buzz en fait est là:
    http://h41112.www4.hp.com/promo/webos/ca/en/shopping-touchpad.html
    99$ pour la TouchPad 16 go au lieu de 519$

    Tellement chaud sur le net qu’il est maintenant midi samedi et qu’à ces prix, il devient pratiquement impossible d’en trouver une.
    Même chose coté USA:
    http://h41112.www4.hp.com/promo/webos/us/en/shopping-touchpad.html

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

  • Bonjour. Une parenthèse pour commencer. Quand Leo Apotheker reconnaît qu’il y a un “effet tablette”, il faut comprendre le iPad, c’est donné trop de crédit aux tablettes Android, à mon humble avis, que de les inclure dans les subtiles intentions verbales de l’ex M. SAP. J’ai la chance de voyager pour mon travail et par plaisir, principalement dans des aéroports canadiens et américains et, outre les ordinateurs portables et téléphones intelligents je vois beaucoup de iPad durant mes escales. Surtout depuis que la plupart des aéroports offrent le wifi gratuit. J’ai vu quelques Playbook aussi, un TouchPad dernièrement mais je n’ai pas encore eu la “chance” de voir quelqu’un utiliser une tablette Android. Une douzaine de déplacements à mon actif cette année. À Montréal, idem, je ne connais personne ni n’ai vu quelqu’un avec une tablette Android dans les mains. J’en ai vu chez Best Buy et Future shop, par contre, leurs “tablettes” en sont pleines (ha, ha, notez le subtil jeu de mot).

    Seconde parenthèse. La tablette illustrant ce billet n’est pas une TouchPad, la TouchPad à un écran de ratio 4/3, comme le iPad alors que celle du billet me semble plutôt tirer sur le 16/10 si ce n’est 16/9. Srait-ce la HP Slate?

    Ceci dit. Comme le faisait remarquer un commentateur précédent, la nouvelle “importante” ici est l’achat d’Autonomy, une firme présente dans les corpos roulant sous Oracle, chez nous, on l’utilise avec Web logic. Ils offrent des outils très performants et bien intégrés aux environnements Oracle, ils ont de l’avenir…

    Pour ce qui concerne la division PC, je crois que HP fait une erreur. En tout cas, je connais bien des acheteurs de département TI qui vont se demander quoi acheter quand HP ne sera plus là, surtout pour les desktops… des Mac Minis avec Citrix ICA Client (disponible sous OS X)?

    Enfin, pour Palm, quel gachis, à première vue, serait-on porter à conclure. Payer une compagnie 1.2 milliard$ pour tuer son OS vedette à peine 1 an plus tard. Mais, peut-être que le move n’est pas si bête, je m’explique. Samsung, HTC, Asus et les autres “clients” d’Android sont déjà en recherche d’une solution de rechange, malgré les propos “rassurants” de Larry Page à l’annonce de l’achat de Motorola par Google. D’une part, HP pourrait faire monter les enchères pour webOS et ainsi récupérer une partie de son investissement initial. D’autre part, HP pourrait faire monter les enchères pour les brevets de Palm sur lesquels Apple, Microsoft et Google aimeraient bien mettre la main, pour ainsi rentrer dans son argent et même mieux, réaliser possiblement un gain considérable, même en enlevant les coûts de recherche et développements qu’a entrainé la mise au point du Touch Pad.

    Mon deux cennes.

    Bon week-end!

    :)

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 2

    • pierre a samson

      effectivement que pour l’instant vous ne voyez que des I-pad et pas d’android mais ca vas changer dans le cours de l’annee qui vient.
      en passant je suis tres heureux de mon asus transformer

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

  • La réalité de HP est que tu ne peux pas survivre dans le monde des PC avec des marges en deça de 10%. Une entreprise ne peut pas être rentable avec des produits ordinaire sans marge. Quand le seul élément différenciateur est le prix, la fin est proche dans le domaine des technologies.

    La ruée des fabricants de PC aux prix les plus bas va les conduire vers un cul-de-sac. Les prochains seront Dell, Acer et Lenovo.

    Pour ce qui est de la position dominante d’Android, vous me faites rire. Samsung envisage de se tourner vers Bada, HTC et compagnie sont poursuivis tout bord tout côtés, les ventes d’Android ont atteint un plateau et commencent à fléchir, Apple commence à peine à vendre des iPhone, des iPad et des Mac en Chine, etc.

    Aucune tablette Android est capable de vendre un volume raisonnable en 2011. Aucun fabricant de tablette Android publie les ventes réelles. Seulement les unités livrées et sur les tablettes des magasins. La pensée magique ne fonctionne pas.

    En moins d’une semaine, Google change de cap en achetant Motorola qui est déficitaire, HP se retire des PC et des appareils mobiles et RIM penche vers un service musical pour regagner le coeur des consommateurs. Pour ce qui est de Microsoft, la grogne des actionnaires ne fait que commencer. Une chance que Gartner prédit qu’ils seront un joueur dominant en 2015, sinon, qui serait de leur côté?

    Au lieu de parler d’innovation et de développement de nouveaux produits, toutes ces compagnies sont en mode ratrapage. En anglais, on dit “Deer in the car light!” et c’est ce qu’ils projettent comme image.

    Nous sommes dans l’ère “Post-PC” et ce n’est que la pointe de l’iceberg. Tous ceux et celles que s’accrochent aux paradigmes du passé pour prédire l’avenir font fausse route.

    Comme Gretzky le disait, il ne faut pas suivre la rondelle ou elle est présentement mais bien se positionner là ou elle ira. Encore faut-il que les joueurs sachent patiner. Avez-vous déjà vu comment se comporte un chevreuil sur une patinoire la nuit devant les réflecteurs d’une automobile?

    Les prochaines années s’annoncent excitantes avec ce changement de garde.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 9 Thumb down 2

  • Pour ajouter au commentaire d’Opportun sur la pensée magique par rapport à Android. Quand Google déclare que 500,000 téléphones Android par jour sont activés, il faut savoir qu’une bonne partie de ceux-ci le sont en Inde, en Chine et au Brésil où les utilisateurs s’en servent comme des téléphones cellulaires normals, c’est-à-dire pour le téléphone et les sms. Ce sont des téléphones cheaps mis en marché par Huawei, ZTE et Alcatel vendus entre 0 et 20$ sans contrats ou avec un contrat minimal et qui pour la plupart n’ont jamais fait l’objet d’évaluation dans la presse spécialisée occidentale puiqu’ils ne sont pas vendus en Occident.

    Demandez aux développeurs ce qu’ils pensent de la profitabilité de produire des apps pour Android. Pour le peu d’utilisateurs qui se servent de leurs Androids autrement que comme téléphone normal, une partie non négligeable de ceux-ci ont des apps piratées.

    Dans une récente étude, la compagnie Gogo, qui fournit les services wifi sur les vols nord-américains des compagnies qui offrent ce service, on constatait que, parmi les clients mobiles (smartphones) les iPhones comptaient pour les 2/3 des utilisateurs du service et les Android pour seulement 12%, dépassés par les iPod Touch qui comptent pour 20%.

    Autre statistique, sur Flickr, une page répertorie l’origine des caméras d’où viennent les photos, iPhone est premier, aucune trace d’Android.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 4

  • Je trouve plusieurs ici bien pessimistes par rapport à Android… On dirait presque une sorte de haine bizarre anti-Android… Est-ce vraiment justifié?

    Je dois être complètement fou, parce que moi des téléphones Android, j’en vois partout!!! La majorité de mes collègues aux travail ont des bidules Android, dans la rue, au centre commercial, le métro, partout, je vois des HTC Desire, des Samsung Galaxy, des Nexus, etc. Je vis en Chine mais je viens d’aller passer 2 semaines au Québec et même chose là-bas j’ai vu pas mal de téléphones Android un peu partout. J’oserais même dire que j’en ai vu plus que j’ai vu de iPhones!!!

    Pour les tablettes, d’accord qu’il y en a beaucoup moins, mais c’est normal, ça vient juste de sortir!!! Quand j’avais mon G1 (le premier téléphone sous Android), personne ne connaissait ça, Android. Et ça duré presqu’un an, jusqu’à ce que Google sorte leur Nexus One, c’est là on dirait qu’Android a décollé un peu plus. Là c’est pareil, j’en vois plein lorsqu’ils voient une tablette Android, demander “C’est un iPad?”, parce qu’ils savent pas encore c’est quoi. Certes, vous ne voyez pas encore beaucoup de tablettes Android, mais çe n’est qu’une question de temps… Perso je me suis acheté la Acer Iconia il y a environ 1 mois et demi, et je n’ai que du merveilleux à dire sur Android 3.1 (Honeycomb). On est pas mal en avance sur iOS, quoique iOS 5 va copier plusieurs détails d’Android (les widgets, par exemple).

    Bien sûr rien n’est parfait en ce bas monde et Android a aussi ses défauts, mais il est très faux de dire qu’il n’y a encore “aucune” applications Android disponibles pour tablettes. Au contraire c’est l’explosion présentement sur le Android Market, à tous les jours je vois de nouvelles applications sortir conçues juste pour tablettes, ou des jeux et autres apps re-compilées pour être optimisées sur grand écran. C’est pas le choix qui manque! Et ceux qui disent que les utilisateurs Android piratent, encore une fois c’est archi-faux… Premièrement on ressens beaucoup moins le besoin de pirater, puisqu’il y a beaucoup plus d’application qui sont gratuites sous Android (Angry Birds, par exemple), et les applications payantes sont en général moins chères que sous le App Store d’Apple. Secondo, pirater est beaucoup plus difficile que sur un bidule iOS, à cause de la fragmentation et la variété d’appareils disponibles. Si vous voulez télécharger une application ou un jeu Android, rien ne garantie qu’elle fonctionnera sous votre appareil. Perso toutes les applications payantes que j’ai, je les ai payées, c’est pas mal moins de trouble de payer 0.99$ ou 2$ pour un logiciel que de zigoner à essayer de le trouver et que ça fonctionne pour mon bidule. Honnêtement, presque tous ceux que je connais qui ont des iPhones ou iPads ont “jailbreaké” leur patente, pour pouvoir justement installer des logiciels pirates. Je vois pas autant de ça sous Android, ceux qui “root” leurs machines c’est surtout pour installer d’autres versions d’Android ou pour déverouiller certaines options, que pour pirater. Mais bon c’est sûr que le piratage existe partout. Ce que je veux dire, c’est ne mettez pas ça sur le dos d’Android, je vois en masse de piratage du côté d’iOS aussi.

    Finalement tout ça pour dire qu’Android est en pleine progression et sur une bonne lançée. Comme je disait, les applications pour tablettes poussent comme des champignons, alors pour moi c’est signe qu’il doit se vendre de plus en plus de tablettes Android, n’en déplaise à certains ici… :-P

    Cotez ce commentaire: Thumb up 7 Thumb down 6

    • J’aime la comparaison, les tablettes Android poussent effectivement comme des champignons , c’est un fait, mais elles collectionnent aussi les champignons sur les tablettes fautes d’acheteurs.

      Au CES 2011, on annonçait une centaine de tablettes et un raz-de-marée Android. Apple n’y voierait que du feu! Où sont-elles? J’oubliais, Android 2.2 n’est pas vraiment adapté pour les tablette. Pas de problème, Android 3 s’en vient. Apple n’a qu’à bien se tenir.

      Mais vous avez raison, les tablettes Android ont 95% des espaces tablettes en magasin. Ça c’est un signe du succès de la plateforme!

      Maintenant, ce n’est plus en 2011, c’est en 2012 que ça se joue. Oups, il y a des dizaines de poursuites contre Google et ses partenaires. Pas de problème, Google achète des brevets de Motorola et le tour est joué. Cela assurera le succès de la plateforme.

      Je travaille en entreprise et présentement, les appareils Android sont proscrits. Quand il y aura des anti-virus et une certaines homogénéité du OS, là, peut-être, les entreprises les considèreront. En attendant, on ne touche pas à cela même avec une pôle de 10 mètres.

      Ça revient à mon commentaire, quand les marges bénéficiaires sont en deçà de 10%, la fin est proche. Des fabricants bien sûr, pas de Google.

      Imaginez un iPhone 5 compatible sur le réseau de Vidéotron. Pensez-vous que les ventes d’appareils Android seront les mêmes au Québec? Parlez-en à Verizon au USA!

      Comme je l’ai dit en 2010, 2011 sera l’année de vérité pour Android (téléphone, tablette et tout le tralala). Pas que je n’aime pas la plateforme, c’est une question de viabilité (légale et financière) et de perception.

      Depuis 2007, je n’ai pas vu une ligne d’attente dans un magasin pour un téléphone ou une tablette Android. Pendant ce temps, Apple à de la misère à suffire à la demande.

      Il y a un appel d’offre en Turquie pour 15 millions de tablettes pour les écoles? Quelles entreprises pourront répondre à la demande? Un indice, les tablettes devront être en partie fabriquées en Turquie et la disponibilité des composants (SSD, écrans) devra être assurée. Il y’a plein de compagnies qui peuvent respecter de telles contraintes, n’est-ce pas!

      Bien sûr, Android a 46% du marché (des téléphones) et est voué à être une plateforme dominante. Fragmentée et divisée, mais dominante.

      En passant, Apple a 5% du marché mondial des téléphones et 57% des profits totaux au dernier trimestre. Comme actionnaire, je leur souhaite seulement 10% du marché et 90% des profits.

      Laissons les compétiteurs se battre pour les 10% (de profits) restants même s’ils sont des joueurs dominants et se targuent d’avoir une part dominante du marché. De toute façon, ce qui est important, c’est le nombre d’appareils en circulation (ou sur les tablettes). n’est-ce pas?

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 4

    • Un petit Google rapide avec les mots “Google app piracy” est plutôt révélateur quant à la profitabilité de développer pour Android. Les développeurs continuent, dans l’espoir de jour meilleur, étant donné le “succès” de la plateforme (et malgré la complexité dû à la fragmentation) mais ils ne feront pas du bénévolat éternellement. Extrait de l’article qui sort en premier dans les résultats, article qui illustre la situation en présentant les chiffres pour un jeu, Radiant, vendu 2.40$, l’article s’intitule “Android’s Serious Piracy Problem Costs Developers Big Money”

      “As you can see, in Asia, 97% of the game’s users are playing an illegal copy. In North America, the piracy rate is 43%. In Europe its 70%”.

      Bon, l’article date d’août 2010 mais ça m’étonnerait que la situation soit réglée un an plus tard malgré les mesures prises par les développeurs et Google, surtout en considérant le nombre considérables d’appareils vendus depuis, la majorité dans des pays où il n’y a pas d’Android market légitime.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 2

    • pierre a samson

      tout a fait d’accord avec votre commentaire
      mon fils travaille pour une firme (moyenne taille )dans les jeux video et pour le telephone ca s’approche du kif kif et pour la tablette c’est diversifier.il n’y a pas de winner apple dans son milieu

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • Et pour ceux qui pensent que Steve Jobs est chanceux en affaires, prenez le temps d’écouter cette vidéo datant de 1997.

    http://www.youtube.com/watch?v=3LEXae1j6EY

    Combien de CEO prennent le temps de discuter candidement et ouvertement de leur stratégie?

    Quand quelqu’un a une vision d’un appareil mobile et du cloud en 1997, 10 ans avant son temps, ce n’est pas un question de chance. C’est une question de vision et de détermination. Pas de vedettariat!

    Imaginez, en 2011, des employés de RIM demandent à leurs co-présidents de visionner cette vidéo afin qu’ils aient le même discours auprès de leurs employés et partenaires!

    Je crois que la majorité des dirigeants d’entreprises (peu importe le secteur d’activité) devraient visionner cette vidéo au lieu de s’offrir des retraites fermées dans de somptueux domaines pour élaborer leurs stratégies.

    C’est probablement les 71 minutes qui rapporteront le plus à leur entreprise et leurs employés.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 4

    • Rien contre Steve Jobs.

      J’ai tout par contre contre cette manie que nous avons nous Nord-Américains de tout ramener à un seul homme.

      L’Époque de la glorification personnelle. De l’homme d’affaires Superman vecteur de chamgements.

      On aime ça porter quelqu’un aux nues. Le rêve Américain ! Ça fait souvent des entreprises qui naissent de rien et qui disparaissent dans de grandes feux d’artifices.

      Ils n’ont pas cette manie en Europe et surtout pas au Japon.

      Pouvez-vous me donner le nom du CEO de Toyota sans aller voir sur Wikipedia?

      Les entreprises Japonaises ont d’ailleurs des moyennes de longévité supérieures à celles d’Amérique du Nord.

      Et les Japonais n’ont pas le culte de la personnalité comme nous l’avons nous ici.

      Je travaille pour une entreprise ferroviaire de Classe 1 qui était la moins rentable en Amérique du Nord il y a 15 ans.

      Aujourd’hui nous sommes le modèle à suivre.

      Sans doute à cause d’un formidable CEO qui avait une vision et un plan selon vous.

      Nenni.

      Nous avons eu 3 CEO depuis 15 ans; donc en moyenne un à chaque 5 ans.

      Le plan? Nous ne sommes pas friands du “plan”. Nous considérons qu’il est souvent une entrave aux changements rapides que commande l’environnement.

      Alors pas à cause d’un CEO supervedette et pas à cause du plan.

      Alors à cause de quoi?

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

      • Entièrement d’accord avec votre argumentation. Cependant, comme pour toutes règles, il existe des exceptions. L’importance de Steve Jobs pour Apple en est une, à mon avis. L’historique de la compagnie est à cet effet assez éloquent.

        Vous parliez des Japonais. Je me souviens avoir vu un documentaire il y a longtemps sur le fondateur de Sony, un ingénieur, je crois, qui, pour faire une histoire courte, avait une idée au départ, concevoir une radio-transistor assez petite pour rentrer dans une poche de chemise. Pour convaincre ses bailleurs de fonds et clients, il s’était fait faire des chemises avec une poche un peu plus grande. On connait la suite de l’histoire, Sony, depuis sa fondation jusqu’à il y a une dizaine d’années a été une des compagnies les plus innovatrices au monde, un leader dominant, un peu comme Apple aujourd’hui. Le monsieur est mort, regardez où va Sony aujourd’hui (nul part). Ils ont nommé un américain à la tête de la compagnie! Vous me demanderiez le nom du président de Boeing, je serais bien embêté de vous répondre. Comme quoi, il ne faut pas généraliser. ;)

        Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

        • J’avoue que Jobs est un cas à part dans le monde de l’infoprmatique.

          Mais pas sûr que ça soit un modèle à suivre au niveau managerial.

          On lui attribue tout.

          Sa présence et son empreinte sur la compagie sont tellement forts qu’il va arriver quoi avec Apple lorsqu’il va quitter?

          Pas rassurant.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 0

          • Je lisais un commentaire de la part d’une journaliste la semaine passée à propos des nouvelles séries que l’on retrouve sur TOU.TV à ls SRC comme le Prisonnier, le Saint, Cosmos 1999 etc…

            Le journaliste se surprenait de la lenteur de l’action dans ces émissions que pourtant nous regardions tous à l’époque, ceux de ma génération en tout cas.

            Il se demandait si nous prenions à cette époque du Ritalin ou serait-ce plutôt le monde d’aujourd’hui qui carbure au speed?

            Au speed mais nous avons tellement le nez collé dessus que nous ne le voyons pas.

            C’est comme la terre, nous sommes tellement collé dessus que nous ne percevons pas son mouvement, si par contre nous prenons du recul en allant dans l’espace nous allons la voir tourner et vite à part de ça.

            Il y a 30 ans nous portions aux nues nos politiciens et nos chefs syndicaux et nous crachions sur les hommes d’affaires.

            Aujourd’hui nous portons aux nues nos hommes d’affaires et nous crachons sur nos politiciens et nos chefs syndicaux.

            Aujourd’hui nous vivons dans un monde de droite. Même Obama apparaît pour un peu moins de 50% de la population Américaine comme dangeureux.

            J’essaie d’être conscient de l’époque dans laquelle je vis, des valeurs qu’elle transporte et de toutes les influences que ces valeurs ont sur moi et sur ma façon de percevoir et d’analyser les choses.

            À cet effet, les propos ostentatoires ou diffamatoires lus continuellement sur les hommes d’affaires me rendent mal-à-l’aise.

            Je lis les génération plus jeunes qui commentent ici parfois et une chose me surprend continuellement; pour eux Apple se limite à Jobs; Microsoft c’est Ballmer et Canonical c’est Shuttleworth.

            Ça dénote la perception qu’ils ont sur le fonctionnement des entreprises.

            La réalité d’une entreprise est beaucoup plus complexe.

            Sydney Crosby entouré de 22 chaudrons negagnera jamais la Coupe Stanley.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 0

          • Apple a prévu le coup.

            http://macdailynews.com/2011/07/19/apple-university-teaches-apple-employees-how-to-think-like-steve-jobs/

            En octobre 2008, ils ont embauché Joel Podolny, le doyen de la faculté d’administration de l’Université Yales.

            Le but est de bien documenter et enseigner la culture d’entreprise afin de décentraliser les décisions et ne pas être à la solde d’un seul individu.

            Il faut rendre à César ce qui lui revient, l’investissement dans la culture de l’entreprise est la meilleure assurance que peut importe ce qui arrivera, il y aura des outils en place pour perpétuer la philosophie propre à cette compagnie.

            Certains diront que c’est du lavage de cerveaux. Pas du tout, c’est simplement une façon de mitiger le risque afin d’éviter des débordements qui pourraient compromettre la vision globale.

            Quand une entreprise passe de zéro (pratiquement en faillite en 1997) à plus de 350$ milliards en valeur boursière (et bientôt 1$ trilliard), c’est qu’il y a quelque chose d’exceptionnel à enseigner. Ce n’est pas juste le fruit du hasard, de la chance ou des spéculateurs.

            Cotez ce commentaire: Thumb up 5 Thumb down 1

      • Il y a un réel problème de perception envers Steve Jobs.

        Visionnez toutes les présentations depuis les 5 dernières années et Steve Jobs a toujours pris le temps de remercier tous les employés et leurs familles pour la contribution exceptionnelle à la création des produits.

        Oui, il y a un porte parole à grande visibilité. Mais il y a une équipe derrière. Steve Jobs ne code pas et n’optimise pas l’utilisation de la batterie. Et malgré qu’il soit une icône, il est tout sauf une vedette. Il ne cherche pas les projecteurs et les sorties mondaines.

        Ce que la majorité des gens ne comprennent pas c’est que le modèle de gestion d’Apple est fondé sur l’absence de comités et de structure pour prendre des décisions. Encore aujourd’hui, Apple fonctionne comme in startup. Oui il y a des niveaux hiérarchiques mais les décisions se prennent rapidement.

        L’innovation est au coeur de la culture et oui, il y a un plan. Tu ne peux pas survivre dans le domaine des technologies sans plan et vision. Est-ce que ce plan a changé avec le temps? Oui. Mais arrêtons de comparer un cas particulier de style de gestion d’une entreprise pour généraliser.

        Le meilleur exemple en 2004-2005, ce n’est pas le iPhone qui a été créé en premier, c’est le iPad. Suite à la présentation d’un prototype, la décision a été prise de retourner à la table à dessins pour travailler sur un téléphone. Le marché était plus enclin à accepter un tel produit. Cependant, dès 1997, Steve Jobs rêvait d’un téléphone de ce type.

        Chaque entreprise a ses propres règles et sa propre culture. Certaines se ressemblent tandis que d’autres, sont à des extrêmes. Selon le secteur d’activité, un modèle est plus adapté que d’autres.

        Pour ce qui est du débat philosophique, gauche, droite, centre, culte de la personnalité, contrôle bout-en-bout de la technologie, style de management, open source, code propriétaire, … je laisse cela aux sociologues, psychologues, psychiatres et évidemment à Mintzberg. Ils ont déjà bien établis les liens entre le syndrome de Stockholm ainsi que la dissonance cognitive et les discours et comportements de plusieurs internautes et spécialistes en informatique. J’imagine qu’il y’a plusieurs thèses en devenir sur le sujet et possiblement des thérapies pour guérir ce fléau.

        Pour ce qui est de l’Europe et du Japon et avec tout le respect que je leur dois, ils ont d’autres manies. Personne n’est parfait dans ce bas monde et au bout du compte, c’est bonnet blanc, blanc bonnet.

        Cotez ce commentaire: Thumb up 4 Thumb down 3

        • @opportun

          Je ne peux qu’être d’accord sur le fait que nous ne sommes pas d’accord.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

        • Il y a peut-être un point ou je vous accorde l’avantage. Ma formation et mon expérience personnelle ne s’appliquent probablement pas à une entreprise informatique.

          Cependant, la vision du chef d’entreprise, tel un quart-arrière dans une équipe de football, un leader qui communique sa vision, ses valeurs et son plan aux employés par des séminaires, par des livres, des retraites fermées, des vidéos et des présentations tend à disparaître. dans les entreprises d’aujourd’hui.

          Chez-nous en tout cas c’est terminé depuis l’arrivé du nouveau CEO qui est dans la jeune quarantaine. Pourtant je me suis fait “Hunterrizé” il n’y a pas si longtemps lors d’un séminaire à Palm Beach (terme employé sarcastiquement dans l’entreprise pour décrire ces camps que donnait personnellement notre CEO d’alors, Hunter de son petit nom, devant à chaque fois des petits groupes d’une vingtaine d’employés. Pour faire un jeu de mots avec un concept de Jobs je dirais que nous venons d’entrer dans l’ère post-gestion stratégique.

          Autre génération, autre style. Notre CEO ne se compare plus à un quart-arrière qui appelle les jeux pour employer ses propres mots mais plutôt à un joueur parmi d’autres dans une équipe de rugby.

          L’image change; il n’y a pas d’équivalent au quart-arrière dans une équipe de rugby.

          Parce que les entreprises, en tout cas certaines, se sont aperçus d’une chose; la direction a besoin de reçevoir des feed backs sur l’état et les conditions du marché et de l’environnement pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

          Au début la gestion stratégique ça fonctionne formidablement bien mais avec le temps, avec les années, peu à peu et de plus en plus les cadres finissaient par transmettre à la direction une image de la réalité qui est en ligne avec la vision et le plan de l’entreprise et ce pour des raisons évidentes. Que ce soit en R&D, en finance ou sur l’état de l’économie en général.

          La direction commence donc à reçevoir donc une image déformée de la réalité et prend soudainement de mauvaises décisions. Une fois que l’on voit venir le train dans le tunnel il est souvent trop tard.

          C’est la raison pour laquelle les banquiers de Wall Street n’ont rien vu venir de la crise de 2008. Pourtant le plan et la vision de ces banquiers avaient bien fonctionné durant 30 ans.
          Vois-tu la crise de 2008 a eu des effets jusque dans la façon dont les entreprises se gèrent.

          Jobs est un formidable innovateur; un visionnaire je vous l’accorde.

          Apple une startup? Oui je vous l’accorde.

          Tant que le visionnaire créateur de l’entreprise, tant que l’entrepreneur, le vrai, est là ça marche. Mais une fois parti ça ne marche plus. L’entreprise devra adopter un autre style de gestion.

          Mais Jobs comme gestionnaire d’une entreprise j’ai de grandes réticences. Son style militaire, control-freak et autocratique ne sont plus en ligne avec les méthodes de gestion d’aujourd’hui .

          Apple doit sûrement avoir des V.P. excessivement compétents pour palier à ce que je considère d’énormes carences.

          Oui à Jobs l’innovateur, l’entrepreneur et non à Jobs le gestionnaire.

          Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

  • Pendant ce temps, Microsoft réitère sa foi envers le PC!

    http://blogs.technet.com/b/microsoft_blog/archive/2011/08/19/where-the-pc-is-headed-plus-is-the-new-post.aspx

    Avaient-ils vraiment le choix?

    Que Steve Balmer reste CEO de Microsoft aussi longtemps qu’il le souhaite!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

  • @ZAP
    Sur le point que rien n’est du a un seul homme je suis d’accord avec vous . Par contre quand il s’agit de pousser une idée ou bien de la suivre ça prend un individu capable de convaincre que le chemin qu’il prend est le bon.

    En ce qui concerne HP , ce n’est pas de la malchance, mais un manque de vision et une ligne d’entreprise et donc ce n’est pas le fruit du hasard .

    Par le fait de ce petit échange avec Nelson , j’ai trouvé le GRIDPAD qui date de 1989 http://www.computinghistory.org.uk/det/6565/GRidPad-1910/

    Donc de prétendre de certains qu’ils se sont fait avoir par le iPad de Apple relève du pur manque de vision . Il est même étonnant que Apple n’ait pas remis la tablette sur le sujet avant 2009 .

    La tablette était dans les idées de bon nombre d’entreprise et de développeur . Déjà avant que Apple ne sorte sa tablette , des versions tablette Linux faites par Archos trainaient dans les foires informatiques avant le iPad . Le vent tournait en direction de la tablette et HP s’est fait prendre les culottes baissées . Même erreur pour Google , dans son achat d’Android , Google n’avait pas prévue porté le produit sur un écran plus large , le temps de développement perdu a donné toute la l’attitude a Apple .

    Donc ici on ne parle pas de chance ou bien de circonstance, mais bien de la vision et du “timing” d’un PDG d’entreprise . Donc d’un seul homme capable de convaincre son CA .

    @Toogreen
    Moi personnellement , Android je trouve que c’est une très belle techno et plus qu’une alternative, mais réellement une possibilité de choix . Mon seul “hic” a été de l’époque du Nexus One . Le andro store j’ai sincèrement détesté et le nombre d’applications ma foutu et bogué fut mon lot de découvertes . Fort probablement qu’avec le temps cela a changé, car ça fait 2 ans ou presque que je n’est pas visité , je suis “pris” avec un BB Curve pour les besoins de l’emploi et sincèrement je souffre .
    De plus on peut dire bien des choses de Apple, mais sa techno est quand même très bien , nombre de hacks qui on permit de faire roulé Andoid et WEBOS sur le iPad nous on fait découvrir qu’ils fonctionnaient tous les deux mieux et plus rapidement . Donc ou Apple fait de gros points , c’est sous son architecture des processeurs ARM sous appellation A4 et A5 . Ce son des petites beautés de technologie .
    Donc pour les petits défauts de Android sous les tablettes faudrait que les fournisseurs de Hardware fassent plus dans la qualité plutôt que dans la puissance bridée . C’est bien beau du 2 core a doubles mémoire etc etc mais si l’architecture est si complexe que le SE n’est pas en mesure d’effectuer les transferts de données rapidement ça ne sert foutrement a rien . Certain DEV en parle du fameux Snapdragon de Qualcom comme une belle techno, mais terriblement complexe pour en maitriser toutes les subtilités . Au bout du compte c’est Android qui rame inutilement , par le fait même adapté Android pour que tout s’emboite à la perfection demande encore plus d’effort .

    Pour WEBOS
    http://thenextweb.com/apple/2011/08/19/hp-tested-webos-on-an-ipad-it-ran-over-twice-as-fast/

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0

  • 1) J’ai toujours trouvé que HP offrait trop de produits différents. Tu peux pas être bon dans tout.

    2) J’ai chialé contre Apple pour les trous dans sa gamme de Mac. Mais finalement, Apple a raison.

    3) Apple se fout de l’entreprise, et je comprend pourquoi. Les marchés de masse et corporatifs sont trop différents. Courir un seul lièvre à la fois.

    4) Microsoft va lentement remonter la pente. Mais elle devra se recentrer sur Windows, et rapprocher XBOX devenu trop éloigné. Genre une console virtuelle chapeautant W8 et WP8. Genre convergeance à la Péladeau.

    5) Apple a besoin de Microsoft pour combler les trous de sa gamme. Une sorte de parasitisme, mais qui ne tue pas son hôte.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

    • Apple a besoin de s’intégrer à l’écosystème de Microsoft là ou ça fait du sens. ActiveSync est un bon exemple. Pour le moment.

      Pour ce qui est du côté serveur, Apple a fait une croix sur ce segment et mise sur des standards tels que CalDAV, WebDAV, HTML5 et surtout iCloud.

      Qui sera ou seront les joueurs clés. C’est le Cloud de Google et d’Apple. Celui de Microsoft, il dépendra des ventes des appareils mobiles. Pour les autres, se seront de petites solutions de niche.

      Le défi de Microsoft est d’être pertinent une fois qu’il perdront le contrôle de côté client (PC). La tendance est 80% d’appareils non-Microsoft (iOS, OS X (qui fusionnera avec iOS), Android) sur la planète d’ici 2015.

      Avec une suite de type Office sur iOS à 30$ et un effondrement des licences Windows sur les PC, je ne donne pas chère de la peau de Microsoft.

      iOS 5 et iCloud permettront la conception d’application pour des appareils comme l’Apple TV avec des appareils iOS comme manettes et claviers. Et si Apple licence AirPlay ou produit lui-même les TV, alors là, le modèle d’affaires de XBOX ne sera pas viable dans ce contexte. Déjà que XBOX n’est pas profitable pour Microsoft et la majorité des profits de Microsoft proviennent de Office et Windows.

      Coupez les revenus de Windows et Office de 50% voire 80%, et le géant sera très affaiblis. À moins que Android ait 80% du marché mondial et là, Microsoft sera gras dur avec les redevances de HTC et des autres à venir (et oui, Microsoft fait plus d’argent avec les redevances sur Android à cause des brevets qu’avec Windows Phone 7!).

      Quand je dis changement de garde, c’est avec un C et un G majuscules!

      Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

  • Pour revenir au sujet principal, quand WebOS roule deux fois plus vite sur un iPad 2 piraté que sur l’équipement fabriqué par HP (Palm), c’est que la fin est proche.

    http://thenextweb.com/apple/2011/08/19/hp-tested-webos-on-an-ipad-it-ran-over-twice-as-fast/

    Quelles seront les prochaines victimes du iPad et du iPhone? Je parie un gros 25 cents sur RIM et Nokia. J’imagine que Windows Phone 7 doit rouler plus vite sur les équipements d’Apple que ceux de leurs partenaires. Je crois que c’était le cas avec Windows Vista et Windows 7.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 2

    • Je sais en TK que Debian et un MacBook pro c’est un charme en ce qui me concerne lol
      Un bon SE dans une bonne facture ça va ensemble .

      Mes SE cohabitent (OSX/DEB/Win) très bien ensemble .

      Sous un Hp EliteBook Linux est une bête . Je crois que , quand la qualité d’un produit rejoint un certain minimum on perçoit rapidement la différence . Linux dans un HP Compac ça roule, mais dans un HP ZX c’est une bête , voir un monstre .

      C’est le reproche que je fais parfois a des gens qui essais Linux , ils le foutent en virtuel ou bien sur un ordinateur malheureux et essais d’avoir des performances monstrueuses … je déplore cela .

      Linux comme tout SE a quand même besoin d’un minimum pour atteindre certaine performance .

      HP avec WEBOS essayait de tout tiré du produit sans y laisser sa chance . Si HP avait été moins cheap avec WEBOS probablement que le succès aurait été plus rapide .

      L’industrie s’est créé elle même une image de jetable en nous faisant accroire qu’un ordinateur de 200 balles valait autant qu’un appareil de 2000 tomates . En 80 les ordinateurs étaient dispendieux même un commodore 64 valait son pesant d’or , tout équipé sans le moniteur il frôlait les 1200$ .

      Il y a beaucoup d’ordinateurs qui me passe entre les mains , et je remarque la qualité d’entre eux , les problèmes ne sont pas les mêmes . Je prends par exemple un HP Compaq et un HP ZX , 90% du temps un problème sur un HP ZX est logiciels , c’est Windows qui déconne , les problèmes mécaniques sont plutôt rares tandis que sur HP Compaq , je veux même pas en parler .

      Ce que les gens on retenus par contre est que HP vend du cheap et a associé son nom a ce rapport de qualité . La démocratisation à tout prix a un prix . Ça, les gens ne le comprennent pas .

      Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

  • opportun, Apple a déjà commencé à licensé Airplay, ceci, cependant, à des compagnies qui sont à l’extrémité “récepteur” du protocole. Je ne crois pas que ce soit à leur avantage, pour l’instant, de l’offrir à des compagnies qui sont à l’extrémité “émetteur”, soit leurs compétiteurs. Et ce n’est pas dans leurs habitudes non plus de partager leurs innovations. Pionneer et Denon offrent depuis peu des récepteurs audio dotés d’Airplay. Pour ma part, je vois plus d’opportunités de rentabilité et d’établissement d’une norme dans Face Time.

    Pour revenir à Android, je ne crois pas qu’ils occuperont un jour 80% du marché. Je crois que c’est un très bon OS, presqu’aussi bon qu’iOS (bien copié, quoi), mais il doit se repositionner et c’est la raison derrière l’achat de Motorolla par Google, à mon avis. Google s’enligne pour un modèle vertical, à la Apple, contrôlant soft et hard. Ne leur manquera qu’un app store digne de ce nom (avec non seulement des apps, mais aussi musique, films, livres et surtout aussi convivial et sécuritaire que celui de Steve). Les “clients” actuels de Google ne sont pas dupes, malgré les déclarations officielles favorables qu’ils ont fait au moment de l’annonce de l’achat. Avaient-ils le choix de faire autrement, de toutes façons. Hier, je lisais une nouvelle à l’effet quue Samsung, le plus gros vendeur de téléphones Android en Occident, commence déjà, à l’interne, à mettre l’emphase sur son système maison, Bada. Et je ne serais pas surpris de voir HTC et Sony sauter dans le train Windows Phone 7 (ou 8, selon l’époque) dans un futur rapproché. Ce qui les relèguera à des rôles de figurants, WP 7 étant, à mon avis, bien inférieur à Android, webOS et iOS. Reste le cas webOS. À mon avis, il sera racheté par Samsung ou RIMM, je ne vois pas RIMM changer de main, son importance stratégique est trop grande (présent dans tout les gouvernements de la planète, Obama a fait changé les normes TI de la maison blanche pour pouvoir garder son Blackberry), un changement de propriétaire ferait l’objet de bien des approbations.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 2

    • RIM acheter WebOS? Ils sont bien trop occupés à offrir un service musical en ligne pour justifier leurs appareils auprès de la jeune clientèle. Il ne leur manque plus qu’un BlackBerry brun (comme le Zune) pour boucler la boucle.

      Les brevets de WebOS valent très cher. Si la défections des partenaires de Google se concrétise, HTC serait un acheteur potentiel. Microsoft pourrait aussi être intéressé.

      À terme, il y aura possiblement tout au plus 3 plateformes pour 95% du marché. Avec Android et iOS bien en selle, reste à déterminer quelle sera la troisième? Un indice, ce ne sera pas celle de RIM.

      Cotez ce commentaire: Thumb up 1 Thumb down 1

      • opportun, pour ma part, je pense que rien n’est à exclure, même Apple pourrait être tenté par webOS, question d’encore plus garnir son porte-feuille de brevets et tirer le tapis de sous les pieds de la compétition, un OS mobile de moins sur le marché. Avec son trésor de 70 milliard$, Apple en aurait les moyens, du petit change pour eux…

        Cotez ce commentaire: Thumb up 2 Thumb down 1

  • On ne parlait pas d’HP ici par hasard?

    En passant vos réflexions sont super intéressante, presque plus que l’article de Nelson.

    Comme quoi peu de monde connaissait bien le mort!

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 2

  • Un autre acheteur potentiel pour webOS pourrait être Amazon, à mon avis, eux dont le kindle, malgré sa popularité, fait pâle figure dans la mer de tablettes dont les fabricants nous inondent. Quand tu peux avoir un TouchPad à 99$, comment justifier l’achat d’un kindle. Les blogs technos ont récemment fait état d’une possible future tablette Amazon jumelant kindle et honeycomb (ou est-ce frosted flakes ou capitaine crunch?)…

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

  • Amazon fait selon moi fausse route. La course à la tablette va les faire disparaître.

    Leur Core Business c’est la vente en ligne et la distribution de produits physiques. Ils feraient mieux de se concentrer sur ce secteur que de penser tirer leur épingle du jeu en offrant une solution de niche dont ils ne contrôlent que si peu.

    Il ont un potentiel énorme pour joueur un rôle clé comme un OEM de magasins web et de distribution physique de biens pour les petites et moyennes entreprises. Là je vois une opportunité de se réinventer.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 2

  • IBM offre pour ces mainframes (zSeries) toute la gamme, encore plus intégré que la sauce Apple iMachin. Les mainframes sont achetés chez IBM, ils sont logés dans les locaux d’IBM, où IBM en fait la maintenance, IBM offre du personnel pour développer applications, IBM y offre une gamme complète de logiciel et en prime il offre toute la gamme de consommables.

    IBM a une offre semblable ses serveurs PowerPC sous Unix (AIX) ou AS/400. Et similaire pour ces serveurs x86 sous Linux ou Windows.

    Depuis l’acquisition de SUN, Oracle mets en place un setup pareil pour ses serveurs Sparcs. IBM a une certaine longeur d’avance avec des DataCenter dans les principales villes du monde dont Montréal. Je n’ai pas connaissance qu’Oracle est ouvert un DataCenter ici à Montréal.

    Dans le cas d’HP celle-ci n’a pas d’offre similaire, et malgré la précédente acquisition d’EDS et la future acquisition d’Autonomy. Il lui manque encore beaucoup de carte.
    Le premier point est ses serveurs Itanium, les clients de cette architecture sont rares. Il a ceux ayant des applications métiers sur les plateformes Tandem ou OpenVMS (VAX). Il a aussi les clients plus nombreux sous HP-UX mais l’architecture Itanium est très loin des performances de ses concurrents IBM ou Oracle/Fujitsu plusieurs ont migrés.

    HP n’a pas plus de SGBD ou serveurs applicatifs dans coffre à outils, de plus il a très peu investie dans l’Open Source pour combler ses lacunes. En prime son ancien alliés Oracle, a indiqué qu’il ne supporterait plus à l’avenir l’Itanium. Il a très peu d’environnements HP-UX où un produit Oracle n’a pas été installé et comble de l’ironie bien souvent la seule alternative aux produits Oracle viennent d’IBM.

    Atout dans la manche d’HP, ils sont en train de donner une raclé a Cisco depuis leur acquisition de 3com. Ce que ni IBM ou Oracle, n’ont comme atout.

    Léo qu’est-ce que tu attends pour acquérir Fujitsu* et faire suer un bon coup Larry. Puis juste après pourquoi pas fusionner/acquérir EMC2?

    *Le vrai développeur de l’architecture SPARC est Fujitsu, celle-ci est Open Source. En prime il pourrait enfin virer l’Itanium d’Intel.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 1

  • Ni hao, honolable Dumais
    C’est en Cine que se dessine l’avenil.
    Nous fabliquons déjà les Apples.

    Cotez ce commentaire: Thumb up 0 Thumb down 0